Encyclopédie Wikimonde

Tendance tous ensemble

Aller à : navigation, rechercher

La Tendance tous ensemble (TTE) était une des tendances de l'UNEF, premier syndicat étudiant de France.

Description générale

Cette tendance prônait l'action comme moyen privilégié pour défendre les étudiants et accordait également une très grande importance aux questions internationales, notamment le soutien aux peuples vivant sous occupation. Politiquement, elle se plaçait à la gauche de la Tendance majorité nationale, la majeure partie de ses membres étant proche de la LCR ou des JCR sans forcément y être affiliée.

Historique

Origines

La TTE trouvait ses origines dans le collectif constitué autour de l'appel « Tous ensemble ! Réussir l'unification pour refonder le mouvement étudiant ». Les premiers signataires en furent des militants de la TUD (Tendance unité et démocratie) de l'ancienne UNEF-ID, de l'opposition de l'UNEF-SE, de SUD Étudiant, et d'associations étudiantes locales. Dans les mois précédant la réunification syndicale autour des deux UNEF, ces signataires diffusèrent largement cet appel dans leurs organisations respectives. Le texte appelait à rassembler le plus largement les syndicalistes étudiants sur une ligne résolument offensive (d'où son nom, en écho au slogan des manifestations) et fut le socle de la nouvelle tendance.

La tendance elle-même apparaît au sein de l'UNEF-ID lors du Congrès de Paris de 2001, deux mois avant la réunification officielle.

Lors du congrès de 2007, la TTE s'allie avec les AGE de Lille et Grenoble - avant que la TMN n'y reprenne la majorité -, ainsi qu'à d'autres militants partout en France, pour fonder une nouvelle tendance : la TUUD (Tendance pour une UNEF unitaire et démocratique).

Elle animait plusieurs AGE : Paris V, Amiens, Chambéry, Clermont-Ferrand, Dijon, Perpignan.

La Tendance tous ensemble était animée par une direction de huit personnes élue lors des « stages de tendance ». Dans les instances nationales de l'UNEF, la TTE était représentée par plusieurs personnes, dont Marianne Mugnier en 2007 et auparavant par Marie-Pierre Toubhans ou Karel Yon.

Les exclusions du 2 septembre 2006

Le 2 septembre 2006, le collectif national de l'UNEF a décidé l'exclusion de 38 militants de la TTE issus des AGE de Paris 1 (site Tolbiac), Paris VII (Jussieu), Paris VIII (Saint-Denis) et de Paris X-Nanterre.

Le Bureau national les accuse de violences envers d'autres militants de l'UNEF présents dans le cortège syndical lors des manifestations du 1er mai 2006 ainsi que de présentation de listes contre celles du syndicat. Les militants exclus prétendent que ce sont eux qui ont subi des violences de la part des militants de la majorité nationale, qui voulaient que l'UNEF soit à la tête du cortège, comme l'avait prévu l'intersyndicale. Au sujet des listes alternatives déposées par des militants de la TTE à Paris VII, ils se défendent en reniant la légitimité de la direction d'AGE TRS et jugent les listes déposées par celle-ci illégitimes.

Collectif pour une UNEF unie et démocratique

Les militants exclus et ceux qui en sont solidaires ont créé le Collectif pour une UNEF unie et démocratique, dans lequel ils mènaient une activité syndicale similaire à celle qu'ils avaient dans l'UNEF, tout en militant pour leur réintégration et l'unification syndicale.

Ce collectif regroupait des militants exclus de l'UNEF, d'autres qui y étaient encore, des non syndiqués et des membres d'autres syndicats. Il a une politique d'unité systématiques. Il propose notamment l'unité dans l'ensemble des luttes et lors des élections à tous les syndicats et associations progressistes.

Le Collectif pour une UNEF unie et démocratique avait une activité à Paris VI et Paris VII (campus de Jussieu), à Paris X-Nanterre et à Paris 1-Tolbiac. Il comptait aussi des militants à Chambéry, Lille 1 et Lille 3, Metz, Rennes, Saint-Denis, Strasbourg, Toulouse, etc.

Résultats de la TTE aux différents congrès de l'UNEF depuis sa création

  • Congrès national de Paris (2001) : 7,5 %
  • Congrès national de Lyon (2003) : 9 %
  • Congrès national de Reims (2005) : 9,95 %

Naissance de la TUUD

En janvier 2007, la TTE s'est jointe aux AGE ayant quitté la Tendance majorité nationale pour fonder une nouvelle tendance, la Tendance pour une UNEF unitaire et démocratique (TUUD).

Voir aussi

Article connexe

Liens

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).