Enrico Perano

Aller à la navigation Aller à la recherche

Enrico Perano
[[Fichier:Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 769 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).|280px|alt=Image illustrative de l’article Enrico Perano]]
Contexte général
Sport Patinage à roulettes
Site officiel Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 769 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Biographie
Nom dans la langue maternelle Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 769 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Nationalité sportive Italienne
Nationalité Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 769 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Naissance
Lieu de naissance Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 769 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Décès Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 769 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Lieu de décès Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 769 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Taille 180 cm
Poids de forme Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 769 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Partenaire Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 769 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Club INLINE PERANO

Enrico Perano (né le à Acqui Terme) est un patineur italien, l'un des fondateurs du style slalom (it) et l'un des représentants de la spécialité.

Biographie

La rencontre avec les patins

La rencontre avec les patins a lieu le jour de ses 35 ans, en 1995, lorsqu'il en reçoit une paire en cadeau. Depuis, une passion grandissante est née chez Enrico qui l'a d'abord conduit à se consacrer aux sauts, aux gradins et au slalom. Se rendant au concours de Lausanne en 1995, il a l'occasion de voir les performances de patineurs du plus haut niveau, dont Hédi Mabrouk, Radenko et Diego Correjero. Impressionné par leur capacité, il commence à s'entraîner quotidiennement, même pendant deux ou trois heures, pour tenter d'apprendre les personnages dont il a été témoin pendant le Concours et qu'il a filmé, bien décidé à se présenter l'année suivante à cet événement. Ses efforts sont récompensés par une 2e place à Lausanne, une 4e place en style et une 7e place en vitesse à Zurich en 1996. La même année, il apprend, à travers une VHS, le roller dance, qui se pratiquait à l'époque à Central Park .

Les premiers succès et le voyage à l'étranger

En 1997, il gagne Rollermania, grâce à l'introduction de certaines étapes innovantes qu'il a inventées, comme les [fleurs d'Ala]. Enrico se rend compte, en effet, de la possibilité de changer le pas qui est effectué, tout en faisant face à une rangée de broches. Auparavant, la règle prévoyait que l'étape d'entrée soit maintenue pendant toute la durée de l'exécution. Il décide également de partir aux États-Unis, d'essayer personnellement les pas de roller dance, qu'il avait vus sur la cassette, et de rencontrer les athlètes qui l'avaient tellement fasciné. Le 1997 se termine pour lui avec de nombreuses courses remportées (toutes les étapes de la Roller cup et une 2e place à Lausanne) et de nombreux records personnels. En fait, Enrico ne se limite pas à la pratique du slalom et du saut de style, mais se consacre également à la descente et au microslalom, avec un exploit personnel important : en novembre 1996 à Turin via Roma il tacle, procédant en arrière sur une jambe, une rangée de 100 verres, avec les centres 30 cm l'un de l'autre, en 36 "[1]. Malheureusement, le record ne fait pas partie des records du monde Guinness car il ne constituait pas le dépassement d'un record préexistant.

Toujours en 97, il est contacté et sponsorisé par la compagnie Tecnica qui, en plus de lui fournir son propre patin CT, convenablement modifié, conçoit un nouveau modèle spécialement pour lui et ses pas de danse: le Twister. Enrico entame ainsi la naissance de l'équipe technique européenne, à laquelle il ajoute, après un certain temps, des athlètes qui deviendront bientôt champions internationaux, comme les frères Galliazzo et Sébastien Lafargue.

L'accident

L'année de 1998 représente une étape importante pour Perano, non seulement pour les résultats des compétitions compétitives, où il remporte à nouveau toutes les étapes de la RollerCup et du Lausanne Contest, mais aussi et surtout pour les records personnels. En effet, il atteint 80 km/h de descente en arrière sur un pied et parvient à boucler 20 cônes, toujours avec un pied, en avant avec 8 mètres de run-up seulement en un temps de 2,48 "mesuré du premier au premier dernier cône et en arrière en 2,8 ".

Sa carrière sportive subit cependant un revers momentané et inattendu lorsque, le 21 novembre 1998, Enrico est victime d'un grave accident, lors d'une descente dans le Val di Susa, à la suite de quoi il reste dans le coma pendant une semaine et parvient à se remettre. et de se remettre en piste dans un temps assez court, remportant déjà les courses StyleSlalom l'année suivante, en 1999 au cours de laquelle il finit également 3e d'une course de descente.

L'adieu aux compétitions

Perano décide d'abandonner les compétitions de style slalom à la fin de 1999, se consacrant à l'animation et aux spectacles, continuant à se perfectionner en descente et cultivant la danse en ligne.

La collaboration avec Roxa et le patin x-treme

En 2005, il entame sa collaboration avec Roxa, qui aboutit au développement d'un skate signature: le Roxa Extreme. Il s'occupe également, en tant que promoteur, de l'entraînement athlétique de l'équipe Roxa (auquel participe Sarah Veronese, championne du monde de Speed Slalom en 2008 et 2009). C'est en 2006 qu'Enrico accomplit un autre exploit: il se détache de la vitre d'une voiture roulant à 140 km/h, en utilisant un dérapage Roxa S4 avec seulement 4 roues de 84 mm de diamètre [2] . En 2008, il a perfectionné le record de 80 km/h sur une jambe en arrière, répétant l'exploit, mais sans porter le patin gauche. Par conséquent, se détacher d'une voiture roulant à 50 km/h, tournée en arrière uniquement sur le pied droit et sans possibilité de soutenir le gauche, commence une descente dans laquelle elle atteint la limite de 80 km/h. Le record est répété à plusieurs reprises, en 2013 et 2014, à Palombara Sabina (Rome) [3],[4] dépassant le seuil de 80 km/h, et aux alentours d'Asti [5] .

En 2011, il se détache sur l'herbe de l'aile d'un ultra-léger, au moment du décollage, à environ 110 kilomètres à l'heure [6], et en 2013 il parcourt tout le tunnel Ceresole Reale de 3.5 km de long à l'arrière sur un patin, atteignant 85 km/h[7] .

En janvier 2017, une de ses vidéos a été ajoutée à la page Facebook «les gens sont géniaux»[8], gagnant plus d'un million de vues en une nuit.

En 2018, toujours à Palombara Sabina, elle dépasse les 85 km/h, une vitesse mesurée par des cellules photoélectriques [9] .

Le 18 novembre de la même année, l'équipe de télévision DMAX vient de Londres spécifiquement à Asti pour l'interviewer et filmer sa performance [10] .

Entrée dans la Fédération (anciennement FIHP, maintenant FISR )

Le 24 avril 2009, il a nommé CT de patinage libre italien de la FIHP [11] et en 2011 est devenu technicien digne de FreeStyle et promoteur en Italie.

Notes et références

  1. [vidéo] Esecuzione microslalom sur YouTube
  2. [vidéo] Downhill su un solo pattino sur YouTube
  3. [vidéo] Downhill sur YouTube
  4. [vidéo] Downhill 2 sur YouTube
  5. [vidéo] Downhill sur YouTube
  6. [vidéo] Roxa gives you wings sur YouTube
  7. [vidéo] Ceresole Reale sur YouTube
  8. « People are Awesome »
  9. [vidéo] Downhill sur YouTube
  10. [vidéo] Intervista DMAX sur YouTube
  11. Le principali deliberazioni del consiglio federale a Palinuro, fihp.org, 24 aprile 2009, pp. 13

Bibliographie

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 193 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).