Jamila Abitar

Aller à la navigation Aller à la recherche
Jamila Abitar
Jamila Abitar-1-1.jpg
Autres informations
Site web

Jamila Abitar (en arabe : جميلة أبطار), née le [1] à Marrakech, est une poétesse franco-marocaine vivant en France[2].

Biographie

Découverte par le poète Léopold Congo-Mbemba[3][source insuffisante], Jamila Abitar a publié son premier recueil de poèmes L'Aube sous les dunes en 2000 (éditions L'Harmattan), puis L'Oracle des fellah en 2001.

Elle a suivi des études juridiques, travaillé dans les services administratifs universitaires ainsi qu’à l’UNESCO[3]. Elle est ensuite chargée des trois bibliothèques de la ville de Cachan (Val-de-Marne)[4],[5][source insuffisante].

Même si elle a quitté Marrakech, la ville ocre n’a pas quitté son cœur[non neutre] comme en témoigne son recueil de poèmes intitulé À Marrakech, derrière la Koutoubia (2012), une œuvre dont la publication est accompagnée d'un commentaire poétique du poète et philosophe Philippe Tancelin[source secondaire nécessaire].

Elle publie en 2022 son cinquième recueil intitulé Chemin d'errance aux éditions Traversées en Belgique. Selon Lieven Callant, le chemin de Jamila Abitar qui recherche « Un parfum d’éternité / Sur les lèvres du présent » n'est pas une traversée du désert, mais plutôt un voyage « d’oasis en oasis »[6]. Marc Wetzel, dans une analyse de l’œuvre de Jamila Abitar, met en relation la déchirure de l'inspiration poétique et celle de l'exil qui a conduit la poétesse «de la lisière marrakchie du désert» jusqu'en France[7][source insuffisante]. Dans L'Opinion, Chekib Abdessalam voit en Jamila Abitar « à la fois une poétesse du terroir et une poétesse de la diaspora » ; selon lui le chemin d'errance de l'autrice est « un chemin de crête, un chemin qui coupe à travers champs, pierreux, caillouteux ou sablonneux, et un chemin au carrefour des possibles »[8]. Auteur de la préface de Chemin d'errance, Hans Limon compare les poèmes de Jamila Abita à des fulgurances « qui sauront ressusciter le soleil à l’horizon »[8].

Ses poèmes ont été traduits en plusieurs langues notamment en italien[9] et en islandais[10],[11].

Participations et activités artistiques

Jamila Abitar participe à des événements de poésie[12][source insuffisante] en France[13],[14],[15]et au Maroc[16],[17],[18] dont la conférence inaugurale de la Maison de la Poésie animée par Mohammed Achaari sur le thème « la poésie et l’autre »[19],[20][source insuffisante]. Jamila Abitar anime aussi des ateliers artistiques dédiés à la poésie[21],[22]. Elle est l'une des plumes féminines publiées par l'Anthologie poétique francophone de voix féminines contemporaines[23], ainsi que l'Anthologie islandaise des poètes francophones du monde arabe[24] de Thor Stefansson.

Publications

L'Aube sous les dunes, éditions L’Harmattan, Paris, 2000.

L'Oracle des fellahs, éditions L’Harmattan, Paris, 2001 ; préface de Chekib Abdessalam.

Le Bleu infini, éditions L’Harmattan, Paris, 2009.

À Marrakech, derrière la Koutoubia (recueil de poèmes), éditions Alfabarre Paris, 2012 ; préface de Nasser-Edine Boucheqif[2].

Chemin d'errance, éditions Traversées, Belgique, 2022 ; préface de Hans Limon[25].

Références

  1. Dominique Auzias et Jean-Paul Labourdette, MARRAKECH 2023/2024 Petit Futé, Petit Futé, (ISBN 978-2-305-04692-1) [lire en ligne (page consultée le 2023-09-22)] 
  2. 2,0 et 2,1 Stéphanie Jacob, « Marrakech inspire la littérature », sur www.madein.city (consulté le ), 8 mars 2012
  3. 3,0 et 3,1 « Les livres publiés par Traversées », sur Traversées, revue littéraire, (consulté le )
  4. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb13566377j
  5. « Limag- Littérature maghrébine », sur limag.com (consulté le )
  6. Lieven Callant, « Jamila Abitar, Chemin d’errance, poésie, Éditions Traversées, 2022. », sur Traversées, revue littéraire, (consulté le )
  7. Marc Wetzel, « Jamila ABITAR - Chemin d’errance », Traversées (revue littéraire),‎ (lire en ligne)
  8. 8,0 et 8,1 Chekib Abdessalam, « Jamila Abitar: Chemin d'errance », L'Opinion (quotidien marocain),‎ (lire en ligne)
  9. (it) Marlène Tuininga, Donne contro le guerre. Femminile plurale non violento, Paoline, (ISBN 978-88-315-2909-9) [lire en ligne (page consultée le 2023-09-22)] 
  10. (en) Administrateur, « Anthologie des poètes francophones du monde arabe - Maria Zaki », sur www.mariazaki.com (consulté le )
  11. « Jamila Abitar », sur Le Monde Féminin, (consulté le )
  12. « Le Maroc à l'honneur - Du 5 au 12 décembre 2012 » (consulté le )
  13. « Les invitées de Poètes en Résonances »
  14. « liberté Archives », sur Paul de Brancion (consulté le )
  15. Ouest-France, « 5e Automne de la poésie à Prigny : deux heures de bonheur », sur Ouest-France.fr, (consulté le )
  16. (ar) « الأشعري يلقي الدرس الافتتاحي لدار الشعر », sur SNRTnews (consulté le )
  17. (ar) « “احساين بنزبير” و”جميلة أبيطار”: ضفة ثانية لمفهوم “الآخر” », Journal Aswat,‎ (lire en ligne)
  18. (ar) أحمد بيضي, « المهرجان العالمي للشعر بخنيفرة يختتم « دورة قاسم لوباي» بالإعلان عن "فتح الله بوعزة" اسما لدورته الرابعة المقبلة », Jadidinfo.com,‎ (lire en ligne)
  19. « Mohamed Achaari animera la conférence inaugurale de la Maison de la Poésie, le 14 septembre », Mapmarrakech.ma,‎ (lire en ligne)
  20. jamilano, « Maison de la Poésie Marrakech », sur Jamila Abitar, (consulté le )
  21. « 24ème édition du Printemps des Poètes », sur clichy (consulté le )
  22. « L’émoi des mots • Association L’Atelier des Mots », sur Fondation d'entreprise la Poste (consulté le )
  23. « pas d'ici, pas d'ailleurs - Les éditions Voix d’encre », sur voix-dencre.net (consulté le )
  24. Anthologie islandaise des poètes francophones du monde arabe [lire en ligne] 
  25. « Chemin d'errance », sur Le Printemps des poètes

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus

  • Portail de la poésie
  • Portail du Maroc