Jacques Karpo

Aller à la navigation Aller à la recherche
Jacques Karpo
une illustration sous licence libre serait bienvenue

Jacques Karpo (1941-1991) est un metteur en scène d'opéra français qui a dirigé l'Opéra municipal de Marseille pendant 17 ans.

Carrière

Jacques Karpo est né en à Toulouse. Lors de la Seconde Guerre mondiale, il se réfugie en Floride, à Sarasota[1], puis se forme au piano et au violoncelle à New-York[2]. À San Francisco, entre 1971 et 1980, il se forme à la mise en scène aux côtés de Jean-Pierre Ponnelle et travaille dans le domaine du cinéma et du théâtre.

En 1972, il s'engage auprès de l'Opéra de Marseille, dont il devient peu après le directeur à l'âge de 33 ans[3], tout en continuant à proposer des mises en scène, dans la ville phocéenne comme dans de nombreux opéras du monde entier et en particulier à l'opéra de San Francisco. Au total, il signe près d'une cinquantaine de productions[4], notamment aux Chorégies d'Orange.

Il dirige l'Opéra de Marseille jusqu'à sa mort et laisse une « trace indélébile »[5], faisant de ce théâtre municipal une scène qui compte en France et en Europe[6]. Karpo attire en effet certains des plus grands chanteurs du monde (Alfredo Kraus, José Van Dam, Léonie Rysanek, Leo Nucci, Rockwell Blake, entre autres) et contribue à faire connaître de jeunes artistes français comme Martine Dupuy. Appuyé sur le coeur du répertoire (Verdi[7], Puccini, etc) qui fidélise le public, et en collaboration avec le directeur musical János Fürst, Karpo élargit l'horizon en proposant des oeuvres de Richard Strauss[8] (Elektra, 1980), Antonín Dvořák (Rusalka, 1982)[9] et Leoš Janáček. Il donne en 1984 la première en France de l'opéra de Darius Milhaud Christophe Colomb dont il assure la mise en scène[10],[11],[12].

En décembre 1983, le ministère de la Culture et le conseil régional Provence-Alpes-Côte d'Azur confient à Jacques Karpo la direction unifiée des deux Centres d'insertion professionnelle d'art lyrique qui préexistaient (l'un à Nice pour les solistes, l'autre à Marseille pour les choristes)[13].

Il meurt à Marseille, le 24 septembre 1991 d'une infection à la suite d'une greffe du poumon[1].

Hommage

Un hommage lui est rendu en 2006 par la ville de Marseille en donnant son nom à un espace du foyer de l'Opéra municipal[14].

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 (en) CRAIG BASSE, « Opera director Jacques Karpo, graduated from Sarasota High », sur Tampa Bay Times, (consulté le )
  2. « Disparition du metteur en scène Jacques Karpo », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. « Karpo Jacques - Greek National Opera », sur virtualmuseum.nationalopera.gr (consulté le )
  4. « Jacques Karpo (1940-1991) », sur data.bnf.fr (consulté le )
  5. L'opéra de Marseille, Autres temps, (ISBN 9782845214699) .
  6. Marion Cocquet, « Marseille-Provence 2013 - L'opéra qui appartient aux Marseillais », sur Le Point, (consulté le )
  7. Guide pratique de la musique, Seghers, , 456 p. [lire en ligne (page consultée le 11 septembre 2022)] [présentation en ligne], p. 121 .
  8. Francis Carlin, « La Chartreuse de Parme, Opéra de Marseille », sur Financial Times, (consulté le )
  9. « Jacques Karpo », sur Les Archives du Spectacle (consulté le )
  10. « Création scénique a Marseille : Christophe Colomb à bon port », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. Darius Milhaud Society, « The Darius Milhaud Society Newsletter, Vol. 1, Spring 1985 », Darius Milhaud Society Newsletters, no No. 1,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. Jean LAMIRAL, « LE LIVRE DE CHRISTOPHE COLOMB à l'Opéra de Marseille », Bulletin de la Société Paul Claudel, no 97,‎ , p. 15–17 (ISSN 0037-9506, lire en ligne, consulté le )
  13. « Le centre d'insertion lyrique », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. https://www.marseille.fr/epresse/documents/thesaurus/documents/286/3011karpo.pdf.

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus

  • Portail de l’opéra
  • Portail de la musique classique
  • Portail de Marseille