Fatima Bellaredj

Aller à la navigation Aller à la recherche

Fatima Bellaredj
Fonctions
Déléguée générale de la Confédération générale des SCOP
En fonction depuis 3 ans, 8 mois et 24 jours
Biographie
Date de naissance (51 ans)
Lieu de naissance Somain, Nord
Nationalité Française
Diplômée de Université Lille I

Fatima Bellaredj, née le 26 novembre 1970 à Somain (Nord), est une entrepreneure du secteur de l'économie sociale et solidaire et femme politique française.

Depuis 2018, elle est la déléguée générale de la Confédération générale des SCOP.

Famille et études

Après le baccalauréat, elle décide de faire une prépa HEC puis de s'orienter vers un Master de Sciences Économiques à l'Université de Lille I[1].

Engagements

Adolescente, Fatima Bellaredj assiste aux discussions d’un mariage arrangé, qu'elle fera échouer. Par la suite, elle s'engagera plusieurs années au Planning familial de l’Hérault pour aider les jeunes filles victimes de mariages forcés, avant d’en devenir la présidente en 2002[2],[3],[4].

Parcours professionnel

Fatima Bellaredj commence sa vie professionnelle à la Banque de France.

Après un master d’économie, Fatima Bellaredj intègre la société Amedis SCOP, un bureau d'études spécialisé dans l'accompagnement et l'évaluation des politiques publiques. Elle y découvre les sociétés coopératives et participatives (SCOP)[5].

Elle rejoint en 2007 l'Union régionale des SCOP Languedoc Roussillon, en tant que directrice du département innovation sociale. Elle en deviendra Directrice Générale en 2014[réf. souhaitée].

En 2018, Fatima Bellaredj est nommée délégué générale de la Confédération générale des SCOP[6]. Elle travaille à la représentation de 3100 sociétés coopératives et des 51000 emplois partout en France[7].

Parcours politique

Fatima Bellaredj intègre la liste du candidat Jean-Pierre Moure lors des élections municipales de 2014 à Montpellier[8].

Elle a été candidate socialiste lors des élections législatives de 2017 pour la 2e circonscription de l'Hérault[9].

Fatima Bellaredj faisait également partie de la liste de Carole Delga "L'Occitanie en Commun" lors des élections régionales de 2021[10],[11].

Suite aux accords ayant conduit à la création de la Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale (NUPES), elle n'est pas investie par le Parti socialiste comme candidate aux élections législatives 2022. Suite à cela, elle entre en dissidence et se présente sans soutien d'un parti lors des élections législatives de 2022 pour la 2e circonscription de l'Hérault[12].

Vie privée

Fatima Bellaredj est mariée à Djamal Echikr, enseignant à l'Université de Montpellier. Elle est mère de deux enfants nés au cours des années 2000[7].

Références

  1. « LesBiographies.com », sur www.lesbiographies.com (consulté le )
  2. « Lutte contre les mariages forcés. Interview Fatima Bellaredj, Présidente du planning familial de l'H » (consulté le )
  3. Catherine Coroller et Sébastien Négre, « L'été, la saison des mariages forcés », sur Libération (consulté le )
  4. « Colloque international mariages forcés », Acte,‎ (lire en ligne)
  5. « Membre | CGSCOP », sur www.les-scop.coop (consulté le )
  6. « Fatima Bellaredj quitte l’URSCOP-LR pour piloter la Confédération générale des Scop », sur La Tribune, 2018-09-03cest13:16:00+0200 (consulté le )
  7. 7,0 et 7,1 Laetitia Lienhard, « Fatima Bellaredj, toujours coopérative », sur Les Echos Executives, (consulté le )
  8. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur https://mobile.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014 (consulté le )
  9. Le Figaro, « Hérault, circonscription 2 : résultats des élections Législatives 2017 », sur Le Figaro, (consulté le )
  10. « Hérault. Régionales : Carole Delga, ou le pari de la société civile », sur actu.fr (consulté le )
  11. « Régionales 2021 : Carole Delga présente sa liste des trente-deux candidats héraultais », sur midilibre.fr (consulté le )
  12. « Législatives / Montpellier : vers une impossible alliance des gauches malgré un potentiel accord national », sur actu.fr (consulté le )

Article publié sur Wikimonde Plus