Emmanuel Durand (entrepreneur)

Aller à la navigation Aller à la recherche

Emmanuel Durand (né le [1]) est un dirigeant d'entreprise des secteurs de la tech, de la culture et des médias, ainsi qu'un essayiste français[2] sur les mutations subies par les industries culturelles face au numérique.

Il est actuellement président-directeur général de Snap Inc. en France, bureau qu'il a ouvert et développe depuis 2016[3].

Biographie

Études

Emmanuel Durand est né à Sarcelles le 20 juin 1968, de Jacques Durand (1928-2015, ancien directeur du développement de Médiamétrie) et Rachel Durand. Il obtient son baccalauréat en 1986 avec mention, avant d'intégrer l'Université Paris-Dauphine dont il ressortira en 1991 titulaire d'une maîtrise de sciences de gestion obtenue en 1990 et d'un DESS de Management des télécoms et des médias.

Musique

Il démarre ensuite sa carrière en 1993 au sein de M6 Publicité, où il y développe les opérations spéciales, notamment avec le secteur du cinéma qui y voit un moyen de contourner l'interdiction du secteur à la publicité télévisée[4]. Après deux ans il rejoint Polygram Music comme Directeur de la Publicité. Entre différentes innovations média[5], il y pilotera le changement de nom de la major lors de sa fusion avec Universal Music[6]. Il sera également à l'initiative du tube de l'été "Carnavalera", succès de 1998[7]. Il quitte Universal Music pour le label Epic en 1999[8] pour y piloter l'ensemble des activités marketing sous la direction de Thierry Chassagne[9]. Il y développera de nombreux talents français et internationaux, nouveaux [10] comme confirmés[11]. Emmanuel Durand en sera licencié en 2003 lors d'un changement de direction, précurseur de la vague de licenciements qui touchera l'industrie confrontée à l'arrivée d'internet et de la piraterie.

l'Oréal

L'Oréal lui fournit l'année suivante une reconversion inattendue, puisqu'il y est recruté pour diriger la marque La Roche-Posay à Zürich, en Suisse. Il y redresse l'entreprise de façon remarquée, malgré (ou grâce à) son manque de connaissance du secteur. Il sera en 2007 nommé CEO de la filiale suisse de Cosmétique Active, la Division des marques de l'Oréal distribuées en pharmacie[12]. Lors de l'année 2008, la filiale dirigée par Emmanuel Durand redresse l'ensemble de son portefeuille de marque (malgré la crise financière qui impactera durablement les autres filiales du Groupe), tout en externalisant la gestion logistique et en déménageant le siège social de Zürich à Genève.

Warner Bros.

Il quitte l'Oréal en 2009[13] pour rejoindre à nouveau le secteur du divertissement, cette fois-ci chez Warner Bros[14]. Les mésaventures de la musique face au numérique, et ses succès chez l'Oréal lui font prendre conscience de l'importance d'aborder la vague de transformation du secteur à venir avec une mentalité d'apprenant plutôt que d'expert. Cette posture le mènera à inventer le programme MyWarner[15],[16], qui entérine la prise de conscience du pouvoir des communautés[17], et préfigure les futurs initiatives pionnières de la société dans la data, toujours pilotées par Emmanuel Durand[18], promu en 2015 Senior Vice-Président Marketing, Data & Innovation[19].

Sciences Po

Parallèlement, la similitude des situations auxquelles le cinéma comme la musique sont confrontés, ainsi que l'inaptitude de ces secteurs à réagir de manière appropriée aux vagues de transformations induites par le numérique le pousse à tenter une approche analytique semblable à celle qu'il avait dû développer chez l'Oréal en Suisse : Il retourne à l'école, comme enseignant cette fois, dans le master Marketing de Sciences Po où il animera pendant deux ans un cours sur les disruptions dans le secteur de la culture. Cette approche théorique sera formalisée dans un premier essai paru aux Presses de Sciences Po, La Menace Fantôme, les industries culturelles face au numérique[2]. Cet ouvrage (paru conjointement à l'arrivée de Netflix en France) sera très bien accueilli par la presse[20],[21],[22],[23],[24],[25],[26],[27],[28],[29],[30],[31] qui salue l'originalité de son analyse[32] comme sa liberté de ton[33], et l'amène à défendre les bénéfices de la destruction créative auprès de ses pairs[34],[35],[36],[37],[38],[39],[40]. Deux ans plus tard, Emmanuel Durand approfondit son étude des mutations qui agitent les industries culturelles, s'attaquant cette fois-ci à la problématique de la diversité culturelle face aux algorithmes : l'Attaque des Clones, la diversité culturelle à l'heure de l'hyperchoix[41], qui recevra également un accueil très favorable[42].

Snap Inc.

Séduit par l'approche contre-intuitive de son fondateur Evan Spiegel[43], il rejoint Snap Inc[44]. pour présider aux destinées de la filiale française[3] en tant que Directeur Général, puis Président-Directeur Général à compter de mai 2017[45]. Face à une concurrence très rude de la part de puissants compétiteurs, la structure se développe néanmoins très rapidement pour devenir un des acteurs de référence du secteur[46].

Vie privée

Emmanuel Durand est le compagnon de Céline Balitran, avec qui il a eu un enfant en 2010, Thom[47], après son autre fils Eli né en 2004 d'un précédent mariage.

Publications

Emmanuel Durand a publié deux essais aux Presses de Sciences Po, qui ont pour ambition de concilier des approches théorique et empirique sur les transformations structurelles affectant le secteur des industries culturelles lors de l'avènement des nouveaux acteurs du numérique :

  • La Menace fantôme, les industries culturelles face au numérique[48], Presses de Sciences Po, 2014.
  • L'Attaque des clones, la diversité culturelle à l'ère de l'hyperchoix[49], Presses de Sciences Po, 2016.

Notes et références

  1. Notice de la BnF
  2. 2,0 et 2,1 « La menace fantôme, Les industries culturelles face au numérique (Emmanuel Durand) », sur www.pressesdesciencespo.fr (consulté le )
  3. 3,0 et 3,1 (en-US) Elsa Keslassy, « Snapchat Bows in France, Poaches Warner Bros. Exec Emmanuel Durand (Report) », Variety,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. « Les secteurs interdits de publicité télévisée - Ministère de la Culture », sur www.culture.gouv.fr (consulté le )
  5. « Quand la musique devient interactive - Stratégies », Stratégies,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. « PolyGram France se réorganise sous la bannière « Universal Music » - Les Echos », sur www.lesechos.fr (consulté le )
  7. Steffen Hung, « lescharts.com - Havana Delirio 1830 - Carnavalera », sur lescharts.com (consulté le )
  8. « David Ringrave, directeur de la publicité d'Universal Music - Stratégies », Stratégies,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. « Liste des majors », sur www.too-net.com (consulté le )
  10. (en) Nielsen Business Media Inc, Billboard, Nielsen Business Media, Inc., [lire en ligne (page consultée le 2018-11-20)] 
  11. Institut National de l’Audiovisuel – Ina.fr, « Sortie du nouvel album de Michael Jackson », sur Ina.fr, (consulté le )
  12. (de) « Handelsregister », sur https://shab.ch/,
  13. « Emmanuel Durand - Les Echos », sur www.lesechos.fr (consulté le )
  14. (en) « Durand takes new VP marketing role at Warner Bros France », Screen, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le )
  15. « Warner Bros gâte ses fans », L'ADN,‎ (lire en ligne, consulté le )
  16. (en) Newsdesk, « Warner Bros. France Deploys Civolution’s SyncNow and Builds an Enriched Home Video Experience », sur library.vodkr.com (consulté le )
  17. « My Warner, le social au service des campagnes médias de Warner Bros », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le )
  18. « Warner : « La data, c'est comme le ménage. Ça ne se remarque que quand c'est mal fait » - L'Atelier BNP Paribas », L'Atelier BNP Paribas, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le )
  19. « WARNER BROS. : Yves Elalouf, Emmanuel Durand - Les Echos », sur www.lesechos.fr (consulté le )
  20. « La Menace Fantôme : couverture Média », sur coveragebook.com (consulté le )
  21. « Des Armes de Disruption Massive », Libération.fr, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le )
  22. « Le numérique n'est pas l'ennemi de la culture - Les Echos », sur www.lesechos.fr (consulté le )
  23. « Coverage attachment for Challenges », sur coveragebook.com (consulté le )
  24. « Industrie culturelle: s'hybrider ou mourir », Les Inrocks, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le )
  25. « Coverage attachment for ESPRIT CRITIQUE », sur coveragebook.com (consulté le )
  26. « Emmanuel Durand : "On ne lutte pas contre les géants du Web en érigeant des barrières réglementaires" », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le )
  27. « Coverage attachment for ADN », sur coveragebook.com (consulté le )
  28. « La menace fantôme. Les industries culturelles face au numérique », Alternatives Economiques, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le )
  29. « Révolution numérique : succès et échecs des industries créatives », sur InaGlobal, (consulté le )
  30. « Emmanuel durand : « la transformation digitale se caractérise par l’intégration de la multitude » | Abilways digital », sur www.abilways-digital.com (consulté le )
  31. « Numérique contre culture : la menace fantôme », Contrepoints,‎ (lire en ligne, consulté le )
  32. « Internet m’a tué ! Comment le cinéma et la musique jouent à se faire peur », L'Obs, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le )
  33. « Emmanuel Durand et la menace fantôme | nova », sur Nova (consulté le )
  34. « La révolution numérique va-t-elle avoir raison des industries culturelles ? | Sciences Po Executive Education », sur www.sciencespo.fr (consulté le )
  35. « Face au grand rajeunissement (4/4) - Industrie culturelle: l'influence de la génération #hashtag », sur France Culture (consulté le )
  36. Xerfi, « Emmanuel Durand, Warner Bros. - Non ! Internet ne va pas tuer la culture : création et nouveaux business models - Parole d'auteur stratégie - xerficanal.com », sur www.xerficanal.com (consulté le )
  37. Innovation Responsable, « Stand Up Emmanuel DURAND », (consulté le )
  38. « L’industrie culturelle est en train de partir en guerre contre ses consommateurs », Maddyness - Le Magazine sur l’actualité des Startups Françaises,‎ (lire en ligne, consulté le )
  39. HUB Institute, « L'avenir de l'hybridation des contenus | Warner Bros, Emmanuel Durand », (consulté le )
  40. « Compte-rendu du débat du Forum d'Avignon - Modèles Economiques | Forum d'Avignon », sur www.forum-avignon.org (consulté le )
  41. « L'attaque des clones, La diversité culturelle à l'ère de l'hyperchoix », sur www.pressesdesciencespo.fr (consulté le )
  42. Morier, Marc-Antoine, « Emmanuel Durand, L’attaque des clones. La diversité culturelle à l’ère de l’hyperchoix », Lectures,‎ (ISSN 2116-5289, lire en ligne, consulté le )
  43. « Evan Spiegel, 23 ans, l'homme qui refuse les milliards (de Facebook) », La Tribune, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le )
  44. « Darius Adamczyk (Honeywell), Emmanuel Durand (Snapchat) », FIGARO,‎ (lire en ligne, consulté le )
  45. « SNAP GROUP SAS (PARIS 9) Chiffre d'affaires, résultat, bilans sur SOCIETE.COM - 820920056 », sur www.societe.com (consulté le )
  46. « «Snapchat, c’est la télévision des millennials» - Stratégies », Stratégies, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le )
  47. « CÉLINE BALITRAN, EMMANUEL DURAND, ELI 8 ANS ET THOM 3 ANS fondatrice de l'école Open Shool, Vice Président Marketing Wa… | = Visite Privée / Interior = | Pinterest | Déco salon, Jardins et Salon », sur Pinterest (consulté le )
  48. « La menace fantôme, Les industries culturelles face au numérique », sur www.pressesdesciencespo.fr (consulté le )
  49. « L'attaque des clones, La diversité culturelle à l'ère de l'hyperchoix (Emmanuel Durand) » (http://www.pressesdesciencespo.fr/fr/livre/?GCOI=27246100376510&fa=author&person_id=1626#content), sur www.pressesdesciencespo.fr (consulté le )

Liens externes

  • Erreur Lua dans Module:Autorité à la ligne 561 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 193 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).