Encyclopédie Wikimonde

Claude Beguin-Billecocq

Aller à : navigation, rechercher
Claude Beguin-Billecocq
Description de cette image, également commentée ci-après
Claude Beguin-Billecocq,
2e duc de Durazzo, ministre plénipotentiaire
Naissance
Scutari, Drapeau de l'Albanie Albanie
Décès (à 86 ans)
Orléans (Loiret) Drapeau de la France France
Nationalité Drapeau de la France française
Profession
diplomate

Claude Louis Beguin-Billecocq, né le à Scutari, Albanie[1] mort le 31 janvier 2001 à Orléans, 2e duc de Durazzo, est un diplomate de carrière français, capitaine de cavalerie pendant la Seconde Guerre mondiale.

Biographie

Claude Beguin-Billecocq est le fils de Jean Béguin-Billecocq (1875-1936), 1er duc de Durazzo, ministre plénipotentiaire, ambassadeur de France en Albanie (1914-1927) et de Louise-Gabrielle Juette-Besnard de La Fontaine (1988-1953) et petit-fils du comte Théophile Beguin Billecocq (1825-1906), ministre plénipotentiaire et d'Amélie Billecocq[2].

Il est l'officier de liaison du général de division Montgomery, d'octobre 1939 au 11 mai 1940. Le 12 mai 1940, il est capturé par les Allemands aux Pays-Bas (Lage Mierde) et envoyé en captivité à l'Oflag IV-D en Silésie[3]. Il s'évade en avril 1945.

Il est successivement en poste comme attaché d'ambassade à Bruxelles (1945-1947), premier secrétaire à Oslo (1949-1950)[4]. Il revient à Paris où il est nommé sous-directeur des Unions (1950-1954), chef de Division du Ministère des Affaires Étrangères à Paris[réf. nécessaire], puis conseiller à Caracas (1954-1956), à Canberra (1956-1957), puis chargé d'affaires de France à Wellington (1957-1961), puis à Prétoria (1962-1965) où il remplace Bernard Destremau[5],[6]. D'après l'Annuaire diplomatique de 1970, il est consul général de France à Innsbruck de 1965 à 1968.

Décorations

Claude Beguin-Billecocq est chevalier de la Légion d'honneur, officier de l'ordre national du Mérite, croix de guerre avec citation, croix du combattant, médaille des évadés, médaille de l'Aéronautique, chevalier de l'ordre du Mérite agricole, officier de l'Étoile noire, commandeur de Saint-Olaf de Norvège, du Ouissam Alaouite du Maroc, et officier de l'ordre d'Orange-Nassau, des Pays-Bas.[réf. nécessaire]

Bibliographie

sur Claude Beguin-Billecocq
  • Claude-Jehanne de Tristan, princesse Beguin-Billecocq, Princes Beguin-Billecocq : ascendances capétiennes et carolingiennes, édité par X. Beguin Billecocq, 2003. (ISBN 9782950566379)[7].
comme auteur
  • Le règne du prince de Wied : 7 mars 1914 - 3 septembre 1914, 1936[8]
  • Recueil des conventions consulaires, Direction des conventions administratives et des affaires consulaires France, Ministère des affaires étrangères, 1976, 15 pages[9].

Notes et références

  1. Who's who in Europe, p.184
  2. Revue d'histoire diplomatique, vol. 98-99, 1984, p.  319. Théophile Beguin Billecocq a été fait comte romain héréditaire par le pape Léon XIII en 1903.
  3. Barbanson (Éric), La 1re D.L.M. au Combat, Encyclopédie de l'Armée française, Histoire et Collections, Paris 2011 : p.22.
  4. Edmond de Salses, Le Livre d'or des valeurs humaines, Éditions du Mémorial, Paris, 1970.
  5. Alain Pierret, De la case africaine à la villa romaine..., L'Harmattan, 2010, p. 89-90.
  6. « Claude Beguin-Billecocq, conseiller des affaires étrangères de 2e classe, 3e échelon, a été nommé conseiller d'ambassade de 2e classe à l'ambassade de France de Prétoria » (Journal officiel de la République française, vol. 94, 1962.)
  7. Google Books.
  8. Google Books.
  9. amazon.fr.

Erreur Lua dans Module:Autorité à la ligne 424 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).