Quentin Lafay

Aller à la navigation Aller à la recherche
Quentin Lafay
une illustration sous licence libre serait bienvenue

Quentin Lafay, né le à Lyon, est un écrivain français et journaliste, ancien conseiller et rédacteur des discours d'Emmanuel Macron.

Origines et formation

Il est le fils d'un kinésithérapeute et d'une orthophoniste[1].

Après ses études à Sciences Po, avec un double cursus au niveau master : l'un en politique publique et développement (non validé) à l’Ecole d’économie de Paris et un second en sociologie à l’EHESS[1],[2].

Biographie

Après la victoire de François Hollande, Benjamin Griveaux le recrute dans le cabinet de Marisol Touraine nommée ministre de la Santé. 

En août 2014, à l'initiative de Ismaël Emelien, il devient membre du cabinet de Emmanuel Macron à Bercy, chargé d'écrire ses discours[3],[2],[1].

Dès septembre 2016 et la création du mouvement "En Marche" fondé par Emmanuelle Macron, il participe à la coordination du programme et contribue aux discours[4].

En avril 2017 il publie son premier roman La Place Forte aux éditions Gallimard quelques jours avant le premier tour de la présidentielle. Le roman met en scène un passage éclair d'un jeune ministre à Bercy autour de la thématique de l'attraction et de la solitude du pouvoir. Dans la préface, il se défend de toute ressemblance avec Emmanuel Macron en déclarant : «Ce texte n’est en aucun cas un roman à clef. Tout lecteur qui tenterait d’opérer quelque rapprochement avec la réalité s’égarerait inévitablement».

Ses courriels privés sont piratés, et publiés le , juste avant 2e tour de l'élection présidentielle, dans le cadre des MacronLeaks. Toute sa vie privée est révélée. Cet épisode douloureux lui donne l'idée de son roman L'Intrusion[3],[5],[6] publié en 2020.

Après la victoire présidentielle, il reste la plume du président pendant 6 mois, puis éprouve le besoin de changer de vie. Il part à Los Angeles en novembre 2017, où il passe un an et écrit son deuxième livre. Il y travaille aussi au scénario d'une série télévision sur la vie politique[7],[8].

Il rentre à Paris vers la fin de 2019, et se fait recruter par Radio France. Sur France Culture, en 2022 il participe à la production de l'émission Géographie à la carte[9]. A partir de septembre 2022, il anime Et maintenant ? sur France Culture[10],[11].

Opinions et vie privée

Il dit être « socialiste tempéré », non inscrit dans un parti politique[2].

Adolescent, il joue de la flûte traversière[2].

Romans

Références

  1. 1,0 1,1 et 1,2 Mariana Grépinet, « Qui est la plume d'Emmanuel Macron? », sur parismatch.fr,
  2. 2,0 2,1 2,2 et 2,3 Guillaume Gendron, « Quentin Lafay, poids plume », Libération,‎ (lire en ligne)
  3. 3,0 3,1 et 3,2 Solenn de Royer, « Quentin Lafay, piraté repenti », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. Grégoire Poussielgue, « La garde rapprochée d’Emmanuel Macron », www.lesechos.fr,‎ (lire en ligne)
  5. 5,0 et 5,1 Jérôme Garcin, « Quentin Lafay, l’ex-Macron’s boy qui raconte le piratage de sa boîte mail », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  6. Virginie Bloch-Lainé, « Quentin Lafay, messagerie pleine d’intrus », sur Libération, (consulté le )
  7. Arthur Blanquet, « Un conseiller d'Emmanuel Macron quitte son poste pour aller écrire une série télé aux États-Unis », Closer,‎ (lire en ligne)
  8. Vincent Morel, « Quentin Lafay, plume d’Emmanuel Macron, écrit une série politique », sur TV Magazine, (consulté le )
  9. Irène Verlaque, « “Géographie à la carte” sur France Culture : Quentin Lafay, la curiosité comme boussole », Telerama,‎ 2022-29-08 (lire en ligne)
  10. « Radio France: les principales nouveautés de la rentrée », Info Durable,‎ (lire en ligne)
  11. Aude Carasco, « Radio France : une rentrée sous le signe de la « relève » et de l’écologie », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  12. « Livres en bref », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. Astrid de Larminat, « La Place forte, de Quentin Lafay: l'homme qui se voyait ministre », sur Le Figaro, (consulté le )
  14. Etienne de Montety, « L’Intrusion de Quentin Lafay, un monde sans pitié », Le Figaro,‎ (lire en ligne)

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus

  • Portail de la politique française
  • Portail de la littérature