Encyclopédie Wikimonde

Georges Tourlet

Aller à : navigation, rechercher

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 121 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value). Georges Tourlet est un Grand Reporter français.

Biographie

Georges Tourlet a fait ses études au lycée Descartes à Tours et a obtenu une licence en lettres modernes à Paris-Sorbonne.

Il est spécialiste du monde hispanique et lusophone. Sa carrière de journaliste débute dans l'audiovisuel public.

Après diverses affectations dans les stations régionales de l'ORTF, Georges Tourlet rejoint la structure outre-mer de l'ORTF et sera nommé à l'île de La Réunion[1] comme Rédacteur-Présentateur.

Il quitte ce poste pour intégrer la DAEC, autre structure autonome de l'ORTF, dépendante du ministère des Affaires étrangères, à l'instar de Radio France internationale, pour occuper le poste de correspondant permanent Radio-Télévision (France Inter et chaîne de télévision) pour l'Afrique Australe, en résidence à Johannesbourg.

En janvier 1972, Tourlet est à Djibouti, à la veille de l'indépendance du territoire, pour l'ORTF, mais aussi en qualité de correspondant permanent radio et télé, (France Inter et TV) pour la Somalie et l'Éthiopie (révolution, chute de Hailé Sélassié, coup d'État de Mengistu, etc.) avec double résidence à Addis-Abeba et Djibouti.

Avec la dissolution de l'ORTF, remplacée par trois chaînes de télévision, Radio France et RFI, Tourlet intègre FR3 jusqu'en 1976, date à laquelle il rejoint INF2, seconde chaîne télé, en qualité de Présentateur du journal du soir.

En septembre 1977, il démissionne de INF2 pour Radio France, où il est engagé par Jacqueline Baudrier, Présidente-Directrice Générale, en qualité de chef d'édition et présentateur des journaux du matin de 7h et 8h.

De 1979 à 1986, Grand Reporter ou Envoyé Spécial Permanent, il exercera son métier dans de nombreux pays pour Radio France, mais également pour France 2 et France 3. Il sera au Chili et en Argentine pendant la dictature, la guerre des Malouines, le retour de la démocratie, le procès des généraux ; au Nicaragua pendant la révolution sandiniste ; au Salvador durant la guerre civile ; à Cuba et dans la plupart des pays d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud.

En Europe, il couvre les derniers soubresauts du franquisme, les derniers procès de la dictature, les premières élections libres, la transition démocratique espagnole dans son intégralité, l'avènement du nouveau Portugal de la Révolution des Œillets, en qualité d'envoyé spécial permanent de France Inter à Madrid et directeur de la délégation de Radio France dans la péninsule.

De 1986 à 1988, Correspondant Permanent à Rome, accrédité auprès du Saint Siège, directeur de la délégation de Radio France Italie, il est de tous les voyages du pape Jean-Paul II à travers le monde.

En juillet 1986 Georges Tourlet revient à la télévision, à France 3 et à des postes de direction. De 1986 à 1987, chef de service et rédacteur en chef à FR 3 Corse ; de 1988 à 1991, chef de service et rédacteur en chef à FR 3 Aquitaine.

En janvier 1992, il se porte candidat aux postes, nouvellement créés par le Ministère des Affaires étrangères, d'attaché audiovisuel et chargé de mission au Laos, en Jordanie et en Hongrie. Sa candidature est retenue. Et c'est à l'ambassade de France à Budapest, chargé de mission et Attaché Audiovisuel pour l'Europe centrale et pour la Yougoslavie avec statut de Diplomate qu'il est nommé.

En juillet 1994, Jean Pierre Elkabbach, nouveau PDG de France Télévision, réintègre Georges Tourlet en tant que grand reporter à France 2/3.

En août 1995, il est chargé de créer à Madrid, par le même Jean-Pierre Elkabbach, et de diriger en qualité de correspondant permanent le bureau de France Télévision (France 2/France 3) pour la péninsule ibérique et le Maghreb, poste qu'il occupe jusqu'en 2004.

Période durant laquelle il est aussi envoyé en Bosnie et au Kosovo, pendant la guerre des Balkans et en Asie pour la restitution de Hong Kong et de Macao à la Chine.

Il termine sa carrière dans l'audiovisuel public, rédacteur en chef des journaux nationaux de France Télévision.

Journaliste indépendant et conseil en communication, Georges Tourlet collabore ensuite avec plusieurs radios et télévisions francophones et à divers journaux.

En 2010, il est à Fort de France (Martinique) et, rédacteur en chef, dirige la chaîne privée antillaise, ATV (Antilles télévision-holding radiotélécaraibes), chaine satellitaire qui couvre l'ensemble de l'arc caraïbe. Avec ATV, il ira en reportage en Haïti (séisme), Mexique (le Yucatán maya et tourisme de masse), Miami, Porto Rico, Guyane, Guadeloupe, Saint Martin.

En 2010 il réalise pour une société de production locale (ARAWAKS.PRO), dont il devient actionnaire, des magazines sur la protection de l'environnement et les espèces animales menacées des Antilles françaises.

En 2011 en France, Georges Tourlet collabore avec différentes chaines de la TNT dont Equidia et réalise plusieurs clips sur les "Chemins de pèlerinage à Saint Jacques de Compostelle" pour l'association Ultreia, dont il est le Président, et la région Aragon.

Depuis 2011, dans le cadre de cycle de conférences sur les métiers de la presse, l'écriture sur image et le montage, organisé par le Club de la Presse espagnole, il se produit régulièrement devant les étudiants de l'Université Complutense de Madrid.

Georges Tourlet a aussi étè formateur à Mediatraining, société créée par Gérard Beaufils, pour la préparation des cadres publics, privés, diplomates, chefs d'entreprises, à la prise de paroles et discours, au contact avec la presse, à la technique et maitrise de l'interview, etc.

Depuis 2014, après un cycle de formation à l'INA et à DIXIT, il est producteur de documentaires. Co-fondateur d'une société de production multimédia, New Atlantis dont le siège social est à New York avec délégations à Buenos Aires, Madrid, Paris et Bruxelles.

Avec New Atlantis, en collaboration avec TVE et Canal + Espagne, Arte, la 5, il a étè producteur exécutif (Michael Turner) et scénariste d'une série de documentaires sur l'Amazonie (Ultima Llamada), sur Djibouti (Media Noche en Djibouti) et sur l'Éthiopie (Harar et Arthur Rimbaud).

Aujourd'hui producteur, administrateur et membre du comité directoire.

Il est citoyen d'honneur de la République de Djibouti.

Notes et références

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).