Jacques Biagini

Aller à : navigation, rechercher
Jacques Biagini

Jacques Biagini, né le 14 juin 1933 à Villefranche-sur-Mer et mort le 29 août 2010 à Monaco, est un comédien, metteur en scène, auteur et adaptateur de pièces de théâtre ainsi qu'un écrivain français. Il est le cadet de Henri Biagini, dit Riri, célèbre accordéoniste du comté de Nice.

En amateur ou en professionnel, il aura interprété près de 50 rôles et réalisé plus de 100 mises en scène. Il est l'auteur de 4 livres historiques toujours disponibles. Il est le fondateur de la "Compagnie Jacques Biagini". Profondément attaché à sa ville natale, il aura été un promoteur actif de la culture et du patrimoine local. Il fut même conseiller municipal de Villefranche-sur-Mer de 1965 à 1971. Il sera médaillé de la ville de Nice en 1997 et recevra le titre de "citoyen d'honneur" de Villefranche-sur-Mer en 2011.

Biographie

Jacques Biagini est né le 14 juin 1933 à Villefranche-sur-Mer, au 21 rue de l’Eglise.

Après des études classiques au Lycée Masséna et une licence de lettres modernes avec un mémoire sur « l’Animation d’expression dramatique en milieu scolaire », il entre à l’Éducation Nationale.

En 1956, à 23 ans, il est nommé instituteur, et commence sa carrière à Bairols, dans la vallée de la Tinée. Ses bons états de service lui permettent de revenir à Nice, à l’École Bishoffsheim. Puis il est chargé d’éducation musicale dans les collèges.

En 1963, il entre à la Direction Départementale Jeunesse et Sports où il met en place des projets culturels sur le département, et à partir de 1983 il anime les sections théâtre de différents établissements niçois (Collège Raoul Dufy, Collège Frédéric Mistral, Collège Port Lympia et Lycée Massena entre autres).

Sa carrière de comédien se poursuit avec des rôles parfois importants, comme celui d’Ulysse dans une Odyssée revisitée. Et en 1990 il participe au festival 6+1 à St Martin Vésubie et joue deux rôles majeurs dans une mise en scène de Georges Robert d’Eshougues : Vincent Van Gogh dans un biopic, et Monsieur Lepic dans Poil de Carotte de Jules Renard.

Sa passion pour les arts vivants se retrouve aussi en tant que spectateur, et il sera un des plus fidèles abonnés durant toutes ces années à l’Opéra de Nice et au Théâtre National de Nice, ce qui lui permettra de tisser des liens avec l'administration de ces lieux culturels, et de pouvoir bénéficier de quelques privilèges comme un accès à la Diacosmie.

De 1990 à 1997 il intervient au Lycée Thierry Maulnier. Ses élèves sont récompensés au festival international « Didascalies » de Grasse par différents prix suivant les années : le prix de la jeune création, le prix des Lycées et une sélection pour participer au « Printemps des Lycées ».

Depuis son adolescence Jacques Biagini est un acteur culturel à Villefranche, en participant à de nombreuses manifestations en lien avec la municipalité, mais surtout en animant depuis ses 17 ans un groupe de théâtre au Cercle Villefranchois. Et c'est en 1995 à l’occasion des fêtes pour les "700 ans de Villefranche" que ce groupe s'officialise pour devenir la « Compagnie Jacques B. », devenue aujourd'hui « Compagnie Jacques Biagini ».

Le répertoire de la Compagnie est à l'époque principalement orienté vers Jean Cocteau, mais propose aussi des classiques comme Molière et Shakespeare, et des adaptations intéressantes comme par exemple l'adaptation du « Campiello » de Goldoni, en français et en niçois. À travers cette compagnie, il cherche à promouvoir la culture et le patrimoine, et à transmettre sa passion pour l’art vivant. La Citadelle devient le décor privilégié de ses créations.

Il se fait connaître également en tant qu’auteur, avec 2 ouvrages qui font référence : Jean Cocteau de Villefranche-sur-Mer, et Calant de Villafranca. Tout son travail sur Cocteau créera le « fond Biagini » au Musée Jean Cocteau de Menton. Malheureusement le musée subit en octobre 2018 une terrible inondation qui emporte toute sa collection…

Pour son travail, ses qualités humaines et son investissement auprès des autres, il reçoit la médaille de la ville de Nice et celle de Villefranche-sur-Mer en 1998. Cette dernière le nommera « citoyen d’honneur » à titre posthume.

Il décède le dimanche 29 août 2010 à l’hôpital Princesse Grace de Monaco. Tout comme Jean Cocteau, Jacques Biagini aurait pu dire «Je reste parmi vous», mais sa dernière phrase aura été pour Villefranche "Mon plus grand regret sera de ne plus voir la rade".

Christian Guérin devient le metteur en scène de la Compagnie en 2011. Pour le 10ème anniversaire de son départ et en hommage à sa volonté de transmission, la Compagnie ouvre ses « Ateliers Biagini » en septembre 2020, nouveau lieu culturel à Villefranche-sur-Mer qui propose des ateliers de théâtre, de danse et de préparation physique.

L'Homme

D'après tous les témoignages recueillis, Jacques Biagini laisse le souvenir d'une élégance extrême, il avait pour ainsi dire le charme profond des Tsars russes, avec sa distinction et ses yeux bleus. Il manifestait une sorte de grâce dans ses mouvements, une légèreté, une douceur dans ses déplacements. Toujours souriant, généreux, respectueux, discret, disponible et à l’écoute des autres, Jacques Biagini inspirait la sympathie. D’un grand charisme, il a profondément marqué la vie de ceux qui l’ont côtoyé.

Sa passion était la culture. Il possédait un piano sur lequel il s'exerçait tous les jours et une bibliothèque immense. Mais cet amour n'était pas égoïste et il saisissait toutes les occasions pour transmettre aux plus jeunes comme aux plus âgés sous forme de rencontres, de conférences, de cours, d'ateliers…

Théâtrographie

Comédien

Liste exhaustive des spectacles dans lesquels Jacques Biagini a joué en cours de recherche

Metteur en scène

  • 2010 : « La patience de Pénélope » de Jean Cocteau et « La chasse aux jobards » de Georges Feydeau
  • 2009 : « Œdipe-roi » de Jean Cocteau et « Antigone » de Jean Cocteau
  • 2008 : « Monsieur de Pourceaugnac » de Molière
  • 2007 : « Triptyque pastiche » de Jean Cocteau
  • 2006 : « Portraits Souvenirs » de Jean Cocteau et « le Mariage de Figaro » de Beaumarchais
  • 2005 : « Les Mariés de la Tour Eiffel » de Jean Cocteau, « Le Révizor » de Gogol et « Je veux voir Mioussov » de Valentin Kataiev
  • 2004 : « Lysistrata » d’après Aristophane
  • 2003 : Commémoration du 40ème anniversaire du décès de Jean Cocteau
  • 2002 : « Peines d’amour perdues » de Shakespeare et « Villefranche-sur-cour » d’après Gilbert Espinal et Geneviève Baillac
  • 2001 : « Chanteclerc » d’après Edmond Rostand.
  • 2000 : « l’Amour des trois oranges » d’après Gozzi
  • 1999 : « L’assemblée des femmes » d’après Aristophane et « La marquise Roselinde » de Ramon delle Valle Inclan
  • 1998 : « Le songe d’une nuit d’été » de Shakespeare
  • 1997 : « Renaud et Armide » de Jean Cocteau
  • 1996 : « Les Cancans » de Goldoni (traduction Jacques Biagini)
  • 1995 : « Le Campiello » de Goldoni (traduction Jacques Biagini)

Livres

"Calant de Villafranca"

Dans ce bel ouvrage sous-titré Dictionnaire nostalgique de Villefranche et de ses rues, Jacques BIAGINI nous livre une histoire de Villefranche sortant des sentiers traditionnels de l'ouvrage historique. L'auteur s'attache plus à ce qui fait la village qu'à de simples statistiques de recensements ou qu'à des faits. L'accent est mis surtout sur les anecdotes et les habitants, ceux qui ont fait et qui font Villefranche.

"Jean Cocteau... de Villefranche-sur-Mer"

"Je n'ai pas, comme Jean Cocteau, choisi de naître à Villefranche-sur-Mer, mais je suis heureux d'y être né. Jean Cocteau et moi avons, parmi tant d'autres, aimé cette ville. Nous y avons vécu, nous ne nous sommes jamais rencontrés. En élaborant cet ouvrage, j'ai pourtant avec Jean Cocteau, côtoyé ses admirateurs, rendu visite à ses relations plus ou moins mondaines, partagé ses douleurs et ses peines, et son enthousiasme et la vérité de ses sentiments." (J. Biagini)

"Chapelle Saint Pierre Villefranche-sur-Mer"

Sur les rives de la rade de Villefranche-sur-Mer s’élève une ancienne chapelle, appartenant de temps immémorial à la Confrérie des Pêcheurs de la localité. Elle est sans grand intérêt artistique jusqu’à ce que Jean Cocteau ne s’atèle à sa rénovation en 1956-57. Jacques Biagini nous livre dans ce petit livre une réflexion générale sur le grand maître et un historique précis de l'édifice.

"Vive la France - Regards croisés sur l’union du Comté de Nice à la France"

Publié à l'occasion du 150e anniversaire de l’annexion du Comté de Nice à la France, ce livre prend place parmi les diverses actions menées dans l'ensemble du Comté de Nice, notamment à Villefranche-sur-Mer qui accueillit Napoléon III en septembre 1860. L’équipe d’historiens réunie autour du projet a fait le choix de regards croisés, divers et complémentaires. On trouvera donc des articles d’approche synthétique, événementielle, prosopographique et linguistique.

Distinctions

Décorations

*1970 : Médaillé de Bronze de la Jeunesse et des Sports

Récompenses

  • Prix de la jeune création au festival international « Didascalies » de Grasse
  • Prix des Lycées au festival international « Didascalies » de Grasse
  • 1954 : Vainqueur du Concours des révélations avec "Dor et Dargent" au Palm Beach à Cannes
  • 1954 : Prix de la révélation comique au Concours de la Chanson des Deux Rivieras avec le duo joué et chanté « Dor et Dargent » au Casino de Juan-les-Pains
  • 1954 : Premier accessit de comédie au Conservatoire de Nice

Notes et références

  1. "Christian Guérin raconte Pagnol", PerformArts, 02 juin 2015
  2. "La compagnie Jacques Biagini fête ses 20 ans", Nice Matin, 02 décembre 2015
  3. "Le Festival de théâtre brûle les planches à L'Escarène", Nice Matin, 16 février 2016
  4. "Christian Guérin va (enfin) jouer chez Marcel Pagnol !", Nice Matin, 24 février 2016
  5. "Festival de théâtre: blues et variété aussi...", Nice Matin, 17 mars 2016
  6. "Intense programmation d'été à Beaulieu", Nice Matin, 21 juin 2016
  7. "Animations estivales à Villefranche: une partition en cinq actes", Nice Matin, 29 juin 2016
  8. "Christian Guérin va jouer le rôle de sa vie", Nice Matin, 28 octobre 2016
  9. "Marcel Pagnol s'invite dans les écoles à Villefranche-sur-Mer", Nice Matin, 30 janvier 2017
  10. "Une fontaine à mots installée samedi jardin Binon", Nice Matin, 16 mars 2017
  11. "Carros : Pagnol aux Nuits de la Villa après le centre aéré Guillonnet", Nice Matin, 12 août 2017
  12. "Marcel Pagnol s'invite à Villeneuve-Loubet" (https://www.nicematin.com/theatre/marcel-pagnol-s-invite-a-villeneuve-loubet-164131), Nice Matin, 06 septembre 2017
  13. "Fin de semaine thématique consacrée à Pagnol", La Provence, 04 octobre 2017
  14. "C'est la fin de l'hiver, dites-le en vers aujourd'hui" (https://www.nicematin.com/vie-locale/c-est-la-fin-de-l-hiver-dites-le-en-vers-aujourd-hui-213919), Nice Matin, 10 mars 2018
  15. "Printemps des poètes villefranchois : 2e Fontaine à mots demain" (https://www.nicematin.com/vie-locale/printemps-des-poetes-villefranchois-2e-fontaine-a-mots-demain-215485), Nice Matin, 16 mars 2018
  16. "Hommage à Pagnol bientôt au cinéma de Beaulieu" (https://www.nicematin.com/vie-locale/hommage-a-pagnol-bientot-au-cinema-de-beaulieu-260411), Nice Matin, 14 septembre 2018
  17. "Aujourd’hui, dans la Pinède une fontaine où coule des mots !" (https://www.nicematin.com/vie-locale/aujourd-hui-dans-la-pinede-une-fontaine-ou-coule-des-mots--376789), Nice Matin, 20 avril 2019
  18. "Cocteau théâtralisé ce soir et demain à Villefranche (https://www.nicematin.com/vie-locale/cocteau-theatralise-ce-soir-et-demain-a-villefranche-386311)", Nice Matin, 31 mai 2019
  19. "Villefranche : Christian Guérin, pour l’amour de Marcel Pagnol (https://www.nicematin.com/vie-locale/villefranche-christian-guerin-pour-l-amour-de-marcel-pagnol-391981)", Nice Matin, 24 juin 2019

Voir aussi

Lien externe

Article publié sur Wikimonde Plus