Pharmacie des hôpitaux de l'Est lémanique

Aller à la navigation Aller à la recherche
Pharmacie des hôpitaux de l'Est lémanique

La Pharmacie des Hôpitaux de l'Est Lémanique (PHEL) est une pharmacie interhospitalière constituée en tant qu'association à but non lucratif le 1er janvier 1984 par 7 hôpitaux de l'Est du canton de Vaud, et considérée d'utilité publique[1],[2],[3].

Dans le canton de Vaud, les hôpitaux régionaux ont créé en tout 3 pharmacies similaires pour les approvisionner en médicaments et leur assurer une assistance pharmaceutique de proximité[4]. En effet, à la création de la PHEL, a succédé en celle de la Pharmacie Interhospitalière de la Côte (PIC) à Morges, puis celle de la Pharmacie des Hôpitaux du Nord Vaudois et de la Broye (PHNVB) en à Yverdon-les-Bains[4],[5].

Histoire

Prémices (1982-1983)

Le 1er février 1982, l'Hôpital de Zone d’Aigle, l’Hôpital de Lavaux à Cully, l’Hôpital de Zone de Montreux, l’Hôpital de Mottex à Blonay, la Fondation de Nant à Corsier-sur-Vevey, l’Hôpital de la Providence à Vevey et l'Hôpital de zone Le Samaritain à Vevey décident, par convention, de s'adjoindre les services d'un pharmacien pour les approvisionner de façon commune en médicaments. Celui-ci s'installe dans l'ancienne pharmacie de l'Hôpital du Samaritain, tout en étant également responsables des pharmacies des 6 autres hôpitaux régionaux d'intérêt public de la région[1].

Auparavant, l'approvisionnement des hôpitaux régionaux était assuré par tournus par les pharmaciens de ville. Il se heurtait, toutefois, à deux problèmes importants: l’absence d’une permanence pharmaceutique au sein des établissements en cas d’urgence et le coût des produits, les achats isolés ne permettant pas d'économies d’échelle[2].

Vevey (1984-2019)

En automne , l'Hôpital du Samaritain inaugure une nouvelle pharmacie d'établissement dans son nouveau bloc médico-technique[6]. Le 1er janvier 1984, profitant de cette infrastructure, les 7 hôpitaux régionaux de l'Est vaudois la définissent comme pharmacie centrale unique, en tant qu'association à but non lucratif et sous le nom initial d'« Association de la Pharmacie centrale des hôpitaux de l'Est vaudois »[1],[3],[7],[8].

La PHEL est ainsi la deuxième pharmacie centrale à avoir été créée en Suisse pour approvisionner en médicaments plusieurs hôpitaux d’une région, après la pharmacie de l'Institut central des hôpitaux valaisans (ICHV) constituée en [5],[9]. En 1988, François Rouiller, pharmacien, écrivain et dessinateur, la rejoint, y œuvrant notamment comme pharmacien clinicien[10].

Par la suite, la PHEL évolue encore. En , l’établissement de soins palliatifs Fondation Rive-Neuve, alors à Villeneuve, se joint aux membres fondateurs de la PHEL, alors que l’Hôpital d’Aigle la quitte au tournant des années , remplacé à la même période par la Fondation Miremont à Leysin. Enfin, l’Hôpital du Pays-d’Enhaut à Château-d'Œx rejoint la PHEL en [3].

Parallèlement, à la faveur d'une série de fusions hospitalières, l'équilibre des membres de la PHEL se modifie. Dans un premier temps, ce sont les Hôpitaux du Samaritain, de Montreux et de Mottex qui fusionnent en en un hôpital multisite de la Riviera, auquel s'ajoute l'Hôpital de la Providence en . Par la suite, la fusion de l'Hôpital de la Riviera avec l'Hôpital du Chablais donne naissance à l'Hôpital Riviera-Chablais, Vaud-Valais (HRC), membre principal de la PHEL depuis lors[11].

Dans ce contexte, la PHEL étend progressivement ses responsabilités vers le Chablais valaisan également. À partir de , elle assume la préparation centralisée et l'approvisionnement des chimiothérapies pour l'Hôpital du Chablais (site de Monthey)[3]. Ensuite, dès fin , l'HRC lui confie l'entier de l'approvisionnement en médicaments de ses sites d'Aigle et Monthey, tout comme la responsabilité de leur assistance pharmaceutique[12].

Rennaz (depuis 2019)

À la faveur de la construction du Centre hospitalier de Rennaz par l'HRC, la PHEL déménage son siège et sa pharmacie centrale à Rennaz, dans le Chablais vaudois, début [13],[14], un mois avant le début du déménagement des divers sites de l'HRC, qu'elle accompagne également sous l'angle pharmaceutique[15]. À cette occasion, la PHEL modernise aussi son équipement en acquérant un robot de dispensation globale et développe de nouvelles prestations, notamment celles d'assistantes en pharmacie en unité de soins[13],[16].

Dans le contexte du déménagement de l'HRC à Rennaz, la Fondation Miremont passe en mains privées[17]. Dès le 1er janvier 2020, les membres de la PHEL ne sont donc plus qu'au nombre de cinq: l'Hôpital de Lavaux, la Fondation de Nant, le Pôle Santé Pays-d'Enhaut, la Fondation Rive-Neuve et l'HRC, dont le délégué préside la PHEL[18].

Peu après son aménagement dans ses nouveaux locaux, tout comme l'HRC et les autres hôpitaux suisses, la PHEL doit faire face à la pandémie de Covid-19 et adapte rapidement son fonctionnement pour garantir l'approvisionnement en médicaments et ses prestations cliniques à ses hôpitaux membres et partenaires privés[19]. Durant les deux premières vagues de pandémie, la PHEL est soutenue dans certaines de ses missions par la protection civile vaudoise[20]. En , la PHEL est aussi impliquée dans la préparation des dose du Vaccin contre la Covid-19, notamment au sein des centres de vaccination de Rennaz[21] et de Montreux[22],[23].

À la même période, dans le sillage de l'HRC, la PHEL fait face aussi à des difficultés financières transitoires[24][25]. Depuis fin 2022, elle doit aussi faire face, comme toutes les pharmacies d'hôpital européennes, à une pénurie de médicaments significative[26].

Activités

Au sein de la Fédération des Hôpitaux Vaudois, les 3 pharmacies interhospitalières, PHEL, PIC et PHNVB, travaillent conjointement, en négociant notamment des conditions d'achats préférentielles auprès des fournisseurs de médicaments[4]. Depuis , elles sont toutes certifiées ISO 9001 grâce à une démarche commune, attestant ainsi de prestations de qualité[27].

À côté des hôpitaux régionaux, ces 3 pharmacies interhospitalières peuvent desservirent également des cliniques privées et des maisons de retraites médicalisées (établissements médico-sociaux; EMS)[4]. La PHEL est notamment partenaire de plusieurs cliniques privées de la Riviera vaudoise, ainsi que d'une quinzaine d'EMS de l'Est vaudois, dont ceux de la Fondation Claire Magnin[16],[28].

Le but de la PHEL est de fournir à ses membres, ainsi qu'à ses autres partenaires[18] :

  • une assistance pharmaceutique de qualité;
  • des médicaments et autres produits aux meilleures conditions.

Dans ce cadre, elle met à disposition des prestations de logistique pharmaceutique, de fabrication et de pharmacie clinique, de même que de recherche et d'enseignement.

Logistique pharmaceutique

Que ce soit pour ses hôpitaux membres, des cliniques privées ou des EMS, la PHEL acquiert de nombreux médicaments de façon groupée directement auprès de l'industrie pharmaceutique. En , afin d'optimiser encore ses conditions d'achat, elle s'affilie à la Centrale d’achat et d’ingénierie biomédicale (CAIB), créée par le Centre hospitalier universitaire vaudois et les Hôpitaux universitaires de Genève[29]. La PHEL stocke de façon intermédiaire les médicaments achetés dans ses locaux, notamment à l'intérieur d'un robot de distribution globale, et les redistribue ensuite grâce à différents partenaires[16].

De nombreuses assistantes en pharmacie œuvrent également directement dans les unités de soins, dont certaines équipées d'armoires sécurisées informatisées (en) à l’HRC, et aident ainsi à améliorer sécurité, traçabilité et gestion de stock des médicaments[16],[30].

Fabrication

Depuis sa création, la PHEL dispose d'un laboratoire de pharmacie galénique destiné, notamment, à préparer des pommades, sirops ou gélules ne se trouvant pas sur le marché. Depuis , elle est aussi chargée de la préparation de quelque 8’000 traitements de chimiothérapie par année, dans des salles blanches dédiées, totalement modernisées à l'occasion de son aménagement à Rennaz[3],[16].

Depuis , pour la majorité des résidents de ses EMS partenaires, la PHEL confectionne également des semainiers individualisés sous forme de sachets, à l'aide d'un automate spécifique, afin d'améliorer la sécurité de préparation[16].

Pharmacie clinique

Par ses activités d'assistance pharmaceutique et pharmacie clinique, la PHEL a pour objectif de promouvoir une thérapie médicamenteuse efficace, sûre et économique chez les patients de ses établissements partenaires. Depuis , une Commission des médicaments des hôpitaux de l'Est lémanique tient également à jour une liste de médicaments restrictive pour garantir une telle thérapie[31].

Les collaborateurs de la PHEL spécialement formés conduisent aussi des revues de médication des patients dans le cadre de colloques ou de visites cliniques avec le personnel médico-soignant[30]. La présence régulière de pharmaciens dans les unités de soins a débuté en , à la faveur d'un projet pilote au sein de l'Hôpital d'Aigle l'année précédente[2],[5]. Actuellement, la PHEL contribue aussi aux diverses démarches de sécurité du patient de ses membres, par exemple dans le domaine de la pharmacovigilance[30].

La PHEL offre également ses prestations d'assistance pharmaceutique à ses EMS partenaires[32], notamment dans le cadre d'un programme cantonal vaudois « cercles de qualité en EMS »[4],[33].

Enseignement et recherche

Des enseignements spécifiques à destination du personnel médico-soignant des établissements partenaires sont couramment dispensés par les collaborateurs de la PHEL, qui participent également à l’élaboration de documents pharmaceutiques accessibles via le site internet de la pharmacie[30]. Des étudiants en pharmacie sont aussi régulièrement accueillis dans les locaux de la PHEL pour des cours blocs ou des stages, cela depuis [2].

De plus, en collaboration avec l'Université de Genève et l'Université de Lausanne, la PHEL conduit différentes recherches en pharmacie pratique, par exemple dans le domaine de la tabacologie[34] ou de la continuité des soins pharmaceutiques[35].

Enfin, la PHEL est également un partenaire principal du Centre spécialisé de pharmacie d'urgence et de catastrophe de l'Université de Genève, soutenu par la Confédération suisse[36].

Personnalités liées

Pharmaciens notables

Voir aussi

Bibliographie

Liens externes

Notes et références

  1. 1,0 1,1 et 1,2 Sous-série : Association de la Pharmacie des hôpitaux de l'Est lémanique (12 février 1982-13 avril 2010). Fonds : Hôpital Riviera-Chablais; Sous-fonds : Hôpital de Vevey Samaritain; Série : Relations extérieures; Cote : CH-000053-1 N 19/1330-1333. Chavannes-près-Renens : Archives cantonales vaudoises (présentation en ligne)..
  2. 2,0 2,1 2,2 et 2,3 Serge Noyer, « La pharmacie des hôpitaux à un tournant », Le Régional, no 256,‎ (lire en ligne [archive du ]).
  3. 3,0 3,1 3,2 3,3 et 3,4 Christian Schäli, « Les pharmacies d’hôpitaux se présentent : La Pharmacie des hôpitaux de l’Est lémanique (PHEL), Vevey », GSASA Journal, vol. 26, no 1,‎ , p. 32-36 (lire en ligne).
  4. 4,0 4,1 4,2 4,3 et 4,4 « Interpellation Fabienne Freymond Cantone et réponse du Conseil d'État au Grand Conseil : Quelles sont les réflexions du Conseil d’Etat au sujet des coûts générés par les médicaments en EMS, les moyens de les réduire et quelle est sa politique au sujet des pharmacies hospitalières ? », sur vd.ch, site officiel de l'État de Vaud, 13 septembre 2005 et 26 avril 2006 (consulté le ).
  5. 5,0 5,1 et 5,2 « Les pharmacies centrales : Des économies et des conseils éclairés », La Tribune FHV, no 39,‎ , p. 12-13.
  6. B. Ds, « Pharmacie de l'Hôpital de Vevey : Une expérience unique », 24 Heures, no 277,‎ , p. 16 (lire en ligne).
  7. J.-C. K., « Pharmacie-bactériologie : Un service mis à disposition de sept hôpitaux de l'Est lémanique », L'Est vaudois, no 124,‎ , p. 17 (lire en ligne).
  8. Nant : 75 ans de psychiatrie dissidente, Corsier-sur-Vevey, Fondation de Nant, , 181 p. [lire en ligne] .
  9. Institut Central des Hôpitaux : 40 ans, Sion, Institut Central des Hôpitaux, , 30 p. [lire en ligne] .
  10. Thierry Philbet, « Portrait de François Rouiller : Cultivons notre libre arbitre », pharmaJournal, no 25,‎ , p. 25-27 (résumé, lire en ligne).
  11. L’Hôpital Riviera-Chablais : Enjeux et défis d’une collaboration intercantonale, Lausanne, BHMS Editions, , 316 p. (ISBN 978-2-940527-06-9) [présentation en ligne] .
  12. PHEL et ICH, « Vaud, Valais: nouvelle répartition des activités entre la PHEL et l’ICH », pharmaJournal, no 21,‎ , p. 17-18.
  13. 13,0 et 13,1 François Rouiller et Thierry Philbet, « La PHEL se recentre sur le site de Rennaz », pharmaJournal, no 12,‎ , p. 23.
  14. Laurence Schumacher, Maria Dobrinas et al., « Using risk analysis to anticipate and mitigate failures during a hospital pharmacy relocation », European Journal of Hospital Pharmacy,‎ (DOI 10.1136/ejhpharm-2020-002525, lire en ligne).
  15. Laurence Schumacher, Florian Berthaudin et al., « Using risk analysis to ensure patients' medication safety during hospital relocations and evacuations », European Journal of Hospital Pharmacy,‎ (DOI 10.1136/ejhpharm-2020-002619, lire en ligne).
  16. 16,0 16,1 16,2 16,3 16,4 et 16,5 Valérie Passello, « Ce robot qui sait lire les ordonnances », Le Régional, no 983,‎ (lire en ligne [archive du ]).
  17. Karim Di Matteo, « La Clinique Miremont veut muer en pôle de santé local », 24 Heures,‎ (lire en ligne).
  18. 18,0 et 18,1 « Statuts de l'Association de la Pharmacie des Hôpitaux de l'Est Lémanique » [PDF], sur vd.ch, site officiel de l’État de Vaud, (consulté le ).
  19. Laurence Schumacher, Cédric Blatrie et al., « Gestion de la pandémie COVID-19 en Suisse: rôles et défis d’une pharmacie interhospitalière », Médecine de Catastrophe - Urgences Collectives, vol. 4, no 3,‎ , p. 223–232 (DOI 10.1016/j.pxur.2020.08.010, lire en ligne)
  20. Aurélien Ballif, « Plongée au cœur de la Pharmacie des Hôpitaux de l’Est Lémanique » [archive du ], (consulté le ).
  21. À Rennaz, des vaccins réservés aux seuls Vaudois, dans Le Journal sur Canal 9 (, 1,26 minutes) Consulté le . La scène se produit à 0.34.
  22. Bureau d'information et de communication de l'Etat de Vaud, « Le Canton de Vaud ouvre la vaccination à toute la population de plus de 18 ans », Lausanne, État de Vaud, (consulté le ).
  23. « Certains centres de vaccination cessent leur activité », Feuilles des avis officiels du canton de Vaud, vol. 62,‎ (lire en ligne)
  24. Stéphanie Arboit, « Hôpital Riviera-Chablais: Nous allons piloter l’hôpital par la qualité, et non par les coûts », 24 Heures,‎ , p. 4 (lire en ligne)
  25. ATS, « Rapport d’activité 2020: L’Hôpital Riviera-Chablais a soigné plus de 75'000 patients », Tribune de Genève,‎ (lire en ligne)
  26. Céline Zünd, « La rupture guette les pharmacies », Le Temps,‎ , p. 7 (lire en ligne)
  27. Gilbert Hermann, « Pharmacie interhospitalière de La Côte certifiée : Sécurité accrue dans le domaine des médicaments », Journal de Morges, no 8,‎ , p. 13 (lire en ligne).
  28. « Dans la pharmacie de la Fondation », FCM Info, no 1,‎ , p. 10-11 (lire en ligne).
  29. « Adhésion de la PHEL à la CAIB », PHEL infos, no 69,‎ , p. 10-14 (lire en ligne).
  30. 30,0 30,1 30,2 et 30,3 Pharmacie des Hôpitaux de l’Est Lémanique (PHEL), Rennaz, Hôpital Riviera-Chablais, Vaud-Valais, coll. « Comment adresser un-e patient-e à l'Hôpital Riviera-Chablais, Vaud-Valais ? », , 5 p. [lire en ligne] .
  31. J.-C. K., « La Pharmacie des hôpitaux de l'Est lémanique a vingt ans : Quel avenir avec l'hôpital unique? », La Presse Riviera Chablais, no 289,‎ , p. 6 (lire en ligne).
  32. Christine Savioz et Marie Parvex, « Ces sédatifs qui règnent sur les homes valaisans », Le Nouvelliste,‎ (lire en ligne).
  33. « Les cercles de qualité en EMS seront généralisés », 24 Heures,‎ (lire en ligne).
  34. Maria Dobrinas, Anne-Laure Blanc et al., « Clinical pharmacist's role in implementing a smoking cessation intervention in a Swiss regional hospital : An exploratory study », International Journal of Clinical Pharmacy, vol. 36, no 3,‎ , p. 526–534 (DOI 10.1016/j.ejim.2016.11.004, lire en ligne).
  35. Marine Neeman, Maria Dobrinas et al., « Transition of care : A set of pharmaceutical interventions improves hospital discharge prescriptions from an internal medicine ward », European Journal of Internal Medicine, vol. 38,‎ , p. 30–37 (DOI 10.1016/j.ejim.2016.11.004, lire en ligne).
  36. Nicolas Widmer, Laurence Schumacher et al., « Pharmacie d’urgence et de catastrophe : Un centre spécialisé voit le jour en Suisse », pharmaJournal, no 15,‎ , p. 10-13 (lire en ligne).

Article publié sur Wikimonde Plus

  • Portail de la pharmacie
  • Portail du canton de Vaud