Max Catrin

Aller à la navigation Aller à la recherche
Max Catrin

Max Arthur Hector Catrin, né le 17 décembre 1921 à Résigny (Aisne), est un homme politique français.

Biographie

Carrière professionnelle

Docteur en médecine, Max Catrin a exercé jusqu'à la fin de sa carrière comme oto-rhino-laryngologiste.

Carrière politique

Membre du Centre national des indépendants et paysans, Max Catrin a été maire de La Garenne-Colombes de 1975 à 2002, il exercera trois mandats successifs jusqu'en 2001.[1].

Conseiller général des Hauts-de-Seine (canton de la Garenne-Colombes), il préside au département la commission de l'équipement et de l'environnement. Il sera également vice-président de l'office départemental HLM, aux côtés de Jean-Paul Dova, et à la présidence du Satese (Service d'assistance technique aux exploitants de stations d'épuration), un organisme de contrôle des usines à risques quant à la pollution des eaux .

C'est sous ses différentes mandatures, que la ville de La Garenne-Colombes deviendra une cité résidentielle appelée souvent le petit Neuilly. En deux décennies, cette commune a vu disparaître la quasi-totalité de ses activités industrielles au profit d'un boom immobilier.

En 1995, Jérôme Rivière présente sa propre liste soutenue par le RPR face à celle de la majorité municipale qu'il rallie pourtant au soir du premier tour[2],[3]. La succession de Max Catrin en 2001 fut l'occasion de joutes inhabituelles dans cette commune. C'est Philippe Juvin conseiller municipal depuis 1983, puis maire-adjoint jusqu'en 2001 qui lui succèdera sous fond d'affaires et de polémique.[4],[5].

Prises de position et polémiques

En 1991, Max Catrin fera débaptiser une des places centrales de la ville, qui portait le nom de Jean Baillet (1908-1941), résistant et communiste excécuté au Mont Valérien au profit du nom Place du Souvenir français. En 1999 Max Catrin rejoindra les maires de France refusant de délivrer des PACS[6].

Lors de la construction de logements HLM par le Conseil Général, dans la rue commerçante de la ville, des élus et des personnes proches de la présidence du Conseil Général obtinrent des appartements lors de la mise en vente du programme. Peu de temps après, les HLM étaient requalifiés en immeubles de standing ce qui permit à beaucoup d'acquéreurs de les revendre à bon prix. [7]

Décoration

  • Chevalier de la Légion d'honneur, le 14 juillet 1994

Notes et références

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 193 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).