Anarchisme en Jordanie

Aller à la navigation Aller à la recherche

Anarchisme en Jordanie
Image illustrative de l’article Anarchisme en Jordanie

Anarchisme par zone géographique

L'anarchisme apparait en Jordanie en 2008, avec la création d'un groupe d'une vingtaine de personnes, composé de Jordaniens et de Palestiniens[1].

Pratiquement inconnu en Jordanie avant cette date, l'anarchisme apparaît comme une composante du courant appelé la Gauche sociale (en arabe : al-Yasar al-Ijtima'y) qui fait scission du Parti communiste jordanien ; il comprend des marxistes, des anarchistes, des post-gauchistes et des membres qui refusent toutes ces étiquettes. Les anarchistes au sens strict ne seraient qu'une vingtaine sur quelques milliers de membres de la Gauche sociale mais exercent une influence non négligeable, notamment par leur refus des structures hiérarchiques. L'appartenance à un parti légal permet aux anarchistes d'avoir une activité : en Jordanie, faire de la politique hors des partis est passible d'une peine de trois ans de prison. Ils s'expriment à travers le blog Al-Anarkiyyah bi-l Urdun (« Anarchistes jordaniens ») qui est actif en 2008-2009 et appelle à des protestations contre l'offensive israélienne contre la bande de Gaza ou la tenue d'un festival de musique jordanienne à participation israélienne. Ils appellent à « sauver la Jordanie des griffes du néolibéralisme et de l'appauvrissement du peuple[2] ».

Sources

Liens externes

Articles connexes

Notes et références

  1. Panorama de l'anarchisme en Jordanie aujourd'hui, Anarkismo.net, lire en ligne.
  2. Galián, 2020, p. 151.

Bibliographie

  • Laura Galián, Colonialism, Transnationalism, and Anarchism in the South of of the Mediterranean, Palgrave Macmillan, 2020, p. 151 [1]

Article publié sur Wikimonde Plus

  • Portail de l’anarchisme
  • Portail de la Jordanie