Claire Mazeron

Aller à la navigation Aller à la recherche

Claire Mazeron est une syndicaliste enseignante française, vice-présidente du SNALC[1].

Etudes

Claire Mazeron est née en 1976 de parents instituteurs[2]. Elle fréquente les établissements scolaires de son secteur "parfois classés en zone d'éducation prioritaire"[3]: le collège Anatole France à Gerzat de 1987 à 1991[réf. nécessaire], puis le lycée Ambroise Brugière à Clermont Ferrand de 1991 à 1994[réf. nécessaire], enfin en 1994, le lycée Michel de Montaigne à Bordeaux[réf. nécessaire]. Elle poursuit ses études à l'Université Bordeaux 3 où elle présente en 1998 un mémoire de maîtrise de géographie intitulé Espaces et pratiques de loisirs des étudiants de Bordeaux 3 - Le campus, espace de vie étudiant ?[4]. Étudiante à l'IUFM de Bordeaux, certifiée d'histoire géographie, puis biadmissible[5], elle est reçue 17ème sur 36[6] en 2001, à l'agrégation externe de géographie[7].

Activités professionnelles

Elle enseigne dans un collège ZEP-PEP IV de Montereau (Seine-et-Marne, 77) de 2001 à 2003[réf. nécessaire], puis au collège Alain Borne[8] à Montélimar (Drôme, 26).

Claire Mazeron est membre du jury du CAPES externe d'histoire-géographie[9].

Activités syndicales

De 2006 à 2009, elle est secrétaire nationale du SNALC à la pédagogie[10]. A ce titre, elle suit les grandes réformes de l'Education nationale et participe à l'élaboration du projet pédagogique du SNALC voté lors de son congrès de Dijon, du 22 au 27 octobre 2007[11]. Elle est élue jusqu'en 2009 à la commission administrative paritaire académique des agrégés de l'académie de Grenoble. En 2009, elle devient vice-présidente nationale du SNALC[1].

Elle siège au Conseil supérieur de l'éducation en qualité de suppléante depuis le 13 septembre 2006[12], puis à partir du 24 septembre 2009, en qualité de titulaire[13].

Publications

Claire Mazeron a écrit de nombreux articles dans La Quinzaine universitaire, la revue du SNALC[14]

En janvier 2010, elle publie chez J.-C. Gawsewitch, dans la collection Coup de gueule, un ouvrage intitulé Autopsie du mammouth - l'Éducation nationale respire-t-elle encore ?[15], préfacé par Natacha Polony[16] (283 p., ISBN 978-2-35013-204-4) et présenté comme une dénonciation des dysfonctionnements dont l'auteur aurait été le témoin dans l'Education nationale : "chefs de bureau idéologues, conseillers cultes ou occultes, syndicalistes complices, parents professionnels, et enseignants découragés, tout est disséqué dans le détail"[17].

Jean-Paul Brighelli en a fait une critique très élogieuse le qualifiant de « maître livre », de « livre indispensable », de « livre exceptionnel » qui « laisse[rait] bien peu à dire — sinon "chapeau bas!"»[18].

Notes et références

Lien interne

Lien externe

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 193 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).