Encyclopédie Wikimonde

Legal project management

Aller à : navigation, rechercher

Le legal project management (ou « gestion de projet juridique ») est l’application des principes de la gestion de projet (« project management ») au traitement d’affaires judiciaires ou transactionnelles. C’est une démarche populaire dans les cabinets d’avocats et les services juridiques[réf. nécessaire] des entreprises en Europe et aux États-Unis. Dans les cabinets d’avocats aux États-Unis le legal project management est essentiellement utilisé dans les procédures de electronic discovery (E-discovery).

Présentation

Le legal project management a pour postulat qu'une affaire judiciaire ou transactionnelle est un projet (un ensemble finalisé d’activités et d’actions entreprises par une « équipe projet » sous la responsabilité d’un chef de projet dans le but de répondre à un besoin défini par un contrat dans les délais fixés et dans la limite d’une enveloppe budgétaire allouée).

L’application des principes de gestion de projet permet donc de : contrôler les coûts du projet, contrôler les délais de livraison du projet, gérer les risques du projet, livrer un travail conforme aux attentes du bénéficiaire du projet, gérer de manière effective les ressources (humaines et technologiques) nécessaires au projet et assurer une communication entre l’équipe projet et le bénéficiaire du projet.

Fondamentaux

La finalité du Legal project management est de créer de la valeur au bénéficiaire du projet[1] en plus de la fourniture de la prestation de service juridique. À cette fin, le legal project management est fondé sur cinq croyances fondamentales[2].

  1. Fournir un service conforme aux objectifs du bénéficiaire du projet. Il s’agit de s’enquérir des attentes et objectifs du bénéficiaire du projet. L’étendue de la mission dépend de ces attentes et objectifs. L’avocat ou le juriste fournira sa prestation dans les limites de ces attentes et objectifs.
  2. Le bénéficiaire du projet et le prestataire de service sont des partenaires. Le prestataire de service partage les mêmes attentes et objectifs que le bénéficiaire du service. Par conséquent, si ce dernier demande un travail qui s’écarte des attentes et objectifs préalablement définis, le prestataire s’entretiendra avec lui avant tout réalisation de sa prestation.
  3. Le prestataire participe au succès du projet. L’objectif du prestataire est de permettre au bénéficiaire du projet de réaliser des profits et/ou de réduire ses coûts. L’efficacité du prestataire importe donc plus que le temps qu’il passe sur le projet. Pour les cabinets d’avocats cela revient à revoir leur politique de facturation (délaisser la facturation au temps passé pour une facturation fixe).
  4. La démarche du legal project management est complémentaire à l’expertise juridique du prestataire de service. Bien que l’avocat ou le juriste ne soit pas un gestionnaire de projet, la démarche du legal project management incorporée à sa pratique du droit apporte de la valeur à sa prestation de service.
  5. Le bénéficiaire du projet fait face à des problématiques liées à son activité commerciale. L’avocat ou le juriste ne résout pas des problèmes juridiques. Il fournit une prestation de service juridique afin de résoudre les problématiques liées à l’activité commerciale du bénéficiaire du projet. Il met donc à profit son expertise pour développer ou renforcer l’activité commerciale du bénéficiaire du projet. Il ne doit pas perdre cette finalité de vue. À cette fin, il doit comprendre l’activité commerciale du bénéficiaire du projet ainsi que ses objectifs quant à cette activité.

Fort de ses croyances, le legal project management apparaît comme une démarche « orientée client »[3].

Notes et références

  1. « Legal Project Management (LPM) Archives - Assistant juridique », sur Assistant juridique (consulté le 1er juin 2018)
  2. Levy, Steven B., Legal project management : control, costs, meet schedules, manage risks, and maintain sanity, DayPack Books, , 350 p. (ISBN 978-1-4499-2864-3 et 1449928641) (OCLC 648971707) [lire en ligne] 
  3. Greenwald, Carol S. (Carol Shiro), Build your practice the logical way : maximize your client relationships, American Bar Association, Section of Litigation, , 260 p. (ISBN 978-1-61438-441-0 et 161438441X) (OCLC 793379353) [lire en ligne] 

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).