Lyes Laribi

Aller à la navigation Aller à la recherche

Lyes Laribi est un ingénieur et professeur de mathématique algérien.

Il est auteur de trois livres : Dans les geôles de Nezzar (paris méditerranée 2002), L’Algérie des généraux[1],[2] (Max Milo 2007) et du MALG au DRS, Histoire des services secrets algériens , Hoggar 2011)[3].

Membre fondateur du premier syndicat libre estudiantin en Algérie dans les années 1980, membre du collectif ayant recueilli les témoignages sur la torture et les dépassements en octobre 1988, il s'est opposé au coup d'État des généraux « janviéristes » en 1992. Il sera arrêté, torturé et incarcéré sans jugement pendant plus de 1.400 jours. A la prison militaire de Blida, il s’opposera à la création du GIA et à ses chefs historiques qui étaient incarcérés avec lui.

Il est exilé en France depuis 2000. En avril 2001, il porte plainte pour torture contre l’ancien ministre de la défense algérien Khaled Nezzar. Une plainte qui a obligé les autorités française à exfiltrer l’ancien ministre à deux heures du matin de l’aéroport du Bourget. En 2002, il publie son premier livre et dépose de nouveau une plainte contre Nezzar. En 2007, il publie son deuxième livre avec 48 photos sur sa UNE. Les Algériens découvriront pour la première fois à travers cette UNE les visages de ceux qui les gouvernent.

En 2011, en plein révolution arabe, il publie l’histoire des services secrets algériens, une première depuis l’indépendance de l’Algérie. En 2013, il témoigne à charge contre Nezzar auprès de la procureure fédérale de Suisse.

Persécuté en Algérie et depuis peu en France[pas clair], l’homme ne change pas de cap et reste fidèle à son engagement et à ses idées. Lyes Laribi est ingénieur en Hydraulique et actuellement professeur de mathématiques et de sciences physique dans un lycée de la région parisienne.

Notes et références

Article publié sur Wikimonde Plus

  • Portail de la littérature