Encyclopédie Wikimonde

Michaël Delafosse

Aller à : navigation, rechercher

Michaël Delafosse est un homme politique français. Syndicaliste lycéen et étudiant et ancien président de la LMDE. Depuis 2014, il est conseiller municipal d'opposition de Montpellier, président du groupe "La Gauche pour Montpellier". En 2015, il est élu conseiller départemental du deuxième canton de Montpellier. En 2017, il se voit confier la responsabilité des finances du Département de l'Hérault.

Biographie

Michaël Delafosse est né le 13 avril 1977 à Paris. Il arrive à Montpellier en 1991, lorsque ses parents s'y installent. Après un bac ES passé au lycée Mas de Tesse (actuel Jules Guesde), il entre à l'Université Paul Valéry – Montpellier III pour un cursus d'Histoire et Géographie. Il obtient un DEA en Géographie urbaine sous la direction de Jean-Paul Volle. En 2006, il commence une thèse en Géographie urbaine consacrée aux enjeux et acteurs de la propriété foncière. La même année, il est nommé ATER et prépare le CAPES qu'il obtient l'année suivante.

En 2007, il se marie et l'année suivante sera père d'un petit garçon.

En 2008, il est nommé enseignant d'histoire et géographie au Collège Les Garrigues de Montpellier (classé en ZEP). Il enseigne, actuellement, au lycée hôtelier Georges Frêche.

En 2008, il est élu adjoint au maire de Montpellier sur la liste conduite par Hélène Mandroux.

Engagements syndicalistes et mutualistes

Michaël Delafosse milite au sein du Collectif des lycéens de l'enseignement public qu'il crée en 1994 lors des mouvements de protestation contre la révision de la loi Falloux et le CIP. Il devient président de l'UNL en 1995.

Etudiant, il militera à l'UNEF-ID et à la MNEF. Il participe à la fusion de l'UNEF dite SE et de l'UNEF-ID. Suite aux affaires de la MNEF, il contribue à la création de la LMDE en 2000 dont il devient président en 2003.

Engagement lycéen

Michaël Delafosse s'engage dans le mouvement lycéen lors de la révision de la Loi Falloux en 1994. Il crée le Collectif des lycéens de l'enseignement public (CLEP) en mobilisant son lycée puis l'ensemble des lycéens de Montpellier. A l'automne 1994, Michaël Delafosse et le CLEP rejoignent le mouvement contre le Contrat d'Insertion Professionnelle - CIP. La même année, il participe à la création de l'Union nationale des lycéens - UNL aux côtés de Samuel Gion.

Michaël Delafosse devient en 1995 le premier président élu de l'UNL. De Montpellier, il coordonne et dirige l'UNL. Il devient également représentant au CSE en 1995. Il sera nommé par le premier ministre Édouard Balladur à la commission Fauroux chargée de présenter des propositions de réforme pour le système éducatif. Lors de son mandat, l'UNL obtient la mise en place du Conseil National de la Vie Lycéenne (CNVL) comme instance d'échange entre les CAVL à l'échelle nationale. A la fin de l'année 1995, l'UNL participe au mouvement social contre le plan Juppé.

Engagement étudiant

Dès son arrivée à l'université Paul-Valéry Montpellier III, Michaël Delafosse s'engage au sein de l'UNEF-ID. Il devient, en 1996, le président de l'Assemblée Générale des Etudiants de Montpellier. Delafosse obtient du Bureau National que le 75e de congrès de l'UNEF Indépendante et Démocratique se déroule le 8 mai 1997 à Montpellier. Suite à ce congrès et aux résultats des élections étudiantes de Montpellier, il est appelé au Bureau National de l'UNEF-ID en 1998.

A partir de 2000, il participe au processus de fusion de l'UNEF-ID et de l'UNEF-SE. Ainsi, le 24 juin 2001, une assemblée générale de « réunification du syndicalisme étudiant » se tient, et aboutit à la fusion de l'UNEF-ID et d'une partie de l'UNEF-SE, sous le nom UNEF. Michaël Delafosse quitte alors la vice-présidence de l'UNEF pour rejoindre le Bureau national de la LMDE en qualité d'administrateur.

Engagement mutualiste

Il est élu président de la section locale MNEF-Montpellier en 1998 sur la liste soutenue par l'UNEF-ID.

En 1999, la MNEF est en crise. L'Affaire de la MNEF incrimine de nombreux hommes politiques mais aussi des filiales de la mutuelle étudiante. Les élus étudiants (toutes organisations confondues) tentent de reprendre aux salariés la direction de la mutuelle. Ils découvrent alors une situation catastrophique des comptes. Après une tentative de réforme profonde de la structure, les organisations étudiantes décident la création d'une nouvelle mutuelle étudiante.

Michaël Delafosse devient alors l'un des membres fondateurs de la nouvelle mutuelle étudiante, la LMDE. Arrivé en 2001 au Bureau national de la LMDE, il en devient le vice président en 2002. En mars 2003, Michaël Delafosse est élu Président de la LMDE et sera reconduit à son poste en 2005.

Entre 2005 et 2008, il est élu administrateur de la FNMF, de la Matmut et de Mutualiste du Monde. Il quitte ses fonctions de président de la LMDE en 2008 au profit de Damien Berthilier.

Engagements politiques et mandats

Michaël Delafosse adhère au parti socialiste à 16 ans. Au début de son engagement, il se sent proche de Michel Rocard qu'il admire. Au sein du MJS, il se rapproche de Benoît Hamon. Michaël Delafosse s'engage dans le courant Un Monde d'Avance. Il en devient animateur et représentant dans l'Hérault. Au niveau local, il est proche de Georges Frêche. Grâce au soutien de ce dernier, il a pu organiser le congrès national de l'UNEF-ID à Montpellier en 1998. Il reconnaît en Georges Frêche le visionnaire et le bâtisseur de Montpellier. Il est perçu comme un des héritiers politiques de Georges Frêche par certains de ses anciens collaborateurs, notamment François Delacroix.

Lors du congrès de Reims, Michaël Delafosse est mandataire de la motion C dans l'Hérault. En septembre 2010, lorsque la fédération du Parti Socialiste de l'Hérault est mise sous tutelle, Michaël Delafosse est choisi avec six autres adhérents du Parti pour assurer la gestion courante et la restructuration de la fédération. En novembre 2012, lors du congrès fédéral de renouvellement des instances du parti socialiste de l'Hérault, il soutient Hussein Bourgi. Ce dernier, élu, nommera Michael Delafosse secrétaire fédéral délégué aux élections.

En 2008, Michaël Delafosse est présent sur la liste d'union de la gauche (PS, PRG, PCF, MoDem et divers gauche) conduite par Hélène Mandroux. Au second tour, dans le cadre d'une triangulaire avec l'UMP et la liste Les Verts – LCR, la liste conduite par Hélène Mandroux obtient 51,88% des voix au second tour. Il devient alors le 17ème adjoint au maire délégué à l'action culturelle, à la Culture, la culture scientifique et à Montpellier Territoire Numérique. En 2011, il est nommé adjoint à l'urbanisme, à l'aménagement durable et à Montpellier Territoire Numérique.

Principales actions en sa qualité d'adjoint (2008-2014)

Adjoint à la culture (2008-2011)

En 2008, lorsqu'Hélène Mandroux le nomme adjoint à la culture, il est le plus jeune élu à ce poste dans une ville de plus de 100 000 habitants. Certains commentateurs soulignent son inexpérience de la question culturelle. Pendant les trois années de sa délégation, un certain nombre de réalisations voient le jour et parmi les plus importantes, l'Agora des Savoirs, le Rockstore et les ZAT.

Agora des savoirs

A la fin du mois d'octobre 2009, Michaël Delafosse lance le premier cycle de l'Agora des Savoirs. L'Agora des savoirs est une manifestation culturelle, gratuite et ouverte à tous, assurant la promotion et la diffusion des connaissances auprès du plus grand nombre. Pour présenter le projet, Michaël Delafosse indique que « chaque mercredi soir, les Montpelliérains ont rendez-vous avec un grand nom de la culture scientifique ».

Le succès est quasi immédiat. Des scientifiques, des journalistes, des essayistes, des philosophes, des mathématiciens, des historiens de renommée nationale ou internationale, participent à cette réussite. Le nombre de participants ne cesse de croître et une seconde salle est ouverte pour accueillir le public. Les interventions sont retransmises en direct sur Divergence FM.

Depuis novembre 2009, quatre saisons ont eu lieu ; une cinquième est en préparation.

Rockstore

En 2008, le bâtiment mythique du rock à Montpellier, le Rockstore est à vendre. Depuis plusieurs années, l'établissement doit faire face aux voisins pour nuisances et tapages nocturnes. Il intéresse également le centre commercialo-ludique Odysseum qui souhaite implanter cette salle au-dessus de la piste de Karting. Michaël Delafosse milite que la mairie achète les murs du Rockstore.

Les arguments qu'il défend sont nombreux. Il rappelle le poids démographique et électoral de la jeunesse à Montpellier et l'attachement sentimental pour le lieu des amoureux du rock. Il évoque également la défense des artistes locaux ou régionaux, en vantant un lieu de production où la scène locale profite d'un tremplin ainsi que la question de la sécurité (un déménagement à 10 km mettrait les jeunes sur la route pour aller au concert). A l'unanimité, le conseil municipal vote le rachat des murs du Rockstore en 2009 pour 1,5 millions d'euros. La pugnacité et la détermination de Michaël Delafosse sur ce dossier seront soulignées.

Les Zones Artistiques Temporaires – ZAT

A la rentrée 2010, Michaël Delafosse annonce l'organisation d'un nouvel évènement culturel à Montpellier, les Zones Artistiques Temporaires. Les ZAT viennent se substituer à deux manifestations antérieures à Montpellier : Quartier libre et Scènes publiques. Le projet des ZAT est confié à Pascal Le Brun-Cordier. Il s'agit d'un festival d'arts de la rue itinérant. Deux fois par an, trois jours de spectacles gratuits sont proposés dans un quartier différent. Au terme des dix ans du projet, la totalité des quartiers de la ville sera visitée, une manière de « mettre en récit la ville ». Le budget d'une ZAT est de 500 000 euros ; ce qui vaut à l'adjoint à la culture de nombreuses critiques. Michaël Delafosse assurera l'organisation les deux premières ZAT avec ses équipes. La première ZAT se déroule dans le quartier Antigone du 11 au 14 novembre 2010. Des artistes nationaux et internationaux participent à l'évènement. Plusieurs milliers de personnes se déplacent pour assister à des spectacles burlesques ou poétiques.

Fort du succès de la première édition, Michaël Delafosse lance la deuxième ZAT dans le parc Méric, dans le quartier d'Aiguelongue du 23 au 26 avril 2011. Malgré le mauvais temps, le public afflue en nombre dans une ZAT décentralisée.

Lorsque Michaël Delafosse quitte sa délégation à la Culture, l'avenir des ZAT est un temps incertain car Philippe Saurel, nouvel adjoint à la Culture, trouve l'évènement coûteux et considère le festival élitiste. Cependant, il conservera l'évènement car le succès de la troisième ZAT dans le quartier Port Marianne montre que les Zones Artistiques Temporaires sont devenues des évènements incontournables de la vie culturelle montpelliéraine.

Parmi les autres réalisations dans sa délégation, on trouve l'ouverture d'un cinéma municipal Nestor Burma dans le quartier de Celleneuve, la nomination de Gilles Mora comme directeur artistique du Pavillon Populaire de Montpellier renforçant la vocation photographique du lieu, l'ouverture des données publique numérique (projet Montpellier Territoire Numérique).

Adjoint à l'urbanisme (2011 - 2014)

En juillet 2011, Hélène Mandroux renouvelle son cabinet et en profite pour redistribuer les délégations au sein du conseil municipal. A ce moment là, Michaël Delafosse qui devient adjoint au maire délégué à l'Urbanisme. Parmi les projets qu'il porte, on peut citer : l'achat du Parc Montcalm et de l'EAI et leur aménagement, la prospective « Montpellier 2040 » et le projet de « Folies du XXIème siècle ».

Achat et aménagement du Parc Montcalm et de l'EAI

L'une des premières actions de Michaël Delafosse dans sa délégation est l'acquisition par la ville de Montpellier du terrain et des bâtiments de l'École d'Application de l'Infanterie, l'EAI. En effet, le départ de l'école militaire, décidée en 2008, laisse à partir de 2010 un espace de 38 hectares (dont 15 de parc arboré, plus des plateaux sportifs et les bâtiments militaires) à 15 minutes du centre ville totalement vide. Michaël Delafosse souhaite que la municipalité achète le terrain et les bâtiments qui appartiennent à l'Etat. Au mois de février 2012, Michaël Delafosse et obtient l'EAI pour 19 millions d'euros (500€ le m²). L'accord définitif est signé en avril 2012 par le maire de Montpellier.

Michaël Delafosse souhaite conserver ce grand poumon vert tout en réalisant des logements (étudiants, sociaux et privatifs) le moins énergivore possibles. Dès la rentrée universitaire 2012-2013, des étudiants sont installés dans des locaux mis à neuf et cédés au CROUS. La réflexion sur le devenir du site de l'EAI se fera sous une forme participative.

La prospective « Montpellier 2040 »

Au début de l'année 2013, Michaël Delafosse lance un programme de consultation sur le projet urbain « Montpellier 2040 » invitant la population à participer à cet effort de prospective. Dans le cadre du projet Montpellier 2040, des ateliers et des balades urbaines sont organisés pour présenter la démarche.

Les architectes urbanistes Bernardo Secchi et Paola Viganò dirigent le projet et sa réalisation.

Les folies urbaines du XXIème siècle

Au mois d'avril 2013, Michaël Delafosse lance le projet Folies architecturales du XXIème siècle. L'objectif est de créer des bâtiments atypiques renouant avec les traditions et le patrimoine des folies architecturales montpelliéraines. Ces folies doivent devenir de véritables signatures architecturales dynamisant les quartiers où elles sont implantées.

Ces folies sont un partenariat entre la municipalité et les promoteurs privés, un grand nom de l'architecture et un cabinet d'architecte local. Il y en aura douze au total. La première doit être construite à l'horizon 2016, à Port-Marianne-Millénaire. Elle est signée par la Britannique Farshid Moussavi associé à un architecte local.

Bibliographie

Qu'est ce que la LMDE ?, Édition de l'Archipel, Collection L'information citoyenne, 2006, ISBN 2841876209

La santé des étudiants, Enquête nationale et synthèses régionales, Les éditions de la Vie universitaire, 300 p, 2006, ISBN 2846430063

Sursaut, Une métropole à la recherche de nouvelles ambitions (ouvrage collectif-MOntpellier 2020), Éditions Talia, 40 p, 2013, ISBN 9782917859346

Article publié sur Wikimonde Plus.