Encyclopédie Wikimonde

Samuel Fringant

Aller à : navigation, rechercher

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 121 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Samuel Fringant, né à Neuchâteau, en France, le [1], est un ancien officier de la Gendarmerie et haut fonctionnaire de l'administration française, actuel dirigeant d’entreprise français.

Biographie

Samuel Fringant est le fils de Michel Fringant, officier de l'armée de l'air. Diplômé de l'Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan en 1966, Samuel Fringant est titulaire d'un diplôme de l'École des officiers de la Gendarmerie nationale en 1997, d'un diplôme universitaire de sciences criminelles en 2004 et d'un diplôme d'études supérieures spécialisées de lutte contre la délinquance et la déviance.

En 2006, après avoir occupé différents postes de commandement au sein de la Gendarmerie nationale, Samuel Fringant a été haut fonctionnaire au sein de l'administration française. Après avoir été chargé de mission, puis chef adjoint de cabinet[2] du Ministre d'État, ministre de l'Intérieur et de l'Aménagement du territoire (2002-2005), il intègre l'Inspection générale de l'administration (2006-2007), puis il est nommé chef adjoint de cabinet[3] du président de la République française (2007-2009).

En décembre 2009, il devient directeur du projet de fusion entre Veolia Environnement et Transdev (2009-2010) puis directeur des ressources humaines adjoint[4] du Groupe Veolia Environnement (2011 à 2012). Il prend la direction des affaires France[5] de Safran-Morpho (2010-2014), puis la Direction générale de la division sécurité de Safran Identity & Security (2014-2017). Haut fonctionnaire de l'Inspection générale de l'administration (2018-2019), il est nommé à la présidence[6] de Défense conseil international (DCI), l'opérateur de référence[réf. nécessaire] du ministère des Armées pour le transfert du savoir-faire militaire français à l'international. Il a été sélectionné à l'issue d'une chasse de tête menée par le cabinet Eric Salmon & Partner[réf. nécessaire].

Conférence

Intervention sur "L'impact des nouvelles technologies sur les politiques de sécurité"[7] lors des 8e rencontres de la Sécurité présidées par Philippe Dominati, sénateur de Paris, rapporteur spécial du projet de loi de finance 2015 sur le Budget sécurité et Eduardo Rihan Cypel, député de seine-et-Marne, membre de la commission Défense nationale et des forces armées de l'Assemblée nationale, le 3 mars 2015 (Paris)

Fonctions occupées

  • Président-directeur général de Défense conseil international (DCI) (depuis décembre 2018)[8]
  • Directeur général de la Division sécurité et membre du Comité exécutif de Morpho (2014 à 2017)[9]
  • Directeur des Ressources humaines adjoint du Groupe Veolia Environnement (2011 à 2012)
  • Directeur du projet de fusion entre Veolia Transport et Transdev (2009 à 2010)
  • Chef adjoint de cabinet du Président de la République française (2007 à 2009)
  • Chef adjoint de cabinet du ministre d'État, ministre de l'Intérieur et de l'Aménagement du territoire (2002-2005)

Bibliographie

Articles de journaux (classés par date de parution décroissante) :

  • La Lettre A, « DCI parachève le lifting de son conseil d'administration », La Lettre A,‎ (lire en ligne).
  • La Lettre A, « Maintien en condition opérationnelle : DCI cherche à élargir sa base industrielle en France », La Lettre A,‎ (lire en ligne).
  • Les Échos, « Morpho passe l’identité au crible de la biométrie », Les Échos,‎ (lire en ligne).
  • Le Monde, « Face aux menaces, le marché de la sécurité se transforme », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • Le Figaro, « Dans les aéroports, Safran prend les empreintes digitales à la volée », Le Figaro,‎ (lire en ligne).

Décoration

  • Chevalier de l'ordre national du Mérite.

Notes et références


Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).