Encyclopédie Wikimonde

Maîtresse Morrigàn

Aller à : navigation, rechercher

Lady Morrigàn

Lady Morrigàn ou Maîtresse Morrigàn

C'est une fetish model francophone, une performeuse et metteuse en scène issue de l'univers du spectacle et des arts dramatiques.[réf. nécessaire] Elle est très présente dans le milieu BDSM parisien depuis 2005, où elle met en oeuvre ses talents de dominatrice reconnus par ses pairs et le volume grandissant de ses admirateurs. En tant que performeuse, elle a donné des représentations à Paris.[réf. nécessaire] , Bruxelles.[réf. nécessaire] , Genève,.[réf. nécessaire] Rome.[réf. nécessaire] et Oslo.[réf. nécessaire] .

Elle a posé pour des photographes de renom tels que Christophe Mourthé, Ludovic Goubet et plus récemment Laurent Ducruit. Entre autres, interviews pour Interconnexion, Dèmonia, Paris Première[1], Dorcel, Canal+ et des chaines italiennes.[réf. nécessaire] et américaines.[réf. nécessaire] devant lesquelles elle présente la Nuit Dèmonia, la soirée annuelle fetish la plus importante d'Europe. On la voit dans les émissions télévisées la Méthode Cauet et Ça se discute[2], face à Jean-Luc Delarue en fin d'année 2007 où elle parvient à faire entendre sa différence, en dépit d'un plateau chahuteur.

Le graphiste Robinson Deschamps -alias Akiza- crée un modèle de tee-shirt à son effigie, comme il l'avait fait pour l'écrivaine Amélie Nothomb. Elle fournit matière à la rédaction du livre de Pierre des Esseintes Osez la bisexualité aux Éditions La Musardine. Elle lance en 2010 une ligne d'accessoires BDSM avec l'artisan forgeron Charon. Enfin, en Janvier 2011, elle répond aux questions de LSF Radio[3] où elle révèle aussi son projet d'exposition érotique avant l'été, en collaboration avec sa consoeur Maîtresse Elsa.

Caractéristiques

Cette « blonde Amazone », souvent revêtue de cuir noir, porte un chapeau de cavalière au long ruban de même couleur qui, au fil des ans, est devenu l'emblème principal de son personnage avec la rose rouge, sa fleur de prédilection. Martinet et cravache font, bien entendu, partie de son équestre panoplie... Stricte et sélective. Elle dispose aussi d'un « Valet » à son service depuis 2007 qui lui a notamment dédié des centaines de poésies. C'est une passionnée de mythologie médiévale et celtique doublée d'une esthète. Elle parle avec lenteur, égrenant ses mots avec un phrasé un peu Grand Siècle ; un drapé de tragédienne qui dirait du Racine. Sur ses terres en tout cas, au coeur du mystérieux « Donjon » où elle officie.

Son approche du sado-masochisme qu'elle aspire à « démocratiser » est atypique, en ce sens qu'elle le voit comme un carrefour interdisciplinaire des arts, non nécessairement SM, ce qui en fait aussi une muse, sinon une sorte de Madame Récamier moderne, toutes proportions gardées. Elle voit dans sa discipline une forme d'ouverture d'esprit et des sens, de communion entre deux êtres qui se rencontrent, la Maîtresse et le soumis, où l'écoute et le respect mutuels sont les maîtres-mots. Cela va de l'exploration des états régressifs de ses sujets nostalgiques d'un paradis perdu, à l'idéal chevaleresque d'un quêteur de Graal dont elle serait la Dame du Lac. À moins qu'elle n'incarne le « pardon » du pécheur repenti ou l'infirmière consolatrice, probable réminiscence de son ancien métier de pompier.

Sources et références

Elle y affirme sans ambiguïté exercer par ailleurs un métier légal distinct de sa passion.

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).