Encyclopédie Wikimonde

Alexandre Humboldt-Fonteyne

Aller à : navigation, rechercher

Alexandre Humboldt-Fonteyne
Naissance 1883
Décès 1939

Alexandre Humboldt-Fonteyne, à ne pas confondre avec Alexander von Humboldt (1769-1859), est un personnage imaginaire de cryptozoologue, ethnologue et explorateur franco-allemand. Michel A. de Spiegeleire, inventeur du personnage, a monté en 1998, à Bruxelles, une exposition retraçant les « découvertes » fantaisistes de Alexandre Humboldt-Fonteyne. Il lui a ensuite consacré un ouvrage, La Collection Interdite : Alexandre Humbolt-Fonteyne, préfacé par Henri Vernes[1],[2].

Biographie

Sa jeunesse

Alexandre Humboldt-Fonteyne avait une mère française et un père prussien. Il se passionne dès son plus jeune âge pour le monde du vivant. C'est son oncle maternel, Charles Fonteyne (alors professeur à l'École vétérinaire d'Alfort) qui l'encouragera dans cette voie. Les nombreuses visites du petit Alexandre au musée de l'École vont enflammer son imagination, notamment les préparations anatomiques d'Honoré Fragonard. En 1901, il débute ses études de zoologie, botanique et paléontologie à l'Université de Berlin. Les travaux de Pfizenmayer et Oscar Herz, chargés par l'Académie des sciences de Saint-Pétersbourg de collecter les restes de mammouths préservés dans les terres gelées de Sibérie, vont le passionner et le pousseront à rencontrer Pfizenmayer en 1902 pour l'assister dans la préparation de la dépouille de mammouth ramené des berges de la Berezovska.

Par la suite, Alexandre Humboldt-Fonteyne retournera à Paris pour s'installer rue Cuvier.

À la demande de Wilhem Branca, Alexandre participera de 1909 à 1916 à une vaste campagne de fouilles dans les collines de Tendaguru, en Afrique orientale (Afrique orientale allemande, qui correspond à l'actuelle Tanzanie). Cette expédition sera un succès. Elle ramènera en Europe des squelettes de dinosaures, notamment le gigantesque Brachiosaurus brancai qui se trouve encore de nos jours dans le grand hall du Muséum des Sciences naturelles de Berlin[3].

La Grande Guerre

Alexandre Humboldt-Fonteyne rentre à Berlin en 1917 et est directement promu au grade de capitaine. Il est alors envoyé sur le front des Balkans. Dans une place forte médiévale bombardée, il découvre les restes de ce qu'il nomma un Homo chiroptera. La momie de cet Homo chiroptera sera expédiée à Berlin[3].

Ses recherches

En 1922, il rejoindra l'expédition Roy Chapman [4] à Pékin. Il décide en 1923 de quitter le groupe (suite à des dissensions avec l'équipe américaine) et de monter sa propre expédition. Il commence ses recherches dans les boutiques de médecine traditionnelle chinoise dans lesquelles il finit par découvrir les fameuses dents de Dragon utilisées en pharmacopée. En 1924, il explore la région de Bantang, au pied de l'Himalaya, à la recherche du Yeti. En 1928, il arme un brick appelé l'Albatros, et voyage vers la Papouasie. En 1931, il rejoint le golfe de Carpentarie en Australie et s'aventure dans le détroit du fleuve Flinders. Toutes les trouvailles recueillies durant ces expéditions seront soigneusement étiquetées et expédiées à sa sœur à la villa Hermosa à Naples. En 1934, l'Albatros arrive à Macapa et s'aventure dans l'embouchure de l'Amazone. En 1935, Alexandre Humboldt-Fonteyne abandonne la forêt tropicale pour explorer le désert de Sonora au Mexique[3].

La seconde guerre mondiale

En 1939, installé depuis quelques mois à Lima, Alexandre Humboldt-Fonteyne est contacté par deux officier SS, Herman Müller et Ernst Gross. Ces derniers lui proposent une collaboration aux travaux de recherche de l'Ahnenerbe ainsi qu'une aide financière considérable. Il refuse catégoriquement d'aider les nazis et disparaîtra mystérieusement. Il semblerait qu'il soit mort sur le paquebot Ville de Nantes, torpillé par un sous-marin du Reich, à l'aube du 16 juin 1939. Les nazis emporteront également l'essentiel de sa collection (plus de 1500 spécimens) conservée à la villa Hermosa.

La date de ce torpillage constitue une faiblesse dans cette biographie imaginaire, les hostilités ayant commencé pour l'Allemagne dans les premiers jours de septembre 1939...

Voir aussi

Notes et Références

  1. Libération du 10 décembre 1998 « Absolument tout est faux. A commencer par le personnage d'Humboldt-Fonteyne, qui n'a existé que dans le cerveau mystificateur de son créateur: Michel A. de Spiegeleire »
  2. LeSoir.be du 17 mars 2000 « on en vient à se demander si M. de Spiegeleire ne nous mène pas aux frontières du réel et de l'imagination »
  3. 3,0, 3,1 et 3,2 http://www.surnateum.org/french/surnateum/collection/Cryptozoologie/AlexandreH.htm
  4. Roy Chapman : ce nom rappelle celui de Roy Chapman Andrews (1884-1960), un explorateur, aventurier, paléontologue et naturaliste américain.

Bibliographie

  • La Collection Interdite : Alexandre Humbolt-Fonteyne, Michel de Spiegeleire (préface d'Henri Vernes), édition Labor, 2002.

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).