Gem of the Ocean

Aller à la navigation Aller à la recherche
Gem of the Ocean

Gem of the Ocean est une pièce de théâtre du dramaturge américain August Wilson. Elle s'inscrit dans le Cycle de Pittsburg, son œuvre majeure de dix pièces de théâtre, qui ont pour sujet l'expérience sociale de la communauté afro-américaine à travers le XXe siècle (à raison d'une pièce par décennie). Bien qu'il s'agisse de la neuvième pièce écrite par August Wilson dans le cadre du cycle, Gem of the Ocean est chronologiquement la première, puisqu'elle se déroule dans les années 1900.

L'action se déroule en 1904, dans le Hill District, à Pittsburg, Pennsylvanie. Citoyen Barlow, un jeune homme en quête de rédemption, recherche désespérément celle que l'on nomme Tante Esther. Âgée de près de 300 ans, elle est la mémoire vivante de la communauté noire américaine. Citoyen souhaite que celle-ci l'aide à « laver son âme » de ses péchés. Aidée des autres protagonistes de la pièce, Tante Esther fera vivre à Citoyen un véritable voyage initiatique au cœur de la mémoire douloureuse de ses ancêtres, vers une ville imaginaire appelée la Cité des Os, située au milieu de l'océan.

Via cette période de l'histoire (années 00), August Wilson évoque la manière dont la population noire américaine est historiquement passée d'une forme particulière d'asservissement (l'esclavage, aboli environ 40 ans plus tôt) à une forme d'exploitation plus pernicieuse, via le développement industriel et avec lui l'exploitation des masses ouvrières. Le choix de l'année 1904 pour situer l'action faisant écho de façon encore plus forte à cette réalité (27 000 américains ont trouvé la mort sur leur lieu de travail dans les secteurs industriel, agricole et du transport cette année-là[réf. souhaitée]).

Avec Gem of the Ocean, August Wilson explore la réalité sociale du début du XXe siècle aux États-Unis, et met en scène, comme il la fait dans plusieurs de ses autres pièces, des protagonistes appartenant à des générations distinctes, ce qui est source de rapports complexes et parfois conflictuels : ici, l'une a connu l'esclavage et son abolition, et l'autre est née au sein d'une ère de "liberté" paradoxalement coercitive, faite d'exploitation capitaliste et de maintien d'inégalités structurelles. August Wilson met également en opposition deux types de rapports intracommunautaires, avec d'un côté l'entraide (via les figures de tante Esther, matriarche spirituelle, et celles d'Eli & Solly, anciens passeurs), et de l'autre l'égoïsme, la haine et même le racisme intériorisé via des personnages comme César Wilks, l'antagoniste de la pièce ayant rejoint les forces de polices et n'attribuant que peu de valeur à la vie de ses semblables afro-américains[1].

Personnages

Par ordre d'apparition :

Eli : gardien de la demeure de tante Esther.

Citoyen Barlow : jeune Afro-Américain d'environ 30 ans, venant de l'Alabama, en quête de rédemption.

Esther Tyler, dite "tante Esther" : guide spirituelle mystique de la communauté noire américaine, âgée de près de trois siècles.

"Black" Mary Wilks : jeune Afro-Américaine de trente ans vivant sous la protection et l'autorité de Tante Esther

Rutherford Selig : homme blanc, colporteur et ami de tante Esther.

Solly "Two-Kings" : Afro-Américain de 67 ans, ancien "passeur" d'esclaves en fuite. Prétendant de tante Esther.

César Wilks : Afro-Américain de 52 ans, agent de quartier et antagoniste de la pièce. Frère de Black Mary.

Lieu

L'adresse où se déroule la pièce, le 1839 Wylie Avenue, Hill District, à Pittsburg, en Pennsylvanie. Ce lieu est devenu en 2016 un lieu d'accueil pour l'initiative américaine Green Playces, qui utilise des espaces vacants pour en faire des lieux de développement communautaire[2].

Version française

La pièce Gem of the Ocean est à ce jour la seule du Cycle de Pittsburg à avoir été traduite pour une édition française. Elle a été publiée aux éditions Les solitaires intempestifs en 2020. À ce sujet, Valérie Bada et Christine Pagnoulle, les deux traductrices de l'œuvre, ont eu l'occasion de témoigner du défi linguistique que représentent de telles pièces, en particulier concernant l'anglais vernaculaire afro-américain employé par August Wilson[3]

Notes et références

  1. (en-US) « GEM OF THE OCEAN – All About the Stage » (consulté le ).
  2. (en-US) « Green Playces: Hill District », sur Grounded Strategies (consulté le ).
  3. Valérie Bada et Christine Pagnoulle, « Traduire Gem of the Ocean d’August Wilson : démarche politique et limites de la traduction ? » Accès libre [PDF], sur le-mot-juste-en-anglais.typepad.com.

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus

  • Portail du théâtre