Encyclopédie Wikimonde

Laboratoire eau, environnement et systèmes urbains

Aller à : navigation, rechercher

Laboratoire Eau, Environnement et Systèmes Urbains
Logo de l'organisation
Situation
Région Île-de-France
Création 1997
Changement de nom 1997 : CERGRENE-LABAM
1999 : CEREVE
2009 : nom actuel
Sites Champs-sur-Marne et Créteil
Coordonnées Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 768 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Organisation
Directeur Régis Moilleron
Rattachement École des Ponts ParisTech et Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne

Site web https://www.leesu.fr

Le Laboratoire Eau, Environnement et Systèmes Urbains (Leesu) est un laboratoire de recherche français en sciences de l'environnement, spécialisé dans l'étude de l'eau et de sa gestion, principalement en milieu urbain. C'est un laboratoire commun de l’École des Ponts ParisTech et de l’Université Paris-Est Créteil.

Historique

Le Leesu est issu du rapprochement en 1997 de deux laboratoires : le CERGRENE (Centre d'Enseignement et de Recherche pour la Gestion des Ressources Naturelles et de l'Environnement), laboratoire commun de l'École des Ponts ParisTech et de l'École Nationale du Génie Rural, des Eaux et des Forêts, et le LABAM (Laboratoire de Bioélectrochimie et d’Analyse du Milieu) de l'Université Paris‐Est Créteil, qui fusionnent en 1998 pour former le CEREVE (Centre d'Enseignement et de Recherche Eau, Ville, Environnement). En 2009, le CEREVE fusionne avec le LGUEH (Laboratoire Génie Urbain, Environnement, Habitat - Université Paris‐Est Marne‐le‐Vallée) pour former le Leesu au sein de la Comue Université Paris-Est[1]. Les membres du LGUEH rejoignent ensuite le Lab'URBA (laboratoire de recherche de l'Institut d'urbanisme de Paris) en 2013. Entre 2013 et 2020, le Leesu est une Unité Mixte de Recherche (UMR MA102) du Ministère de l’agriculture, ayant pour tutelles l'Université Paris‐Est Créteil, l'École des Ponts ParisTech et AgroParisTech[2].

Le Leesu est implanté sur deux sites : l’École des Ponts ParisTech (Cité Descartes à Champs sur Marne), et l’Université Paris‐Est Créteil (campus centre, Maison des sciences de l’environnement et Faculté des Sciences et Technologie)[3].

Environ 60 thèses y ont été soutenues depuis 2009[4].

Thématiques de recherche et disciplines

Ses thématiques de recherche concernent la collecte des eaux pluviales et usées, leur qualité, les techniques de traitement et leurs impacts sur les milieux récepteurs (rivières, sols). Ces sujets sont abordés à la fois d'un point de vue technique (caractérisation, techniques pour le contrôle ou la gestion), et social et politique (évaluation des processus de décision, des politiques publiques) de manière interdisciplinaire. Il regroupe donc des chercheurs de disciplines diverses telles que l'hydrologie, la physique, la chimie, la microbiologie, les sciences de l'ingénieur et les sciences politiques[5].

Le Leesu est en particulier reconnu pour son expertise sur les micropolluants dans les eaux urbaines[6], le fonctionnement et la qualité des lacs et plans d'eau et la valorisation des eaux usées (ex. réutilisation des eaux grises ou valorisation des nutriments issus des urines)[7],[8],[9],[10]. Il a notamment été un des premiers laboratoires à étudier la présence des microplastiques dans les rivières et dans l'atmosphère en milieu urbain, et à estimer les flux de déchets plastiques transitant dans la Seine et son estuaire[11],[6],[12],[13].

Partenariats et programmes de recherche

Le Leesu travaille depuis ses débuts en étroite collaboration avec les acteurs opérationnels de l'eau et de l'assainissement en Île-de-France (agence de l'eau Seine-Normandie, SIAAP, Ville de Paris, départements des Hauts-de-Seine, du Val-de-Marne, de la Seine-Saint-Denis et de la Seine-et-Marne). Il coordonne notamment le programme de recherche OPUR depuis 1994 [1], un observatoire d'hydrologie urbaine en Île-de-France qui vise à améliorer les connaissances sur les flux d’eau et de contaminants en milieu urbain, et dans lequel sont impliqués des chercheurs de nombreux organismes de recherche (CEREMA, Université Gustave-Eiffel, CSTB, Météo-France, INRAE...).

Il est impliqué depuis de nombreuses années dans le programme PIREN-Seine[14].

Notes et références

  1. « Laboratoire Eau Environnement et Systèmes Urbains (Leesu) - Evolution du Leesu en 2014-2018 », sur www.leesu.fr (consulté le )
  2. « Répertoire national des structures de recherche », sur appliweb.dgri.education.fr (consulté le )
  3. https://www.hceres.fr/sites/default/files/media/publications/rapports_evaluations/pdf/E2020-EV-0941111X-DER-PUR200017336-026937-RF.pdf
  4. « theses.fr – Laboratoire Eau, Environnement et Systèmes Urbains », sur www.theses.fr (consulté le )
  5. « Laboratoire Eau - Environnement - Systèmes Urbains | ecoledesponts.fr », sur www.ecoledesponts.fr (consulté le )
  6. 6,0 et 6,1 Paris Match, « Pesticides, déchets toxiques, médicaments... : notre eau est menacée », sur parismatch.com (consulté le )
  7. « Vidéo. Comment l’urine humaine pourrait aider les agriculteurs du futur », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. Par Julie Olagnol Le 16 octobre 2019 à 08h21 et Modifié Le 16 Octobre 2019 À 11h20, « De l’urine pour fertiliser les cultures : une expérimentation menée en Ile-de-France », sur leparisien.fr, (consulté le )
  9. « Quand l’urine devient une ressource par la séparation à la source », sur Agence de l'Eau Seine-Normandie (consulté le )
  10. (en) Fabien Esculier et Gilles Billen, « Nourrir Paris en temps de crise… et après ? », sur The Conversation (consulté le )
  11. « Transportés par l’air, les microplastiques polluent jusque dans les montagnes », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. « La Seine, piège à déchets et « usine à microplastiques » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. « [Vidéo] Ça m'énerve : nos caniveaux ne sont pas des poubelles ! », sur www.environnement-magazine.fr (consulté le )
  14. (en) « Les équipes », sur PIREN-Seine (consulté le )

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).