Marcel Dulude

Aller à la navigation Aller à la recherche

Marcel Dulude
Fonctions
Maire de Saint-Bruno-de-Montarville
Élection 1979
Réélection 1983, 1987, 1991, 1995 et 1999
Prédécesseur Serge Dazé
Successeur Jean Gérin
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Saint-Bruno-de-Montarville
Date de décès (à 77 ans)
Lieu de décès Saint-Bruno-de-Montarville
Nationalité Canadienne
Parti politique Alliance municipale de Saint-Bruno-de-Montarville
Père Ernest Dulude
Mère Eugénie Colette
Profession Entrepreneur
Résidence Saint-Bruno-de-Montarville
Centre culturel Marcel-Dulude de Saint-Bruno-de-Montarville. Le centre fut nommé en l'honneur de Marcel Dulude qui fut maire de la ville durant 22 ans.

Marcel Dulude (28 mars 1926 à Saint-Bruno-de-Montarville - 30 juillet 2003 à Saint-Bruno-de-Montarville au Québec) était un homme politique et entrepreneur québécois.

Il a été maire de la ville de Saint-Bruno-de-Montarville de 1979 à 2001[1].

Biographie

Il était le fils d'Eugénie Colette et d'Ernest Dulude.

Mairie de Saint-Bruno-de-Montarville

Marcel Dulude est le 33e maire de la Ville de Saint-Bruno-de-Montarville de 1979 à 2001 et chef du parti l'Alliance municipale. Son père, Ernest Dulude, a aussi été maire de la municipalité de 1939 à 1949. La famille Dulude habite le territoire de Saint-Bruno-de-Montarville depuis sept générations.

Réélu pendant 22 années consécutives à la mairie, Marcel Dulude s'est acquis la confiance et le respect des Montarvillois. Le centre culturel de la municipalité porte son nom.

« (…) Sous ses mandats, la municipalité a gagné plus de 10 prix en horticulture lors du concours national Villes, Villages et Campagnes Fleuris (maintenant appelé Fleurir le Québec) du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation ainsi que le prix d'honneur de l'Association Internationale des Producteurs de l'Horticulture en 1993, décerné par la Europe's Floral Competition à Dublin. Saint-Bruno a aussi remporté le Phénix de l'environnement (décerné) par le Ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs du Québec en 2001 et s'est aussi vu remettre le Prix Dollard-Morin par le ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport pour son soutien au bénévolat en 1998 et en 2004[2]. »

Les fusions forcées

Au début des années 2000, il échoue dans sa tentative de négocier avec le gouvernement péquiste de Bernard Landry le retrait de la Ville de Saint-Bruno-de-Montarville du plan de fusions forcées[3] des municipalités de la Rive-Sud de Montréal.

Toutefois, la députée de La Pinière, Fatima Houda-Pépin, ne cache pas son admiration pour le maire Marcel Dulude. Lors du débat sur la "Motion de censure proposant que l'Assemblée blâme le gouvernement qui procède sans mandat dans le dossier des fusions municipales forcées", elle déclare en 2000 :

« Un autre maire de la Rive-Sud qui a les pieds bien plantés sur terre, M. le Président, et qui est près des besoins de sa population, Marcel Dulude, maire de Saint-Bruno. On lit dans le texte qu'il est extrêmement déçu de la tournure des événements: «Si le projet se réalise, ce sont les citoyens de Saint-Bruno, ceux qui sont actuellement les moins taxés de la Rive-Sud, qui seront pénalisés.» Le maire de Saint-Bruno, il parle pour les citoyens de sa ville, de Saint-Bruno, et je fais miens les propos qu'il tient parce que, dans le comté de La Pinière, qui recouvre le territoire de la ville de Brossard, c'est la même problématique. On a des villes sur la rive sud qui sont les mieux gérées au Québec et on veut les pénaliser. Et que dit M. Dulude, encore une fois? «Nous allons continuer à faire valoir notre opposition à ce projet de fusion», dit M. Dulude. Voilà, la réaction du terrain[4]. »

Engagement socio-politique

Très engagé en politique municipale québécoise, Marcel Dulude est élu membre du conseil d'administration de l'Union des municipalités du Québec en 1981 puis vice-président de l'organisme de 1992 à 1997. En 2002, il est nommé Membre honoraire à vie de l'UMQ[5].

Membre de la Société de développement économique de la Rive-Sud de Montréal, il est aussi conseiller à la municipalité régionale de comté (MRC) de la La Vallée-du-Richelieu et membre du conseil d'administration de Technobase Rive-Sud, un organisme de développement économique[6].

Entrepreneuriat

Durant les années 1950, Marcel Dulude participe au développement domiciliaire du Domaine des Haut-Bois à Sainte-Julie, une ville adjacente à Saint-Bruno-de-Montarville. Avec son frère, Pierre Dulude, il fonde la station de sports d'hiver Ski Mont Saint-Bruno.

Références

Voir aussi

Lien externe

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 193 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).