Encyclopédie Wikimonde

Jean Louis François Richard-Vitton

Aller à : navigation, rechercher
Jean Louis François Richard
Alias
Jean Louis Richard-Vitton
Naissance
Saint-Chamond (France)
Décès
Lyon 03 (château de Montchat)
Nationalité Française
Pays de résidence France
Profession
Autres activités
Distinctions
Ascendants
Conjoint
Louise-Françoise Vitton
Descendants
Cinq fils
Famille

Compléments

Fondateur du quartier de Montchat

Jean Louis François Richard dit Jean Louis Richard-Vitton est un industriel français. Il est aussi, avec sa femme, le fondateur du quartier de Montchat à Lyon. C'est le fils de Charles-François Richard, fondateur de l'industrie des Tresses et Lacets en soie dans la Loire.

Biographie

Jean-Louis François Richard-Vitton créa, en 1858, par donation à la ville de Lyon, le quartier de Montchat, 4 places, 12 km de rues, dont la rue et le parc Chambovet (nom de jeune fille de sa mère) ainsi que les terrains pour les écoles et l'église Notre-Dame-du-Bon-Secours dont la construction fut financée par cette famille, tout en gardant 17 hectares autour du château de Montchat. Le château de Montchat comptait un domaine de 78 hectares. Veuve, Louise Richard-Vitton fit en 1883, donation des terrains restant à ses cinq fils dont les 3 aînés n'ont pas eu de descendance.

Jean Louis Richard-Vitton était chevalier de la Légion d'honneur[réf. nécessaire].

Hommages

Plaque commémorative du centenaire de Montchat, apposée en 1958 sur un mur du Foyer

Un cours (le cours Richard-Vitton) et plusieurs rues portent son nom à Lyon.

  • L'aîné : Charles Richard-Vitton, avocat (d'où la rue Charles-Richard) épouse Julie Laforest, fille de Démophile Laforest, notaire, maire de Lyon en 1848 (d'où la rue Julie)
Article connexe : Liste des maires de Lyon.
  • Le second : Henri, Constant Richard-Vitton, ingénieur civil des mines, banquier à Paris, épouse Amélie Koenig, « fille de Koenig Mathieu Auguste secrétaire du commandement de son Altesse le Vice-Roi d'Égypte[1] [...] » (d'où la place Henri et la rue Constant)
  • Le troisième : Julien Richard-Vitton, capitaine des Mobiles pendant la guerre de 1870, chevalier de la Légion d'honneur, conseiller général du Rhône, maire d'Azolette, épouse Louise Vacheron, propriétaire par sa mère : Marthe Morand, du château du Cros à Azolette (d'où la rue Julien et la rue du Capitaine)
  • Le quatrième : Louis Richard-Vitton, (d'où la rue Louis) épouse Marie Trouchet, fille d'Aimé Trouchet, armateur à l'île Maurice puis à Marseille. Il hérita de la propriété de Montchat et eut 7 enfants dont l'aîné s'appelle également Louis.
  • Le cinquième : Camille Richard-Vitton (d'où la rue Camille), épouse Antoinette Gontard et n'a qu'une fille : Eléonore. Orpheline jeune, elle fut élevée par sa grand-mère Louise et elle épousa Eugène Jacquemont dont descendent les Jacquemont, Neyrand, Thivel et Rieussec.

Le nom du « cours Eugénie » a été donné par la famille Richard-Vitton en hommage à l'impératrice Eugénie de Montijo, épouse de Napoléon III.

Références

  1. Mariages Registre : période 04/01/1860 - 31/12/1860 Cote 2E878, Archives municipales de Lyon, Mairie de Lyon 3e arrondissement,, 413 vues p. [lire en ligne (page consultée le 12 octobre 2013)], p. Vues 394-395 – Acte 777 .

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).