La Terreur féministe. Petit éloge du féminisme extrémiste

Aller à la navigation Aller à la recherche

La Terreur Féministe. Petit éloge du féminisme extrémiste
Auteur Irene (Irene Hermoso Poza)
Genre Essai
Éditeur Divergentes
Lieu de parution Drapeau de la France France
Date de parution 12 février 2021
Nombre de pages 128
ISBN 9791097088385

Résumé

« Le féminisme n’a jamais tué personne ». Cette phrase est brandie depuis des décennies par le discours féministe majoritaire. Comme si les féministes cherchaient à rassurer un patriarcat pétri d’angoisse, ou à appuyer l’idée – déjà bien répandue – qu’une femme ne peut pas faire peur, qu’une femme ne peut pas être dangereuse. Mais est-il vrai que le féminisme n’a jamais tué personne ? Elles s’appellent Maria, Noura, Judith, Diana, Christabel. Elles ont fait usage de la violence contre le patriarcat. Elles ont touché au grand tabou. Pour nourrir une réflexion sur la place de la violence dans la lutte contre le patriarcat, Irene nous raconte l'histoire de ces femmes violentes.

Combat le dogme d’un féminisme pacifiste, mettant en avant la lutte violente contre le patriarcat à travers l’histoire de femmes qui ont été violentes, en réponses à celle du patriarcat. De la peinture avec Judith décapitant Holopherne d’Artemisia Gentileschi dépeignant une scène violente aux meurtres, il y est dépeint une violence graduelle. Dans tous les cas, ces violences viennent après un traumatisme lié au système patriarcal. Elle défend l’idée que sans violence, il n’y a pas d’écoute. De même, cette violence est le dernier recourt, quand le reste n'a pas marché.[1]

Irene

Irene est autrice, militante anarcho-féministe, étudiante en art. D’abord sur Instagram, elle lance son livre en financement participatif, en s’autopubliant dans un premier temps. Puis elle le publie en libraire avec la maison d’édition « Divergences », dont la démarche, selon elle, correspond à ses valeurs.

Elle revendique un « female gaze » en opposition au « male gaze ». Irene souhaite changer l’image actuelle du féminisme, qu’elle qualifie de bourgeoise, en une image beaucoup plus populaire et diversifiée.[2]

Notes et références

  1. Sophie Benard | 11 mars 2021 | 41 commentaires, « Oui, le féminisme peut être violent : il l’a déjà été, mais vous l’ignoriez peut-être », sur madmoiZelle.com, (consulté le )
  2. Eva Fottorino, « Irene, terreur féministe : "Le female gaze est forcément politique" », sur Manifesto XXI, (consulté le )

Liens externes

  • Erreur Lua dans Module:Autorité à la ligne 561 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 193 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).