Encyclopédie Wikimonde

Charlotte-Rita Pichon

Aller à : navigation, rechercher

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 121 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value). Charlotte-Rita Pichon, née le à Paris[réf. nécessaire], est une femme de théâtre, actrice, metteur en scène et dramaturge française. Elle est la fille de France Guy et de Jean-Charles Pichon et, depuis l’âge de 17 ans, elle se consacre aux activités théâtrales[réf. nécessaire].

Biographie

Charlotte-Rita Pichon est née le à Paris. Elle est la fille de France Guy et de Jean-Charles Pichon. À la mort de sa mère en 1954, elle est élevée par ses grands parents paternels et reste à Nantes[1] jusqu’en 1977. Dès l'âge de 17 ans, elle décide de faire du théâtre, et suit des cours, chez Monique Créteur (1968-1970) et Jean Guillard (1973-1977).

Elle part ensuite pour Paris et suit des cours auprès de Jean-Paul Vuillin (pour le cinéma) (1977-1978) et Armand Valin (1978-1979).

En 1985, elle quitte la capitale pour le midi de la France. En 1986, elle crée la compagnie Les Tréteaux du Reflet, puis en 1994, Le Théâtre de l’Entre-Texte[1], en 2003 la compagnie du même nom[2].

En 2007, elle décide de retourner à Paris. Elle crée en 2009 la Compagnie du Cinq-Huit, puis en 2014 L'Éveil. Elle donne des cours de théâtre, d’expression et de respiration, et écrit également une cinquantaine de pièces, monologues, pièces de théâtre pour adultes et pour enfants. Bénéficiant d'une écriture facile, elle aide à l'écriture de livres, de spectacles et de biographies.

Depuis 2019, sous le nom d’auteur « Charlotte-Rita », elle écrit des poésies et participe à de nombreuses rencontres poétiques. Plusieurs poésies ont fait l'objet d'édition et certaines ont remporté des prix : Deux 1er prix Bernard Chasse et un 1er prix Charly Mathekis[3]. Un premier recueil de poésies « Sans fin, la ronde » illustré par Michel Pichon et préfacé par Jean-François Blavin, sociétaire des Gens de Lettres, est en cours d'édition[Quand ?].

Quelques expériences cinématographiques et télévisées complètent ce parcours.

Enseignement

Depuis 1986, conjointement à la mise en scène et à la direction d’acteurs, elle donne des cours de théâtre avec représentation d’auteurs (Shakespeare, Molière, Musset, Feydeau, etc.), mais également des séances d’expression et de respiration s’adressant à tout public, désireux ou non de faire du théâtre[réf. nécessaire].

Théâtre

Dramaturge

Pièces écrites jouées ou mises en scène par l'auteure :

  • 1984 : La Quasimodo, monologue, Paris, théâtre de Dix Heures[A 1] ;
  • 1988 : Si tendresse m’était donnée, mise en scène de Monique Robert, Nîmes ;
  • 1995 : C’est pas rigolo, mise en scène Françoise Pagano, Arles ;
  • 1996 : Les Éléments, Carnaval d’Arles et des Saintes-Maries-de-la-Mer ;
  • 1997 : Les Couleurs, Carnaval d’Arles et des Saintes-Maries-de-la-Mer ;
  • 1998 : Le Procès du bruit, Carnaval d’Arles et des Saintes-Maries-de-la-Mer ;
  • 1999 : L’Assemblée des Trente ou l’Enlèvement (Présenté sur demande pour un anniversaire) ;
  • 2001 : Vivre sans toit, mise en scène Monique Robert, Nîmes, Édition E-dite[A 2],[A 3] ;
  • 2003 : L’Araignée, Arles ;
  • 2008 : Le Passé rompu, Paris, théâtre du Nord-Ouest et théâtre du Funambule. Édition E-dite[A 4],[A 5] ;
  • 2016 : La vie à l’envers au Théâtre du Nord-Ouest et à l’ABC Théâtre, mise en scène Alexis Roubières[A 6].

Actrice

  • 1975 : Comment préparer un œuf, monologue d'Ionesco, mise en scène de Jean Guillard, Nantes ;
  • 1976 : La Perruche et le Poulet de Thomas, Nantes ;
  • 1978 : L'Ours de Tchekhov, mise en scène de Armand Valin, Paris ;
  • 1979 : Bonjour, ça va ? de Jacky Stern, Paris, café-théâtre de La Sou’pap ;
  • 1980 : Scènes de chasse en Basse-Bavière de Martin Speer, mise en scène de Jean-Paul Mouget, Palais des glaces (Paris) ;
  • 1994 : Un château en novembre d’Emmanuel Roblès, mise en scène Charlotte-Rita Pichon, Arles ;
  • 1995 : C’est pas rigolo de Charlotte-Rita Pichon, mise en scène Françoise Pagano, Arles ;
  • 1995 : La Scandaleuse Élection de Jean-Charles Pichon, mise en scène de Charlotte-Rita Pichon, Arles[A 7] ;
  • 2003 : Ploutos et les Oiseaux d’après Aristophane, mise en scène de Charlotte-Rita Pichon, théâtre antique d'Arles ;
  • 2003 : Marie Dorval de Michel Mourlet, mise en scène de Charlotte-Rita Pichon, Arles, théâtre de l’Entre-texte ;
  • 2008 : Transes-sexuelles de Rina Novi. Paris, Bouffon Théâtre ;
  • 2011 : On va faire la Cocotte de Feydeau, mise en scène de Rina Novi, Théâtre Paris Bouffon ;
  • 2016 : Médée d’Euripide, mise en scène de Nathalie Hamel, théâtre du Nord-Ouest, Paris[A 8].

Mises en scène et direction d'acteurs

Télévision et cinéma

Publications

(Liste non exhaustive classée par années d'édition).

Poésie

Revues de poésie ayant éditées des poèmes :

  • Plein Sens, Édition La ruche des arts, 2019, (ISSN 1767-0268) ;
  • Poésie 13, Édition Association Totheam, Villejuif, 2019, (ISSN 1950-8859) ;
  • L’albatros, Édition Thierry Sajat, septembre 2019, (ISSN 0294-7749) ;
  • L’albatros, Édition Thierry Sajat, janvier et juillet 2020, (ISSN 0294-7749) ;
  • Plein Sens, Édition La ruche des arts, 2020, (ISSN 1767-0268) ;
  • Poésie 13, Édition Association Totheam, Villejuif, 2020, (ISSN 1950-8859) ;
  • Jeux d'épreuve, Édition Association du verbe Poaimer, 2020, (ISSN 1247-2921) (détail des poésies primées) ;
  • Panthéon Universel de la poésie, Édition Thierry Sajat, 2020, (ISBN 978-2-35157-836-0).

Romans et nouvelles

Notes et références

Références 
  1. 1,0 et 1,1 François Mazel et Marie-Chantal Narceau, « Biographie de Jean-Charles Pichon », sur lecollegedestemps.fr, (consulté le 16 mai 2021).
  2. 2,0 et 2,1 Aurélia Gandi, « Les Bâtisseurs d'empire ou Le Schmurz », sur theatrotheque.com, (consulté le 16 mai 2021).
  3. Jeux d'épreuve, Association du Verbe Poaimer, Paris, 2020, ISSN 1247-2921
Références artistiques 
  1. « Charlotte Pichon, seule en scène pendant une heure, parvient à faire passer la conviction et l’émotion qui l’animent » - AFP  décembre 1984.
  2. Pichon Charlotte-Rita - Vivre sans toit, Edite, Paris, 2001, (ISBN 2-84-608-055-0)
  3. « Bravo à l’interprète qui s’est pleinement investie, et de belle façon, dans ce rôle difficile où paroles, expressions du regard et gestuelle sont parfaitement accordées » - La Marseillaise, le 3 avril 2001.
  4. Pichon Charlotte-Rita - Le passé rompu, Edite, Paris, 2008, (ISBN 978-2-846-08259-4)
  5. Charlotte-Rita Pichon aurait-elle la nostalgie du temps passé ? Elle seule pourrait le dire… En tous cas, il est évident qu’elle s’est littéralement immergée dans cette époque remuante qui caractérisa le début du XXe siècle. L’auteur a fidèlement retrouvé le langage de l’époque. Cette pièce se laisse d’autant plus voir qu’elle nous dépayse - Théâtreauteurs, Simone Alexandre, 2008.
  6. Simone Alexandre, « La vie à l'envers de Charlotte-Rita Pichon », sur theatrauteurs.com, (consulté le 11 novembre 2020).
  7. Conférencière : « Pichon Charlotte-Rita », sur Le Collège des Temps, (consulté le 11 novembre 2020).
  8. « Médée », sur Télérama (consulté le 11 novembre 2020).
  9. « Il est rare de pouvoir dire au public « Ne manquez pas cette pièce. J’étais à la première. Je vous la recommande. Je serai fort surpris s’il en sortait déçu ». Qu’il me suffise de rappeler que ce spectacle m’avait paru traduire, avec une remarquable fidélité et de nombreux talents, le génie même de Lorca », Midi Libre, Pradel, 20 janvier 1987.
  10. « …cette pièce de théâtre a été mise en scène par Charlotte Pichon. Les acteurs ont été choisis avec subtilité et font une équipe homogène qui interprète avec talent chacun des personnages. Le décor a été ingénieusement réalisé. Les spectateurs sont vraiment transportés dans le sud de l’Espagne avec ces murs blancs » Midi Libre, juillet 1994.
  11. « À l’occasion de la conférence à Arles de Jean-Charles Pichon, auteur prolixe, scénariste, dialoguiste, historien des religions et professeur à l’IUT de Nantes, les élèves de Charlotte Pichon du Théâtre de l’Entre-Texte, illustreront et ponctueront par des jeux scéniques, son propos : Les Dieux existent-ils ? C’est la première question que la conférence pose. Les Dieux meurent-ils ? C’est la deuxième question à laquelle le jeu scénique répond ». Midi Libre, février 1995.
  12. « Avec cette pièce, créée en 1879, Charlotte-Rita Pichon, responsable d’une mise en scène sans reproche, n’a pas choisi la facilité. Il y a dans la seconde partie des scènes poignantes, des moments de sincérité émouvants » La Marseillaise, 8 décembre 1998.
  13. « Bravo à Charlotte-Rita Pichon, adaptatrice et metteur en scène de ce Patate dynamique, mais aussi actrice (brèves apparitions dans les rôles de la bonne et de Véronique, épouse de Carradine, mais suffisantes pour confirmer son talent de comédienne) et formatrice d’acteurs », La Marseillaise, 7 novembre 2000.
  14. « Le décor est sobre, la pièce superbe, la mise en scène, signée Charlotte-Rita Pichon, particulièrement dépouillée, comme pour mieux laisser la place au texte, aux acteurs. La troupe fait, à juste titre, honneur à son professeur-metteur en scène qui a, par ailleurs réservé une surprise aux spectateurs lors des intermèdes nécessaires aux changements de décors ». La Provence, 28 juin 2001.
  15. « Ce monument de littérature, connut dans tous les pays du monde, n’a pourtant été que très rarement porté à la scène. Défi relevé par Charlotte-Rita Pichon et ses élèves de la Profac. Une performance quand on sait la richesse évocatrice de ce texte et la complexité pour mettre en scène le rêve et la poésie de Saint-Exupéry… Deux heures d’évasion que l’on peut encore se permettre aujourd’hui ». La Provence, 26 mai 2002.
  16. Laurent Centofanti (dir.), « Café-théâtre / Boulevard : Les Sardines grillées », Ventilo, Marseille, Association Frigo, no 74,‎ , p. 10 / 16 (lire en ligne [PDF], consulté le 11 novembre 2020).
  17. « A quoi tient le succès de ce spectacle ? Au fait que les parties prenantes dans cette aventure théâtrale étaient au diapason et se sont impliquées de belle façon. L’attention reste en éveil du début à la fin. Sous la direction de Charlotte-Rita Pichon (dans le rôle de Ploutos) et metteur en scène et des acteurs connus de l’Entre-Texte. Fort agréable soirée, spectacle de qualité longuement applaudi, magnifié par le cadre majestueux du théâtre antique ». La Marseillaise, 2 septembre 2003.
  18. « …la compagnie du Théâtre de l’Entre-Texte a réussi un coup de maître. C’est du moins ce qu’affirme l’auteur, Michel Mourlet, de la pièce Marie Dorval, et que propose encore ce week-end la troupe que dirige avec expérience et inventivité Charlotte-Rita Pichon. La mise en scène, avec des costumes très soignés, fait la part belle à cette époque brillante. Création un peu exceptionnelle dans le répertoire de l’Entre-Texte, Marie Dorval donne le coup d’envoi d’une saison prometteuse de la compagnie ». La Provence, 26 novembre 2003.
  19. Recueil. Festival d'Avignon Off, Théâtre de l'Atelier, 2004. Affiches (OCLC 1048300203) (consulté le ).
  20. nana Imen, « La leçon - Eugène Iosnesco / Compagnie de l'Entre-Texte », sur des cailloux plein le ventre blogspirit.com, (consulté le 10 novembre 2020).
  21. « Il fallait oser, et le pari de Charlotte-Rita Pichon est réussi : proposer une adaptation de Boris Vian et revisiter ainsi la fabuleuse histoire d’Adam et Eve. Il en résulte une de ces pièces qui laisse place au débat ou plutôt l’ouvre. Ici, l’authenticité est un des moteurs premiers, puisqu’on se délecte du texte sans retouche de Vian. Ainsi, la troupe de l’Entre-Texte dans Adam, Eve et le troisième sexe nous amuse avec un œil tout neuf porté sur la pomme, l’ange Gabriel et se préoccupe bien sûr du serpent… ». La Provence. Avignon festival. 23 juillet 2004. Minuit à La Luna.
  22. « Biographie d'Anne Lyse Boussy », sur castingdujour.com (consulté le 11 novembre 2020).
  23. Simone Alexandre, « Premier avertissement de August Strindberg », sur theatrauteurs.com, (consulté le 10 novembre 2020).
  24. V. Hotte, « 1er Avertissement », sur journal-laterrasse.fr, (consulté le 10 novembre 2020).
  25. « Biographie de Laura Rucinska », sur citelya.com (consulté le 11 novembre 2020).
  26. Jean-Luc Jeener, « Le Jeu de l'amour et du hasard », sur Le Figaro, (consulté le 10 novembre 2020).
  27. (en) Casting : À mort l'arbitre (1984), sur l’IMDb.
  28. (en) Casting : Plus belle la vie, épisodes #1.166 et #1.168 (2005), sur l’IMDb.
  29. (en) Une incroyable affaire (2013) sur l’Internet Movie Database.

Voir aussi

Liens externes

  • Erreur Lua dans Module:Autorité à la ligne 549 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
  • Erreur Lua dans package.lua à la ligne 80 : module 'Module:Bases/architecture' not found.Erreur de script : le module « Dictionnaires » n’existe pas.

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).