Julien sansonnens

Aller à la navigation Aller à la recherche
Julien Sansonnens
Naissance (44 ans)
Neuchâtel
Activité principale
écrivain
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres
roman,nouvelle

Œuvres principales

Les ordres de grandeur, Jours adverses

Julien Sansonnens, né en 1979, est un écrivain et un homme politique suisse, anciennement membre du Parti ouvrier et populaire dont il est vice-président de 2009 à 2012, avant d'en démissionner. Ancien éditorialiste à l'hebdomadaire suisse Gauchebdo[1], il fonde en 2017 la revue littéraire La cinquième saison[2][3].

Biographie

Après l'obtention d'une maturité littéraire au gymnase cantonal de Neuchâtel, il se forme dans l'informatique et travaille deux ans dans ce domaine. A vingt-cinq ans, il reprend des études à l'Université de Lausanne et obtient un Master en sciences sociales (mémoire sur les représentations médiatiques[4]). Il est père d'un enfant [5].

Ecriture

Son écriture se caractérise par un soin apporté à la description des lieux et des personnages. Il déclare construire ceux-ci à l'aide d'une technique proche du collage, n'envisageant pas de situer son action dans des lieux indéterminés [6]. Deux thèmes se retrouvent en particulier dans ses romans [7]: le thème de la fuite, d'abord, le fantasme d'une nouvelle vie ailleurs, fantasme toujours battu en brèche par la réalité. Et puis le passage de l'adolescence à la « vie adulte ». Il cite Christian Oster et Michel Houellebecq parmi ses deux auteurs français préférés[8].

En 2016, son deuxième roman est classé par le magazine suisse l'Hebdo parmi ses "10 chouchous de la rentrée littéraire" [9]. En 2017, il publie Quatre années du chien Beluga, reccueil consacré aux derniers jours de son chien [10].

Engagement politique

Julien Sansonnens entre en politique par l'écologie. Il adhère au POP vaudois en 2007 [11]. En 2009, il s'oppose aux essais d'OGM en plein champ menés par l'ETHZ à Pully [12]. Il est successivement président du POP section Lavaux-Oron, puis vice-président cantonal entre 2009 et 2012: en l'absence de présidence, il dirige de fait le parti. En 2010 il prend position contre l'usage croissant de l'anglais en Suisse [13]. Il est élu au Conseil communal de Lausanne en 2011. Il participe à la fondation du « Mouvement pour la diversité de la presse » qui regroupe une vingtaine de journaux indépendants de Suisse. Il quitte le POP à la fin de l'année 2012, principalement pour des raisons idéologiques, dénonçant une certaine "inflexion de la ligne du POP vers une radicalité d'extrême-gauche qui ne correspond pas à son histoire" [14].

En 2016, il prend position contre le déménagement du Festival de la Cité de Lausanne. Il lance une pétition demandant que le festival réintègre son site d'origine[15]. Suite à une importante mobilisation populaire, la direction du festival annonce que les prochaines éditions auront à nouveau lieu à la Cité [16].

En 2016, il est élu député au Grand Conseil vaudois, en remplacement de la députée Anne Papilloud, démissionnaire. Son élection est invalidée par le bureau électoral de Lausanne, à la suite de son déménagement en Valais en 2014[17]. Il dépose un recours contre cette décision auprès du Grand Conseil, arguant que la décision du bureau électoral ne repose sur aucune base légale ou jurisprudentielle. Le Grand Conseil admet ses arguments et casse la décision du bureau électoral lausannois[18]. Il prête serment le 20 septembre 2016.

Publications

Romans et nouvelles

Essais

Notes et références

Article publié sur Wikimonde Plus

  • Portail de la politique suisse
  • Portail du canton de Vaud
  • Portail arts et culture de la Suisse
  • Portail de la littérature française