Encyclopédie Wikimonde

Péniche Alternat

Aller à : navigation, rechercher

La péniche Alternat est un projet de Péniche pour la paix lancé au milieu des années 1980 en région parisienne par des jeunes volontaires, bénévoles et objecteurs de conscience de l'association de chantiers internationaux de jeunes les Amis du Service civil international (SCI)[1], organisation présente et active sur tous les continents à travers le monde.

Historique

Dans une période marquée par l'apogée de la course aux armements nucléaires au cœur de l'Europe (accroissement des concentrations européennes de missiles tactiques Persching américains et SS20 soviétiques), et par la montée de mouvements dissidents en Europe de l'Est (Charte 77, Václav Havel, etc.), l'idée était de lancer en Europe une péniche comme espace itinérant de formation et de sensibilisation aux enjeux géopolitiques et aux stratégies de développement de la paix, y compris dans le dialogue avec les spécialistes de la stratégie militaire. C'est dans ce contexte qu'elle fit un voyage jusqu'à Amsterdam dans le cadre d'un rassemblement européen du Comité pour le Désarmement Nucléaire en Europe (CODENE).

Une souscription avait alors été ouverte et, par le biais de la Fondation de France, environ quatre cents personnes ont participé à l'acquisition d'une péniche de gabarit Freycinet, construite en 1932 au chantier Plaquet à Peronnes (Belgique). Elle portait alors le nom de Noisette, et fut rebaptisée Peace Island, puis, Alternat en 1992 après la chute du mur de Berlin, dans une volonté de souligner l'importance des alternatives au seuil de l'entrée dans un monde a priori totalement gagné à la cause du tout marché libéral... qui aura abouti à la crise économique mondiale de 2007 à nos jours.

Description

L'idéal de péniche pour la paix est actuellement porté par l'association Alternat qui s'efforce de le concrétiser en centre socio-culturel embarqué. La journée-type en préparation de mise en œuvre se structure en quatre temps quotidiens :

  1. accueil social le matin (petits-déjeuners-rencontre en ateliers de mobilisation autour de témoignages de vie);
  2. restaurant d'insertion le midi (prestation confiée à des entreprises d'insertion du secteur de la restauration et de l'insertion);
  3. modules de formations organisés par et pour les associations de tous horizons;
  4. programmation culturelle associative marquée par la plus grande diversité de formes d'art (lecture, théâtre, poésie, peinture, danse, musique, etc.) et de courants artistiques, en se dédiant particulièrement aux pratiques en amateur.

Ce projet a reçu un Prix de l'innovation sociale (Fonds Olivier Laffon - Union Régionale des Institutions et Œuvres Privées Sanitaires et Sociales - URIOPSS - Île-de-France) en 2007, ainsi qu'une aide du Fonds Social Européen (FSE - soutien aux micro-projets) en 2006.

L'association Alternat est membre du Mouvement pour une Économie Solidaire (via Acteurs et Collectifs pour une Économie Solidaire en Île-de-France), ainsi que de l'URIOPSS-Île-de-France et du Comité de Coordination pour le Service Civil et les Volontariats (CCSC-Volontariats).

Obstacles à la pleine mise en œuvre du projet

Malgré un vœu adopté par le Conseil de Paris fin 2008 en faveur de ce projet associatif[2], la péniche Alternat rencontre une certaine indifférence de l'administration fluviale portuaire de Paris (Port Autonome de Paris rebaptisé Ports de Paris) qui ne semble pas pouvoir s'intéresser à un projet relevant de l'intérêt général : le développement du transport de passagers et de marchandises sont les seules et uniques missions que semblent avoir reçues les agents portuaires et les bateaux stationnaires au cœur de la capitale ne sont appréciés que sous l'angle d'une tarification de redevances domaniales dont les montants sont définis en rapport avec des activités strictement industrielles ou commerciales à forte plus-value.

Continuité

Ce projet se maintient malgré cet environnement administratif peu encourageant, en se situant dans la mouvance du développement des volontariats civils, en particulier dans le cadre de la mise en place du Service Civique depuis 2010. Des chantiers de jeunes volontaires en service civique (notamment de l'association Unis-Cité) ont ainsi pu être accueillis, notamment sur la petite sœur d'Alternat, la péniche Bali, qui, aménagée par un instituteur, Didier Albouy, dans les années 1990, disposait de l'habilitation jeunesse et sports et accueillait des classes de découvertes et colonies de vacances, habilitation en préparation de renouvellement.

Sources

Notes et références

  1. La philosophie du Service Civil International, qui a inspiré le projet de la péniche Alternat, est résumé dans cet extrait de sa constitution internationale : « parce qu'il croit que tous les hommes sont capables de vivre ensemble en se respectant mutuellement sans recourir à la violence pour résoudre des différends entre les nations, les communautés et les personnes, le SCI travaille à promouvoir la paix. »[réf. nécessaire]
  2. Voir ce vœu adopté en décembre 2008 par le Conseil de Paris en faveur du projet de la péniche Alternat et ses motivations et principes exprimés en séance par les élus, notamment en regard de l'importance de conserver des espaces en bord de Seine pour des activités d'intérêt général au côté des activités commerciales et industrielles pré-existantes [1] ainsi que le texte de ce vœu [2]

Articles connexes

Lien externe

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).