Encyclopédie Wikimonde

Yann Jondot

Aller à : navigation, rechercher

Yann Jondot
Fonctions
Adjoint au maire de Langoëlan
En fonction depuis
Maire de Langoëlan (2014 - 2020)
Biographie
Date de naissance (53 ans)
Lieu de naissance Pontivy
Nationalité Française
Parti politique SE

Yann Jondot, né le à Pontivy (Morbihan), est un homme politique français, sportif de haut niveau (pongiste) et éducateur.

Ne revendiquant aucun parti politique (SE), il est maire de Langoëlan de 2014 à 2020. A la fin de son mandat, il devient 1er adjoint au maire de Langoëlan (Morbihan) depuis 2020.

Son mandat a été marqué par ses visites dans les 250 communes du Morbihan dans le but de proposer des solutions simples, pragmatiques et peu coûteuses en faveur de l’accessibilité aux maires. 232 maires ont signés sa charte d'accessibilité.

En , Sophie Cluzel, la secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées, le nomme “Ambassadeur des Ambassadeurs”. La même année, les maires de Bretagne le nomme "ambassadeur des maires de Bretagne".

Il est depuis le , chevalier de la légion d’honneur.

Devenu paraplégique à la suite d’un accident de moto à 22 ans, il milite pour sensibiliser et mobiliser les pouvoirs publics afin qu’ils agissent en faveur de l’accessibilité.

Il est le premier maire paraplégique français à accéder au sommet du Kilimandjaro, dans le cadre de son projet “un sommet pour une rampe” pour promouvoir l’accessibilité. Il prépare actuellement une expédition en Amazonie.

Situation personnelle

Famille, enfance et adolescence

Yann Jondot né à Pontivy (Morbihan) d'un couple de restaurateur breton. Membre d'une fratrie de 6 frères et sœurs, sa famille s'installe à Langoëlan en 1978 pour reprendre le restaurant du village. Il se destinait à reprendre le restaurant familial. Il est marié et père de 3 enfants, âgés de 16, 20 et 24 ans.

Accident

Il devient paraplégique à la suite d'un accident de moto[1] à l'âge de 22 ans.

Sportif de haut niveau

En 2015, il devient champion du Morbihan en tennis de table handisport fauteuil, à Questembert.

Il passe son diplôme d'entraîneur à Guémené et devient éducateur sportif. Il coach des séances de sport pour les sapeurs-pompiers...

Carrière politique

En 2014, il devient maire de Langoëlan (Morbihan). Il ne revendique aucun parti politique et se définit comme SE. Son mandat est caractérisé par sa proximité, son écoute, sa rigueur, sa transparence et sa bonne humeur[2] auprès des habitants de sa commune.

En 2020, il décide de ne pas se représenter aux élections municipales car il souhaite se consacrer à sa mission d’ambassadeur de l’accessibilité des maires bretons. Il devient néanmoins, 1er adjoint au maire de son successeur, Jean-Claude Le Métayer.

Ses actions pour l'accessibilité

"Un sommet pour une rampe"[3]

Alors qu'il se rend à la préfecture pour récupérer ses nouveaux papiers, il se trouve dans l'incapacité de franchir les portes du bâtiment. Il se rend compte que le bâtiment n'est pas accessible. Il élabore alors le projet "un sommet pour une rampe", dans le but de montrer qu'il est plus facile pour une personne en fauteuil roulant de gravir le Kilimandjaro plutôt que de monter les marches de sa préfecture. Il souhaite alerter les pouvoirs publics sur la problématique de l’accessibilité des personnes en situation de handicap aux ERP. Il a été suivi dans son périple par France 3, qui a fait de son aventure un film documentaire : "Objectif Kilimandjaro : du sommet de l'Afrique au sommet de l'Etat" réalisé par Gérard Maximin.

Son expédition commence en . Il réussit à gravir le Kilimandjaro accompagné et porté sur une joëlette par 6 équipiers dont Arnaud Chassery, ainsi qu'avec des tanzaniens. Son exploit fait écho, et il passe du sommet de l'Afrique au sommet de l'Etat.

En , Gérard Larcher le rencontre, et lui confie la mission d'expérimenter ses actions de "bon sens" dans son département, le Morbihan (56). Cette action sera aussi soutenue par les 3 sénateurs du département.

En , il est reçu par Sophie Cluzel, qui le nomme « Ambassadeur des ambassadeurs de l’accessibilité » en soutenant l’expérimentation des actions de « bon sens » du Morbihan (56).

Le Morbihan, territoire expérimental

De à , il parcours chacune des 250 communes du Morbihan (56) en réalisant des actions de très grande proximité. Il fait nommer 250 « référents accessibilité » et signer 232 « chartes d’accessibilité » sur le département.

Charte d'accessibilité

CHARTE D’ENGAGEMENT DANS UNE DÉMARCHE EXPÉRIMENTALE D'ACCESSIBILITÉ EN BRETAGNE

Les communes et établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) de Bretagne s’engagent pleinement dans une démarche de mise en accessibilité de tous les équipements publics par des moyens simples, concrets, pragmatiques et peu onéreux pour les communes, en faisant de la Bretagne une région expérimentale avec un objectif de généralisation à tout le territoire national. Ceci dans un souci d’économie et de bien vivre ensemble dans les communes dans le cadre événementiel ou ponctuel, par exemple pour l’accès aux chapelles, pontons…

Des mesures simples

La loi du pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, n’a malheureusement pas pu être suivie d’une application effective, en tous lieux.

Depuis le , les établissements recevant du public (ERP) non conformes aux règles d’accessibilité ont établi un Agenda d’accessibilité programmée (ADAP), avec un engagement de réaliser les travaux nécessaires à la mise en conformité, dans un délai limité.

Ainsi, dans l’attente de la mise en conformité avec la loi (ADAP), plusieurs mesures alternatives simples, pragmatiques, peu onéreuses et éventuellement, dérogatoires, sont proposées :

  • L’achat par chaque commune d’une rampe d’accès amovible mise à disposition par la mairie en cas de besoin ;
  • La pose d’une rampe d’appui pour gravir quelques marches à l’attention des personnes à mobilité réduite qui ne sont pas en fauteuil roulant ;
  • Tout aménagement lié aux handicaps (bandes de guidage, marquage au sol, système d’aide à l’audition…)
  • Une autoévaluation par le maire, permettant de visualiser le niveau d’adaptation des communes (ABC) par la pose d’autocollants en entrée d’agglomération ;

NB : l’engagement dans la charte ne dispense du respect de la réglementation en vigueur en matière d’accessibilité, de marchés publics…

Une action par jour

Entre 2018 et 2020, il va partir à la rencontre des habitants du Morbihan (56) pour mener des actions de sensibilisation en faveur de l'accessibilité en parallèle de ses fonctions de maire.

Il se rend notamment dans les écoles, collèges, lycées dans le but d'éduquer la jeunesse aux problématiques du handicap et de l'accessibilité. Il mène également des actions auprès des associations locales, des associations de commerçants...

Pour convaincre les maires de son département de signer la charte d'accessibilité, il leur a demandé de visiter leur propre ville en fauteuil roulant.

Soutien des politiques dans son action

  •  : Gérard Larcher en lien avec les sénateurs Muriel Jourda, Joël Labbé et Jacques Le Nay, confirme le lancement de l'opération pilote en faveur de l'accessibilité dans le Morbihan
  •  : Emmanuel Macron salue ses actions qui "mettent en lumière les difficultés auxquelles les personnes handicapées doivent faire face et participent à rendre notre société plus inclusive et solidaire".
  •  : Le président des maires ruraux du Morbihan, conseiller départemental, Christian Derrien, soutien et s'engage dans son action
  •  : L'Association des maires ruraux de France lui assure son soutien
  •  : Le président de l'Association Maires Présidents E.P.C.I. Morbihan (AMPM), Yves Bleuven, soutien son action et lui propose de diffuser ses propositions à l'ensemble des communes et établissements publics de coopération intercommunale du Morbihan.
  •  : Le président du conseil départemental de Vannes, François Goulard, lui adresse son soutien dans le montage des dossiers permettant la mise en place d'un nouveau dispositif d'aide à destination des communes de moins de 10 000 habitants.
  •  : Raymond Le Deun, le préfet du Morbihan, lui témoigne du soutien des services de l'Etat. Le préfet s'engage à proposer à la commission d'élus qui fixe les règles applicables à la programmation de la dotation d'équipement des territoires ruraux (DETR) d'inclure les équipements mobiles (présents dans la charte) dans les catégories d'opérations éligibles.
  •  : Muriel Jourda, adresse une lettre à tous les maires du Morbihan signataire de la charte d'accessibilité et salue les actions de Yann Jondot.
  •  : Le président de l'association des anciens conseilleurs généraux, anciens maires et adjoints au maire du Morbihan soutien ses actions et adhère à la charte.
  •  : Sophie Cluzel, le nomme "ambassadeur des ambassadeurs de l'accessibilité"
  •  : Guillaume Quenet, le préfet du Morbihan, lui confirme l'inscription des équipements de sa charte d'accessibilité sur la liste des opérations éligibles au titre de la DETR.

Notes et références

  1. Caroline Fontaine, « Yann Jondot, maire en fauteuil roulant », Paris Match, .
  2. « Langoëlan. Yann Jondot : « Il faut savoir arrêter au bon moment » », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  3. « Kilimandjaro, un fauteuil roulant sur le toit de l’Afrique pour porter un message au sommet de l’état », sur France 3 Bretagne (consulté le 27 août 2020)

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).