Encyclopédie Wikimonde

Bernard Lecherbonnier

Aller à : navigation, rechercher

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 121 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Bernard Lecherbonnier, né en à Paris, est un enseignant, écrivain, essayiste et directeur des Études d'Information et de Documentation de l'Institut Catholique de Paris.

Biographie

Formation et enseignement

Après des études secondaires au lycée Condorcet, Bernard Lecherbonnier s'inscrit à l'Université Paris IV Sorbonne et est admis à l'agrégation de lettres modernes en 1968. Il obtient à Paris IV son Doctorat[1] en 1987 après la soutenance de sa thèse intitulée : Francophonie et surréalisme : la chair du verbe - historique, dialectique, éthique, poétique, herméneutique des surréalistes de langue française, et il est habilité à diriger des recherches en 1988.

Puis, Il enseigne successivement au lycée d'Abidjan, au Lycée Florent-Schmitt de Saint-Cloud[1], à l'Université de Paris XIII. Il interviendra également à Paris X Nanterre et à Paris IV Sorbonne. Depuis 2006, il dirige les Études d'Information et de Documentation de l'Institut Catholique de Paris (licence et masters), où il a créé les Mercredis de la Communication.

Édition

En 1977, les éditions Nathan lui confient une direction éditoriale qui regroupe plusieurs départements, en particulier le parascolaire et le primaire. Il crée des collections pour la jeunesse[2].

Fin des années 1990, il dirige aux Éditions de la cité, une nouvelle collection, Manuel +, pour une vulgarisation des 5 matières principales, allant du collège au lycée[3].

Audiovisuel

Afin de rapprocher les milieux de l'édition et de l'audiovisuel, il crée en 1995, le festival des Créateurs de Télévision à Aubusson[4] sous la présidence de Marcel Jullian. Il en tirera un essai La Télévision, c'est l'art nouveau[5].

Afin de donner durablement corps aux leçons du festival d'Aubusson (Creuse) sur le nécessaire renouvellement de la fiction en télévision, il crée, l'ESCALE (École supérieure de création littéraire) (2001-2010), au sein de l'École internationale de création audiovisuelle et de réalisation (EICAR), fondée et dirigée par Jean-Paul Vuillin et Christina Reid. Il anime également le conseil scientifique de l'EICAR jusqu'en 2016.

Auteur

Tout juste agrégé, il publie chez Bordas, chez Garnier et chez Hatier plusieurs ouvrages universitaires sur Aragon[6] et Sartre. Il sera reçu à plusieurs reprises par Aragon auquel il consacrera trois ouvrages différents et un numéro spécial dans la revue L'Arc (n° 53).

Dans la même période, il écrit et publie avec Gérard Durozoi deux essais sur le surréalisme[7] (1972) et sur André Breton[8] (1974) aux éditions Larousse.

Son premier roman, Le Journal Brun, est suivi l'année suivante par un second roman, le Pied-rouge (Denoël, 1974) où il évoque la littérature en Afrique, après son expérience de coopérant.

Chez Nathan, il participe, comme auteur, aux côtés d'Henri Mitterand et Dominique Rincé, à des manuels d'histoire de littérature, dont la collection pour les lycéens, Littérature[9], [10].

Pour les éditions Albin Michel, il renoue avec l'écriture.

Bourreaux de père en fils évoque la dynastie des Sanson à l'occasion du Bicentenaire de la Révolution. Cet ouvrage sera traduit dans plusieurs langues dont le chinois[11].

Pourquoi veulent-ils tuer le français ? dénonce la trahison de la langue française par l'élite intellectuelle et politique[12].

Les lobbies à l'assaut de l'Europe montre comment l'Union européenne est gangrénée par les lobbies, les groupes de pression économiques et politiques[13].

Deux essais reviennent sur la langue française Choisir le mot juste et Retour aux sources.

Dans Porte-plume, Bernard Lecherbonnier développe la méthode qu'il a mise au point dans ses ateliers de création littéraire, base de son École Supérieure de Création littéraire.

Il s'associe à Patrick Lozès pour réclamer un effort national en faveur des peuples issus de la diversité : Les Noirs sont-ils des Français à part entière ?[14]

En 2014, La Fatalité de l'An XV (avec Serge Cosseron) affirme qu'en chaque début de siècle une rupture se produit, autour de l'année 15, pour basculer dans une nouvelle ère socio-politique[15],[16],[17],[18],[19],[20],[21].

Le Monde en 2025 est un essai de prospective économico-politique qui annonce la transition générale de la civilisation au XXIe siècle[22].

Il reprend également le chemin de la fiction avec deux romans, Les Enfants de mai où il relate son Mai 68[23] et avec L'Alezan de Crimée (Éditions du Rocher 2008), un roman historique[24].

Publications

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 Fiche BNF.
  2. « 1945 - 1986 - Consolidation et diversification », sur editions.nathan.fr – notre histoire (consulté le )
  3. Marie-Laure de Léotard, « Manuels scolaires: la nouvelle génération », L'express,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. Culture ; Institut national de l'audiovisuel (INA) (1944-2005)
  5. Jacques Mousseau, « (Compte rendu) Le dossier de la fiction:Bernard Lecherbonnier La télévision c’est l’art nouveau », Communications et langages,‎ (lire en ligne).
  6. Marie-Thérèse Gousse, dir. André Goosse, « Lecherbonnier (Bernard), Aragon (compte-rendu) », Revue belge de philologie et d'histoire,‎ , p. 505-507 (lire en ligne, consulté le ).
  7. Albert Mingelgrün, « (compte rendu) Alexandrian (Sarane). André Breton par lui-même. Durozoi (Gérard) & Lecherbonnier (Bernard). Le surréalisme, théories, themes, techniques », Revue belge de philologie et d'histoire,‎  1973 , p. 414-417 (lire en ligne, consulté le )
  8. Bernard Lecherbonnier - Gerard Durozoi, « André Breton, l'écriture surréaliste », sur books.google.com, (consulté le )
  9. Roland Desné, « (Compte rendu) Claude Puzin : Littérature. 17e siècle. Introduction historique d'Emmanuel Le Roy Ladurie, («Collection Henri Mitterand ».) 1987 ; Michel et Jeanne Charpentier : Littérature. 18e siècle. Introduction historique d'E. Le Roy Ladurie, («Collection Henri Mitterand ».) 1987 ; Dominique Rincé et Bernard Lecherbonnier : Littérature. 19e siècle. Introduction historique de Pierre Nora, («Collection Henri Mitterand ».) 1986 », Dix-Huitième Siècle,‎  1989  (lire en ligne (https://www.persee.fr/doc/dhs_0070-6760_1989_num_21_1_1729_t1_0531_0000_3)).
  10. Mitterand Rincé Lecherbonnier, « Littérature Textes et Documents », sur lessaisons.fr, (consulté le ).
  11. www.sohu.com, 2017-05-02.
  12. Marion Duvauchel, « « Bernard Lecherbonnier, Pourquoi veulent-ils tuer le français ? » »,  Questions de communication,‎ (lire en ligne).
  13. Thomas Bronnec et Adeline Haverland, « Les lobbys à Bruxelles, comment ça marche? », L'expansion-L'express,‎ (lire en ligne).
  14. Laetitia Van Eeckhout, « "Les Noirs sont-ils des Français à part entière ?", de Patrick Lozès et Bernard Lecherbonnier : citoyens ordinaires et discriminés », Le Monde,‎  28 avril 2009  (lire en ligne).
  15. Rédaction, « L’an 15, une date fatale dans l’histoire de France », L'Opinion,‎ (lire en ligne).
  16. Rédaction, « 2015 : et si on vivait une année historique ? », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  17. Rédaction, « 2015 : une année historique ? », Le Point,‎ (lire en ligne).
  18. Rédaction, « La France a-t-elle été frappée par la malédiction de l’an 15 ? », La Dépêche,‎ (lire en ligne).
  19. François Simon, « Y a-t-il une malédiction des années en 15 ? », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  20. [Interview] [audio] RMC : 12/08 - L'invité de Bourdin Direct : Bernard Lecherbonnier
  21. [Interview] Anne-Charlotte Dusseaulx, «  "Le siècle précédent disparaît, une nouvelle ère se crée" », Le Journal du dimanche,‎ (lire en ligne).
  22. [Interview] [vidéo] TV5Monde Entretien avec Bernard Lecherbonnier – Auteur de « Le Monde en 2025 ».
  23. Les enfants de mai, First, , 340 p. (ISBN 9782754006224) [présentation en ligne] 
  24. Jean-Louis Gouraud, « L’eclectisme décoiffant de Bernard Lecherbonnier », Journal Le Cheval,‎ (lire en ligne).

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).