Encyclopédie Wikimonde

Gilles Mourey

Aller à : navigation, rechercher
Gilles Mourey
Description de l'image Gilles Mourey.JPG.
Naissance (79 ans)
à Nancy (Meurthe-et-Moselle)
Nationalité française
Pays de résidence Drapeau de la France France
Profession
électronicien
Activité principale
retraité
Autres activités
recherches historiques
Formation
électricien,
moniteur de gymnastique et d'éducation physique
Distinctions

Gilles Mourey, né le 29 avril 1939 à Nancy (Meurthe-et-Moselle), est un ancien moniteur d'éducation physique et sportive, fortement engagé dans le monde sportif et associatif. Technicien électronicien, il effectue toute sa carrière professionnelle dans la même entreprise.

Biographie

Né à Nancy, il arrive à l'âge de cinq mois à Cholet (Maine-et-Loire) où il a toujours vécu et fait ses études. Il se marie, en 1961, à son retour du service militaire et est père de deux fils.

Il est embauché le 22 août 1956 par la Société française radio-électrique (SFR) à Cholet en qualité de contrôleur de fabrication[N 1]. Les formations et promotions internes lui permettent d'y devenir technicien électronicien. Il quitte cette société en préretraite le 31 mars 1997.

De mai 1959 à septembre 1961 il effectue son service militaire au cours duquel il a l'occasion d'effectuer un stage de dépanneur-radio militaire de six mois au 8e régiment d'instruction des transmissions basé au mont Valérien à Suresnes (Hauts-de-Seine). Affecté ensuite au 38e régiment de transmissions à Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor) il y encadre des séances d'éducation physique militaire (EPM). En août 1960, avec le grade de sergent, il est affecté en Algérie à la 435e compagnie de transmissions comme chef de détachement du Contact-Party 435[N 2].

Activités associatives

Engagements sportifs

En 1952 il prend sa première licence dans une association sportive, la Jeune-France de Cholet[H 2], issue du patronage Notre-Dame-de-la-Garde. C'est ainsi qu'il fait ses premiers pas de gymnaste sous la bannière de la Fédération sportive de France (FSF) devenue en 1968 la Fédération sportive et culturelle de France (FSCF). Durant l'hiver 1957-58 il suit les cours de moniteur dispensés deux dimanches après-midi par mois à Angers, par le responsable départemental, Maurice Berteau, moniteur de l'Association Sportive de la Doutre[H 3]. Cette première formation lui permet d'accéder au stage d'éducateur de gymnastique et éducation physique (degré : moniteur de section) organisé par la FSF du 15 au 31 juillet 1958 au château de Boivre, centre régional d'éducation physique et sportive (CREPS) de Poitiers.

À la Jeune-France de Cholet[3] : il est gymnaste de 1952 à 1970, moniteur de la section pupilles gymnastique masculine de 1962 à 1966, secrétaire et trésorier de la section gymnastique masculine de 1967 à 1971, juge de gymnastique masculine de 1971 à 1980, membre du conseil d'administration de l'association de 1965 à 1974, responsable de la gymnastique masculine (président puis secrétaire) de 1993 à 1996[H 4]. Dans cette association, il participe également à l'organisation de manifestations festives ou sportives : auto-rodéo, gala des Étoiles[N 3], catch, soirées dansantes pour le personnel du Commissariat à l'énergie atomique, soirées caritatives du Rotary et Lions-Club, tombola, coupe de France de basket en 1967[H 5]. Il prend alors diverses responsabilités au comité directeur et à la commission départementale de gymnastique masculine de l'Union d'Anjou (comité départemental du Maine-et-Loire de la FSCF), à la commission régionale de gymnastique masculine de la Ligue des Pays de Loire de la FSCF, à la commission fédérale de gymnastique masculine de la FSCF. En 2003, il participe à la rédaction du livre édité pour le centenaire de l'association[H 6].

À la FSCF : il est membre du groupe de travail Histoire et Patrimoine de la FSCF depuis décembre 2007[1],[2] et nommé responsable-coordinateur du groupe, par le comité-directeur fédéral, en juillet 2009[H 2]. Depuis le 27 octobre 2012, sur décision du comité directeur de la FSCF, ce groupe de travail est devenu commission nationale et Gilles Mourey en est nommé responsable national le 29 juin 2013[H 2],[4]. À ce titre il participe aux rassemblements institutionnels de la FSCF (congrès, assises de printemps, séminaires des responsables nationaux, sessions de formateurs) ainsi qu'au congrès international de la Fédération internationale catholique d'éducation physique et sportive (FICEP), du 28 au 30 avril 2011 à Nancy[5] ; il est également membre de "Amis de la FSCF", amicale d'anciens dirigeants et sympathisants de cette fédération.

Autres engagements associatifs

À l’Amicale des Carnavaliers de Cholet : il participe à la réalisation de chars, de groupes d’animation et aux défilés de 1964 à 1973 avec la Jeune-France et de 1974 à 1990 avec une équipe familiale[H 7] ;

À l'Office municipal du sport de Cholet : il est élu au comité-directeur en septembre 2003 à la suite de sa participation — comme consultant technique — à la réalisation du parcours santé à l'étang des Noues[6]. En 2016, il est chargé de l'organisation d'une exposition mémorielle pour marquer le cinquantenaire de l'association[7]. Depuis avril 2017, il est président de la commission "événementiels".

Gilles Mourey contribue à Wikipédia[1] dans le cadre de ses responsabilités à la commission Histoire et Patrimoine de la FSCF[2] ,[H 1],[H 2].

Distinctions

À titre militaire

À titre professionnel

  • 1977 : médaille de bronze des industries électriques et électroniques, remise le 16 mars 1977 ;
  • 1995 : médaille d'or du travail pour 38 années de service, remise le 11 janvier 1995.

À titre sportif

  • 1973 : médaille d'argent du dévouement fédéral FSCF, remise le 26 décembre 1973 ;
  • 1979 : médaille de bronze de la jeunesse et des sports, attribuée en 1979[9] et remise le 13 janvier 2011[10] ;
  • 1990 : médaille d'argent de la reconnaissance fédérale FSCF, remise le 23 octobre 1990 ;
  • 1992 : médaille d'honneur de l'Union d'Anjou FSCF, remise le 23 juin 1992 ;
  • 2006 : médaille vermeil de l'Honneur Fédéral FSCF, attribuée pour plus de 40 années de bénévolat et remise le 10 mai 2006 ;
  • 2011 : médaille d'argent de la jeunesse et des sports, remise le 17 mars 2012[11].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Notes et références

Notes

  1. Cette société devient ensuite la Compagnie générale de la télégraphie sans fil (CSF) puis Thomson-CSF et depuis 2000, Thales
  2. Équipe itinérante de quatre personnes avec un camion-atelier assurant la maintenance et le dépannage des équipements militaires de communication sur le secteur Zone Nord Oranais
  3. Spectacles artistiques au cours desquels il peut côtoyer, entre autres, des vedettes des années 1970 : Salvatore Adamo, Alain Barrière, Julien Clerc, Jacques Hélian, Enrico Macias, Roger Pierre et Jean-Marc Thibault, les Chœurs de l'Armée rouge, etc.
  4. SIAF : service interministériel des Archives de France

Références Harvard

  1. 1,0 et 1,1 Jean-Marie Jouaret 2012, p. 5-6 → [accès en ligne]

    « Depuis sa création en 2009, le groupe de travail Histoire et Patrimoine constitué au sein de la Fédération sportive et culturelle de France fait sienne la vérité énoncée par le directeur général honoraire des Archives de France[N 4] : battre le rappel de la mémoire est un service public. »

    — Jean Vintzel, président général de la FSCF, extrait de la préface du livre « La fédération des sections sportives des patronages catholiques de France (1898-1998) »

  2. 2,0, 2,1, 2,2, 2,3 et 2,4 Jean-Marie Jouaret 2012, p. 242
    « Les membres du groupe « Histoire et Patrimoine[1],[2] » de la FSCF[H 1],
    notamment … Gilles Mourey[1] (Jeune-France de Cholet)[3] … »
  3. Yves Chéné 2008, p. 75
  4. Léon Ligneau 2003, p. 113
  5. Léon Ligneau 2003, p. 157,158
  6. Léon Ligneau 2003, p. 111 à 121
  7. Christian Percereau 2016, p. 211
  8. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Jouaret_2012_p.5

Autres références

  1. 1,0, 1,1, 1,2 et 1,3 « Histoire et Patrimoine », FSCF Ligue du lyonnais « Acte I : une création nationale »,‎ (lire en ligne)
    « En décembre 2007 a été créé un groupe « Histoire et Patrimoine ». Ce groupe de travail a été chargé de mettre en valeur, auprès de toutes les instances, l'évolution historique de la Fédération sportive et culturelle de France, de ses structures associées et de ses dirigeants par la recherche, l'exploitation et la conservation de documents, y compris les archives fédérales. Avec la saison 2012-2013, le groupe devient commission fédérale, puis commission nationale à la rentrée 2013. Le président, devenu responsable national, est Gilles Mourey. »
    « À ce jour les travaux fondamentaux de cette commission résident dans l'enregistrement de témoignages de Grands de la Fédé, et dans la rédaction de quelques 155 articles concernant la Fédération, dans l'encyclopédie Wikipédia. »
  2. 2,0, 2,1 et 2,2 Laurence Munoz (vice présidente de la FSCF, maître de conférences en Staps à l'université du Littoral Côte d'Opale (Ulco) et auteur d'une histoire du sport catholique), « Connaître l'histoire m'aide dans mon rôle politique », en jeu : une autre idée du sport, UFOLEP : Union française des œuvres laïques d'éducation physique, no 443 « dossier : mémoire des fédérations »,‎ , p. 6 (lire en ligne [PDF])
    « La FSCF s'est également dotée d'une commission « Histoire et Patrimoine »... Par la force des choses, nous sommes les bons élèves du programme MéMoS engagé par l'Académie nationale olympique française (Anof) : je suis membre de celle-ci et Jean Vintzel en assume la présidence en plus de celle de la FSCF ! Nous appliquons donc les préconisations faites aux fédérations. Ce groupe de travail « Histoire et Patrimoine » sensibilise notre réseau à la sauvegarde des archives ... »
  3. 3,0 et 3,1 Le Courrier de l'Ouest, quotidien régional, édition de Cholet du 7 août 2005
  4. Fédération sportive et culturelle de France, « Des commissions redéfinies », Les Jeunes, no 2538,‎ , p. 29
  5. Fédération sportive et culturelle de France, « Congrès FICEP : un centenaire rayonnant », Les Jeunes, no 2527,‎ , p. 2
  6. Agence pour la promotion du Choletais, « Un parcours idéal pour la remise en forme », Synergences hebdo, l'hebdomadaire de la Communauté d'Agglomération du Choletais,‎
  7. « L'office du sport célèbre ses 50 ans en images », sur ouest-france.fr, (consulté le 19 septembre 2016)
  8. décret du 24 août 1930 (art. 3)
  9. « Carnet : distinctions », sur gallica.bnf.fr, Les Jeunes, n° 2269, Paris, Fédération sportive et culturelle de France, (consulté le 23 janvier 2017), p. 3
  10. Ouest France, quotidien régional, édition de Cholet du samedi 15 janvier 2011
  11. Fédération sportive et culturelle de France, « Le carnet », Les Jeunes, no 2531,‎ , p. 7

Cet article « Gilles Mourey » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).