Encyclopédie Wikimonde

Observatoire du décolonialisme

Aller à : navigation, rechercher

« Observatoire du décolonialisme et des idéologies identitaires » est le nom que s'est donné un collectif composé de 76 universitaires, enseignants et essayistes depuis janvier 2021. Il est fondé par Yana Grinshpun, Hubert Heckmann, Laurent Loty, Samuel Mayol, Xavier-Laurent Salvador, Jean Szlamowicz et Véronique Taquin[1]. Il est proche du site de la tribune des Cent, de Vigilance Universités, du blog de Rémi Pellet, d'Arwiqa-portiques et du blog Perditions idéologiques animé par Yana Grinshpun, Georges-Elia Sarfati, Roland Assaraf, Jean Szlamowic.

Thèmes abordés

Xavier-Laurent Salvador et Jean Szlamowicz soulignent le paradoxe que l'enquête[Laquelle ?] soit menée par le CNRS, dont le président Antoine Petit est suspect selon eux d'être favorable aux études décoloniales et à l'islamisme[2][réf. à confirmer],[3].

L'Observatoire signale, dans un article à dimension parodique et en la félicitant, la candidature de Nonna Mayer à la succession d’Olivier Duhamel à la tête de Sciences Po Paris. Le collectif signale des interviews de Nonna Mayer sur l'islamophobie[4],[5][réf. à confirmer], en qualifiant de « dérapages »[6]. Xavier-Laurent Salvador de l'Observatoire déclare : « Cette perspective de nomination renforce le sentiment non plus d’une dérive idéologique, mais d’une prise en main de l’institution[7]. » Le conseil d’administration de l’Association française de science politique apporte à Nonna Mayer son soutien et souligne la rigueur de ses travaux[8].

Polémique

La linguiste Yana Grinshpun répond qu'il s'agit de « pastiches » mais que l'observatoire proposera d'autres analyses. Pour Le Monde, le linguiste médiéviste Xavier-Laurent Salvador reconnaît « On est dans le pamphlet et l'ironie » et explique : « Si on est réduits à sortir un observatoire qui a ce ton, c'est bien parce qu'on n'arrive pas à mener ce débat. C'est un appel au secours d'amant éconduit[9]. »

Sources

  1. Clément Pétreault, « Appel de l’Observatoire du décolonialisme et des idéologies identitaires », sur Le Point, (consulté le 6 avril 2021)
  2. Observatoire du Décolonialisme, « Islamisme à l’université : faut-il confier l’enquête au principal suspect ? », sur Le Point, (consulté le 6 avril 2021)
  3. « “La race devient la nouvelle grille de lecture du monde” : le profil suspect des futurs responsables de l'enquête sur l'islamo-gauchisme », sur Valeurs actuelles, (consulté le 6 avril 2021)
  4. « Sciences po : pourquoi la candidature de Nonna Mayer à la FNSP fait polémique », sur LExpress.fr, (consulté le 9 avril 2021)
  5. Simon Blin, « Sciences-Po : offensive contre Nonna Mayer », sur Libération (consulté le 6 avril 2021)
  6. « «Vieux mâle blanc» contre «islamo-gauchiste»: la bataille pour le pouvoir est lancée à Sciences Po », sur L'Opinion, (consulté le 9 avril 2021)
  7. le figaro, « Sciences Po: qui est Nonna Mayer, la favorite à la succession d’Olivier Duhamel? », sur Le Figaro Etudiant (consulté le 9 avril 2021)
  8. « Qui est Nonna Mayer, candidate à la succession d’Olivier Duhamel et taxée d’islamo-gauchiste », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 6 avril 2021)
  9. « A l’université, une guerre de tranchées autour des questions de race, de genre ou d’écriture inclusive », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 8 avril 2021)

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).