Encyclopédie Wikimonde

Jean-Paul Auffray

Aller à : navigation, rechercher

Jean-Paul Auffray, né Jean Paul Jules Gaston Marie Auffray, est un mathématicien, physicien théoricien et essayiste français contemporain, auteur d'essais et d'ouvrages de vulgarisation scientifique.

Biographie

Jean-Paul Auffray, est le frère aîné du chanteur Hugues Aufray[1], de l'actrice Pascale Audret, décédée dans un accident de voiture le 17 juillet 2000, et l'oncle de l'actrice Julie Dreyfus[2], fille de Pascale Audret.

JP à Sorèze x 3.jpg

Mathématicien, physicien, musicien, judoka, historien, philosophe, écrivain et conférencier bilingue, JPA est l'arrière-petit-fils par son père du philosophe Amédée Jacquin de Margerie qui fut doyen de la Faculté des Lettres de l'Université Catholique de Lille, et le petit-fils par sa mère de Gaston de Caubios, baron d'Andiran. JPA est né au château de Tailleville en Normandie, résidence d'été de la famille près de Caen. Il fait ses études supérieures aux États-Unis en physique mathématique et chimie théorique, d'abord sur la côte du Pacifique à l'Université de la Colombie britannique (UBC), puis à l'Université Columbia à New York, où il obtient son doctorat ès-sciences (Ph. D.). A la suite de quoi, à l'invitation du mathématicien allemand émigré aux USA Richard Courant, il entreprend des recherches pluridisciplinaires à l'Institut Courant des Sciences Mathématiques à New York University, institution localisée au coeur du quartier de Manhattan appelé Greenwich Village. Il s'initie en même temps auprès des maîtres japonais de l'American Buddhist Academy de New York à la pratique du judo.

A l’Institut Courant des sciences mathématiques, New York University

Jean-Paul Auffray publie en 1979 un récit dans le New York Post et en Californie relevant des détails mal interprétés concernant l'accident survenu dix ans plus tôt au jeune sénateur américain Edward Kennedy à Chappaquiddick[3].

Faisant la navette entre New York et la France dans les années 1980, il a construit de ses mains avec sa jeune épouse américaine Janet Sue une maison équipée d'électricité 12V à l'orée d'un petit village gardois. Après le décès de son épouse survenu à Noël en 1996, il s'adonne à l'écriture, en français à la suggestion de l'académicien Michel Serres. Son premier ouvrage, l'Espace--temps, a été traduit en plusieurs langues. Son dernier ouvrage, Icare trahi, publié en 2011 aux Éditions Viviane Hamy, évoque la carrière météorique d'Evariste Galois, jeune génie aux intérêts pluridisciplinaires mort à vingt ans dans un duel et dont JPA a retracé le parcours à Bourg-la-Reine et Paris, où il a vécu sa brève existence. Ces recherches avaient donné lieu précédemment à la publication dans la revue scientifique Cosinus par JPA, assisté d'une équipe professionnelle, d'une bande dessinée comportant 4 pages pour chaque épisode mensuel agrémentées d'une série didactique intitulée Les maths d'Evariste à la loupe. JPA a entrepris récemment (en anglais) avec l'assistance et l'appui des autorités scientifiques chinoises de « révolutionner » la Physique quantique qui selon lui « est construite aujourd'hui sur un amas de « fausses bonnes idées ». Le projet est en cours[4].

Thèses

Dans son livre Einstein et Poincaré. Sur les traces de la relativité, pour lequel il reçoit le prix Gegner[réf. nécessaire] "destiné à un écrivain philosophe qui se sera signalé par des travaux qui peuvent contribuer au progrès de la science philosophique", Jean-Paul Auffray démontre selon lui que Henri Poincaré a le premier découvert/inventé « E=mc2 » en 1900, la Relativité et l'espace quadridimensionnel/l'espace-temps en 1905, mais comblé d'honneurs et de célébrité et se sentant proche de sa fin (prématurée, à l'âge de 58 ans), il a laissé Einstein en usurper la paternité, l'aidant même discrètement à s'engager à son tour sur les chemins de la gloire en lui fournissant une recommandation flatteuse, générosité qu'Einstein a lui-même saluée quelques années plus tard en évoquant lors d'une conférence le souvenir du "sage et profond Poincaré". Dans Newton ou le Triomphe de l'alchimie, réédité en 2012 en format poche, JPA souligne que le grand Isaac Newton a trouvé son inspiration et l'unité de son esprit dans ses travaux d'alchimie et ses convictions théologiques. Dans Le Monde des bactéries. Regard du physicien, JPA attire l'attention des biologistes sur des aspects peu connus d'eux concernant leur discipline. Dans Picasso, les tentations de l'anarchie, il reproduit, avec l'autorisation de la famille Picasso, des croquis inédits du maître dont il évoque la jeunesse fortement influencée par les mouvements anarchistes du début du XXe siècle en Catalogne ibérique et en France. Dans Ralentir... école. Coluche où es-tu ? il utilise les sketches de Coluche, dont son frère Hugues avait été l'ami, pour attirer l'attention sur les défauts du système français de l'Education nationale, qui oblige les écoliers à s'asseoir et à rester silencieux, alors que par nature ils aiment courir, jouer et crier. Dans son dernier ouvrage, Icare trahi, publié aux Editions Viviane Hamy en 2011 à l'occasion du bicentenaire de la naissance d'Evariste Galois, il retrace pas à pas le parcours météorique pluridisciplinaire du jeune Evariste mort à vingt ans dans un duel, allant jusqu'à retrouver à quelques mètres près l'endroit où le jeune génie a reçu dans le ventre la balle qui a causé sa mort deux jours plus tard, ainsi que la salle et le numéro du lit où il a passé ses dernières heures à l'hôpital Cochin.

JPA est présentement engagé dans un refonte en profondeur de la physique quantique, discipline selon lui « ésotérique » qui est à la base de notre compréhension du fonctionnement du Système du Monde (la Nature) dans ses aspects les plus secrets. Son dernier article (en anglais) publié en ligne sur Internet dans le Journal of Modern Physics est intitulé Reinventing quantum physics (Réinventant la physique quantique). Le physicien égyptien M. S. El Naschie s'est associé à cette entreprise qui remet en cause des principes de la physique généralement considérés comme "acquis".

Œuvres

  • L'espace temps
  • L'Atome
  • Einstein et Poincaré. Sur les traces de la relativité
  • Newton ou le Triomphe de l'alchimie
  • Le Monde des bactéries. Regard du physicien
  • 2005 Comment je suis devenu Einstein. La Véritable Histoire de e=mc²
  • Picasso, les tentations de l'anarchie
  • Ralentir... école. Coluche où es-tu ?
  • Icare trahi
  • Une série d'articles (rédigés en anglais) portant sur les fondements de la physique quantique publiés dans le Journal of Modern Physics et mis en ligne sur Internet par la société Scientific Research Publishing à partir de ses facilités éditoriales installées à Hunan dans la République populaire de Chine.

Notes et références

Cet article « Jean-Paul Auffray » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).