Virtus (fédération sportive)

Aller à la navigation Aller à la recherche

Virtus
Fichier:Virtus Logo.png

Nom officiel Virtus, World intellectual impairment sport
Nom(s) précédent(s) INAS-FMH puis INAS-FID
Sport(s) représenté(s) Multisports
12 sports + 5 en partenariat
Création 1986
Président Marc Truffaut (depuis avril 2017)
Siège Royaume-Uni
Affiliation Comité international paralympique
Nations membres 80
Site web virtus.sport

Virtus, World intellectual impairment sport (« sport mondial de la déficience intellectuelle »)[1], est une fédération sportive internationale, créée en 1986, pour promouvoir dans le monde entier le sport pour les athlètes atteints d'un handicap mental, d'autisme ou de trisomie 21.

La fédération est créée sous le nom de International sports federation for persons with mental handicap ((en français : « Fédération internationale des sports pour les personnes handicapées mentales »)) (INAS-FMH)[2]. Elle prend le nom en 1994 de International sports federation for persons with intellectual disability (« Fédération internationale de sports pour personnes ayant une déficience intellectuelle ») (INAS-FID)[2]. En 2019, elle prend le nom actuel de Virtus.

Historique

Marc Truffaut, président de la fédération depuis 2017.

L'INAS-FMH est créée par des professionnels néerlandais impliqués dans le sport et souhaitant promouvoir la participation des athlètes ayant un handicap mental dans les sports d'élite. La réunion fondatrice du premier comité exécutif est organisée en janvier 1986. L'organisation prend le nom de International sports federation for persons with mental handicap (INAS-FMH)[2]. Elle devient membre de l'ICC (International coordinating committee) qui deviendra ultérieurement le Comité international paralympique (IPC).

L'INAS-FMH compte alors 14 pays membres. Le nombre augmente régulièrement pour atteindre, en 2021, 80 pays membres.

En 1989, des 'World Games for Athletes with an Intellectual Disability (en français : « Jeux mondiaux pour les athlètes présentant une déficience intellectuelle ») ont lieu à Härnösand en Suède.

En 1992, immédiatement après les Jeux paralympiques de Barcelone, les premiers « Jeux paralympiques pour personnes présentant un handicap mental » ont lieu à Madrid.

En 1994, l'INAS-FMH devient l'INAS-FID International sports federation for persons with intellectual disability[2].

En 1996, pour la première fois, un petit programme d'épreuves pour athlètes handicapés mentaux est inclus dans les Jeux paralympiques d'Atlanta[3].

En 2000, un programme plus large comprenant athlétisme, natation et basket-ball est inclus dans les Jeux paralympiques de Sydney, mais il apparaît que l'équipe espagnole de basket-ball a intégré des joueurs valides dans leur équipe, ce qui a entraîné la disqualification de l'équipe espagnole et la suspension des épreuves jusqu'en 2009[4].

En 2004, les premiers Jeux globaux sont organisés à Bollnäs en Suède regroupant 40 pays dans six sports.

En 2009, un nouveau système rigoureux de vérification de la déficience intellectuelle est approuvé, qui permet à des athlètes de participer aux Jeux paralympiques de 2012 à Londres dans certaines épreuves : athlétisme, saut en longueur, lancer du poids, 1 500 m (en catégorie T20/F20), en natation, 200 m nage libre, 100 m brasse, 100 m dos (en S14) et tennis de table (en catégorie 11)[4].

Le programme sportif continue de se développer considérablement pour atteindre aujourd'hui 18 sports, tandis que ses membres se sont développés pour couvrir les 5 continents.

En 2019, INAS devient Virtus, World intellectual impairment sport[1].

Objectifs

Virtus considère que les athlètes ayant une déficience intellectuelle à travers le monde ont la possibilité d’atteindre l'excellence dans le sport et la compétition de haut niveau[5].

Les objectifs de la fédération sont ainsi les suivants :

  • Gérer un programme annuel de compétitions régionales et mondiales de haute qualité ;
  • Maintenir des systèmes rigoureux et transparents de gouvernance, d'organisation et d'administration ;
  • Appliquer une approche équitable, cohérente et transparente à l'enregistrement et la classification des athlètes ayant une déficience intellectuelle ;
  • Promouvoir et contribuer au développement des opportunités sportives dans tous les pays membres ;
  • Promouvoir et célébrer le sport et la réussite sportive des personnes ayant une déficience intellectuelle déficience à travers le monde ;
  • Respecter et promouvoir les principes du fair-play et du sport sans dopage ;
  • Opérer sans discrimination politique, religieuse, économique, handicap, sexe, orientation sexuelle ou race.[5].

Gouvernance

Structure

Virtus est géré par un conseil d'administration qui supervise la stratégie et la politique au nom des membres. Marc Truffaut (France) préside le conseil et Barry Holman (États-Unis) en est le Secrétaire général.

Plusieurs comités appuient le Conseil : Comité d'éligibilité, Comité anti-dopage, Comité TUE (autorisations d'usage à des fins thérapeutiques), Comité des élections, Comité financier, Comité médical et 12 comités pour chacun des sports gérés directement par Virtus.

Anciens présidents

  • Bernard Atha (Royaume-Uni)[6]
  • 1989-2001 : Fernando Martín Vicente (Espagne)[7]
  • Jos Mulder (Pays-Bas)
  • 2006-2013 : Bob Price (Royaume-Uni)[8],[9],[10]
  • 2013-2017 : Jose Amaury Russo (Brésil)[11]
  • Depuis 2017 : Marc Truffaut (France)[12]

Sports reconnus

Les sports reconnus par Virtus sont[13] :

Virtus a établi des partenariats (mémorandum d'entente) avec plusieurs fédérations internationales pour la pratique d'autres sports[13] :

Compétitions

Des championnats du monde et continentaux sont organisés par Virtus pour chacune des disciplines gérées par la fédération.

Des Jeux globaux sont organisés depuis 2011 tous les quatre ans. La dernière édition a été organisée à Vichy en France en juin 2023[23],[24].

Éligibilité et classification

L'éligibilité et la classification sont essentielles à une compétition équitable dans l'handisport. Pour tous les sports, l’éligibilité est la première étape que tout athlète ayant une déficience intellectuelle doit franchir pour concourir. Dans certains sports ayant un parcours paralympique, la classification est de plus obligatoire.
Ainsi, l'éligibilité garantit que l'athlète a un handicap minimum éligible conformément au code de classification du Comité international paralympique. C'est un processus géré mondialement par Virtus.
La classification établit, quant à elle, si la déficience a un impact sur la performance sportive. Le processus est géré directement par la fédération internationale du sport concerné.
Pour les compétitions organisées par Virtus, seule l'éligibilité est requise. Pour les compétitions paralympiques, l'éligibilité et la classification sont requises[25]. La catégorie II1, décrite par Virtus, est exigée par le Comité international paralympique[26].

Catégories d'éligibilité[25]
Catégorie Description
II1 Athlètes ayant une déficience intellectuelle

Il s'agit du groupe d'éligibilité initial pour les athlètes handicapés et est inclus dans certains sports aux Jeux paralympiques. Les athlètes peuvent participer à la natation en classe S13, à l'athlétisme en classe T20/F20[26] et au tennis de table en classe 11. Les critères d'éligibilité sont basés sur les recherches et les conseils de l'Organisation mondiale de la santé et de l'Association américaine pour les déficiences intellectuelles et développementales (AAIDD) (en). De manière synthétique, un athlète doit montrer :

  • Un quotient intellectuel inférieur à 75 ;
  • Des limitations importantes du comportement adaptatif exprimées dans les compétences adaptatives conceptuelles, sociales et pratiques ;
  • Une déficience diagnostiquée avant l'âge de 22 ans (c'est-à-dire au stade de développement de leur vie).

Pour les athlètes II1, il existe deux niveaux d’éligibilité. Les athlètes doivent consulter attentivement leur organisation membre pour identifier le niveau auquel ils doivent postuler :

  • Niveau 1 (admissibilité nationale) : permet d'accéder à certains événements de développement et à certains événements nationaux sanctionnés ;
  • Niveau 2 (admissibilité internationale) : permet l’accès aux championnats régionaux et mondiaux et constitue une condition préalable à la classification des sports paralympiques.
II2 Athlètes ayant une déficience intellectuelle et une déficience supplémentaire importante

Il est très fréquent que les personnes ayant une déficience intellectuelle présentent également des déficiences physiques et/ou sensorielles, telles qu'une paralysie cérébrale ou une déficience visuelle. D'autres déficiences peuvent inclure des différences dans les structures anatomiques et musculaires et des problèmes cardiaques et respiratoires. Les déficiences intellectuelles et physiques/sensorielles ont souvent un impact simultané, ce qui signifie que les athlètes doivent s'adapter et surmonter les deux. Certains syndromes qui causent une déficience intellectuelle sont également associés à des déficiences supplémentaires. Le syndrome de Down (trisomie 21) en fait partie et constitue la forme la plus courante de déficience intellectuelle génétiquement identifiée. La catégorie II2 a été introduite pour refléter la variété de déficiences qui peuvent accompagner une déficience intellectuelle et garantir une concurrence plus équitable.

II3 Athlètes autistes

L'autisme ou trouble du spectre de l'autisme (TSA), comme on l'appelle désormais communément, est défini par l'OMS comme un groupe de troubles complexes du développement cérébral situés sur un continuum de gravité. Ceux-ci se caractérisent par des difficultés d’interaction sociale et de communication et des intérêts et activités restreints et répétitifs. La sensibilisation à l'autisme augmente partout dans le monde, tant chez les adultes que chez les enfants. Environ 60 à 70 pour cent des enfants diagnostiqués autistes reçoivent également un diagnostic de déficience intellectuelle. Cependant, certaines personnes ne souffrent pas de déficience intellectuelle, et cette condition était auparavant appelée syndrome d'Asperger (ou parfois appelée autisme de haut fonctionnement). Cette catégorie a été développée par Virtus pour offrir des opportunités qui changent la vie et permettre aux personnes autistes de concourir aux plus hauts niveaux sportifs.

Académie Virtus

L'Académie Virtus a été créée en 2021 pour devenir un pôle mondial de recherche, de formation et d'éducation, afin de stimuler le développement du sport d'élite pour les athlètes ayant une déficience intellectuelle. Plusieurs axes sont développés : athlètes, entraîneurs, éligibilité et classification, recherche, formation, ressources documentaires[27],[28].

Partenariats

Virtus est membre fondateur en 1989 du Comité international paralympique[29],[30].

Douze sports sont directement gérés par Virtus, mais pour six sports (voir ci-dessus), des partenariats ont été établis avec plusieurs fédérations internationales qui gèrent la pratique de ces sports.

En 2024, un partenariat est établi entre l'IBSA, World Abilitysport (anciennement IWAS) et Virtus,notamment dans le domaine de la lutte contre le dopage et dans celui des médias, de la communication et de la radiodiffusion[31].

Un partenariat a également été établi avec la Confédération internationale francophone Sport adapté Culture (CIFSAC).

En images

Notes et références

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « International Sports Federation for Persons with Intellectual Disability » (voir la liste des auteurs).
  1. 1,0 et 1,1 (en) « About us », sur virtus.sport, Virtus (consulté le )
  2. 2,0 2,1 2,2 et 2,3 (en) « Virtus (Inas) », sur uia.org, Union of International Associations/Union des associations internationales (consulté le )
  3. (en) « 1996 Atlanta. Atlanta see the Paralympics attract corporate sponsorship for the first time », sur insidethegames.biz, Inside the Games (consulté le )
  4. 4,0 et 4,1 (en) Bethan Jinkinson et Claudia Hammond, « How the Paralympics checks intellectual disability » [« Comment les Jeux paralympiques contrôlent la déficience intellectuelle »], sur bbc.com, BBC, (consulté le )
  5. 5,0 et 5,1 (en) « Governance and policies », sur virtus.sport, Virtus (consulté le )
  6. (en) « A sad farewell to our President & Former Chairman, Bernard Atha CBE », sur sportexceluk.org, (consulté le )
  7. par François Musseau, « Scandale à la tête du handisport espagnol », Libération,‎ (ISSN 0335-1793, e-ISSN 2262-4767, lire en ligne, consulté le ).
  8. (en) Tom Degun, « Price keen to avoid repeat of 2000 intellectual disability cheating scandal », sur insidethegames.biz, Inside the Games, (consulté le )
  9. (en) « Dr Bob Price, Inas President », sur virtus.sport, Virtus, (consulté le )
  10. (en) « Former Inas President awarded honorary doctorate », sur insidethegames.biz, Inside the Games, (consulté le )
  11. (en) « Russo elected new Inas President », sur paralympic.org, CIP, (consulté le )
  12. « Un Français à la tête de la Fédération internationale du sport adapté », sur vivrefm.com, Vivre FM, (consulté le )
  13. 13,0 13,1 13,2 13,3 13,4 13,5 et 13,6 (en) « Sports », sur virtus.sport, Virtus, (consulté le )
  14. « La WBSC signe un protocole d'accord avec VIRTUS - la Fédération sportive internationale pour athlètes en situation de handicap intellectuel », sur wbsc.org, WBSC, (consulté le )
  15. (en) « Golf Opportunities for US Athletes with Intellectual Impairment », sur athleteswithoutlimits.org, Athletes Without Limits (AWL) (consulté le )
  16. (en) Rules of Para-hockey for Athletes with an Intellectual Disability (HockeyID) (effective from 1 July 2022), FIH, 18 p. [lire en ligne] .
  17. Sophie Van De Vorst, Jan Burns, Thomas Fletcher et Debbie Van Biesen, 2023
  18. (en) Michael Houston, « Virtus partner with World Karate Federation to grow intellectual impaired sport », sur insidethegames.biz, Inside the Games, (consulté le )
  19. (en) « World Karate Federation and Virtus join forces », sur sportexceluk.org, Sport Excel UK (consulté le )
  20. (en) « Taekwondo », sur virtus.sport, Virtus (consulté le )
  21. (en) « World Sailing to grow the sport with International Federation for Athletes with Intellectual Impairments (INAS) », sur sailing.org, (consulté le )
  22. (en) « INAS-FID adopts sailing », sur sail-world.com, (consulté le )
  23. « Les Global Games 2023 à Vichy », sur vichy-communaute.fr, Vichy Communauté, (consulté le )
  24. « Les Virtus Global Games 2023, rendez-vous à Vichy », sur france-paralympique.fr, CPSF, (consulté le )
  25. 25,0 et 25,1 (en) « Athlete Eligibility and Classification », sur virtus.sport, Virtus (consulté le )
  26. 26,0 et 26,1 (en) « Classification in para-athletics », sur paralympic.org, CIP (consulté le )
  27. (en) « Virtus Academy », sur thevirtusacademy.com, Virtus (consulté le )
  28. Debbie Van Biesen, 2021.
  29. (en) « Paralympics history », sur paralympic.org, CIP (consulté le )
  30. (en) « Recognised international sports Federations », sur paralympic.org, CIP (consulté le )
  31. (en) « IBSA, World Abilitysport, Virtus, join operational forces », sur ibsasport.org, IBSA, (consulté le )

Voir aussi

Biographie

  • (en) Roy Compte, « Les sportifs handicapés mentaux face au sport de haut niveau : le regard des acteurs », Reliance, vol. 2005/1, no 15,‎ , p. 71-81 (DOI 10.3917/reli.015.0071, lire en ligne, consulté le ) [PDF].
  • (en) Élise Lantz (Inserm, Paris) et Anne Marcellini (Issul, Lausanne), « Sports games for people with intellectual disabilities. Institutional analysis of an unusual international configuration » [« Jeux sportifs pour personnes ayant une déficience intellectuelle. Analyse institutionnelle d'une configuration internationale inhabituelle »], Sport in Society,‎ , p. 14 (lire en ligne, consulté le ) [PDF].
  • (en) How is sport for people with intellectual disabilities organised across Europe?, Liège, IDEAL et KU Leuven, , 66 p. [lire en ligne] .
  • Mélanie Guiraud, « Aux Jeux paralympiques, le chemin tortueux du sport adapté », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  • (en) Debbie Van Biesen (KU Leuven), « Virtus Academy – driving the development of elite sport for athletes with intellectual impairment », European Journal of Adapted Physical Activity, vol. 14, no 2,‎ , p. 3 (ISSN 1803-3857, DOI 10.5507/euj.2021.013, lire en ligne, consulté le ) [PDF].
  • (en) Classification for Athletes with an Intellectual Impairment. Eligible Sports: Para Athletics, Para Swimming and Para Table Tennis : Application Form, Eligibility Criteria & Guidance Notes, , 7 p. [lire en ligne]  [PDF].
  • (en) Athlete eligibility application - Guidance notes, Virtus, , 13 p. [lire en ligne] [présentation en ligne]  [PDF].
  • (en) Adriana Marin-Urquiza, Jan Burns, Natalia Morgulec-Adamowicz et Debbie Van Biesen, « Structure and Organization of Sport for People With Intellectual Disabilities Across Europe : in Adapted Physical Activity Quarterly », Human Kinetics Journal, vol. 41, no 1,‎ , p. 126–152 (DOI 10.1123/apaq.2022-0212, lire en ligne, consulté le ).
  • (en) « Using surveys to analyse the pandemics impact on intellectual impairment sports », sur sip.ac.uk, Université de Sheffield Hallam - SPARC (consulté le ).
  • (en) Sophie Van De Vorst, Jan Burns, Thomas Fletcher et Debbie Van Biesen, « Developing Para-hockey for athletes with intellectual disabilities: stakeholder perspectives of challenges and opportunities », Managing Sport and Leisure,‎ , p. 18 (DOI 10.1080/23750472.2023.2292225, lire en ligne, consulté le ) [PDF].

Articles connexes

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus

  • Portail des associations
  • Portail du handisport
  • Portail de la psychologie