Famille de Wilde d’Estmael

Aller à : navigation, rechercher

Wilde d’Estmael (de)
Image illustrative de l’article Famille de Wilde d’Estmael

Blasonnement D'argent à un coq hardi de gueules, accompagné en chef de trois merlettes rangées de sable.
Devise « Tenir »
Période XVIIe sièclenos jours
Pays ou province d’origine Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire
Allégeance Drapeau de la Belgique Belgique
Preuves de noblesse
Autres 11 novembre 1922

La famille de Wilde d'Estmael est une famille de la noblesse belge, anoblie en 1922 par le roi Albert Ier.

Histoire

La famille descend de Jacques Sauvaige (peut-être né vers 1590 et mort en 1670), dit de Wilde, qui fut tailleur à Hoegaarden, plus tard à Meldert, et est mentionné dans un acte de 1614 avec son épouse Marguerite Minnen. Son fils Gérard Sauvaige a déclaré que son père Jacques Sauvaige était un citoyen de Tirlemont. Pierre-Nicolas de Wilde (1737-1820) achète, en 1794 la seigneurie d’Ezemaal[réf. nécessaire], anciennement « Estmael »[réf. nécessaire].

Le 11 novembre 1922, Robert de Wilde (1852-1935), inspecteur des Eaux et Forêts, est élevé à la noblesse héréditaire belge, par le roi Albert Ier, dans un acte où il est qualifié d'« écuyer ».

Son fils aîné, Robert de Wilde, né en 1883 et mort en 1947, participa à la Première Guerre mondiale.

Trois des fils de Robert de Wilde (1852-1935) sont les ancêtres des trois branches subsistantes ; en 1949 l’aîné reçoit, à titre posthume pour sa femme Cécile de Longrée et leurs descendants, le droit d'adjoindre « d’Estmael » à leur nom ; après quoi tous les descendants vivants depuis lors portent le nom « de Wilde d’Estmael ».

Des membres de la famille ont joué des rôles militaires ou de résistance pendant la Première et la Seconde Guerre mondiale. D’autres sont rentré dans les Ordres de l'Église catholique romaine comme religieux. Plusieurs membres ont également occupé des postes dans les anciennes colonies belges. En 2014, il y avait 57 hommes porteurs du nom, le dernier est né en 2012.

Lettres patentes

  • Bruxelles, 11 novembre 1922, Albert Ier, Roi des Belges:
    Concession de noblesse héréditaire pour Robert-Pierre de Wilde, ingénieur et inspecteur des eaux et forêts.

Arrêté du Régent

  • Bruxelles, 20 janvier 1949, Charles, Prince-Régent de Belgique:
    Adjonction du nom «d'Estmael» attribué à Cécile de Longrée, veuve de Robert-Marie de Wilde, à leurs enfants et à ses beau-frères, Paul-Marie et Jean-Marie de Wilde.

Héraldique

  • 1922: D’argent au coq hardi de gueules, accompagné en chef de trois merlettes rangées de sable. L’écu sommé d’un heaume d’argent, grillé, colleté et liseré d’or, doublé et attaché d’azur, aux bourrelet et lambrequins d’argent et de gueules. Cimier: le coq de l’écu. Devise: « Tenir », de gueules sur un listel d’argent.

Généalogie

  • Robert de Wilde, éc. (1852-1935), lieutenant général et inspecteur des eaux et forêts
    • Robert de Wilde (d'Estmael), éc. (1883-1947), lieutenant général
      • Robert de Wilde d'Estmael, éc. (1909-1959), conservateur adjoint du parc national d'Upemba
      • Jacques de Wilde d'Estmael, éc. (1911-1991), conservateur des parcs nationaux du Congo
        • Thierry de Wilde d'Estmael, éc. (1940), ingénieur industriel et chef de famille
          • Gaëtan de Wilde d'Estmael, éc. (1968), ingénieur industriel et successeur chef de famille
      • André de Wilde d'Estmael, éc. (1920-1989), volontaire de guerre pendant la Seconde Guerre mondiale
      • Philippe de Wilde d'Estmael, éc. (1925-2013), Résistant MNR 1940- 1945 et Président du Lions Club de Waremme
    • Jean de Wilde d'Estmael, éc. (1890-1970), militaire pendant la Première et la Seconde Guerre mondiale

Alliances nobles

Bibliographie

Voir aussi

Articles connexes

Article publié sur Wikimonde Plus