Encyclopédie Wikimonde

Raymond Duvillé

Aller à : navigation, rechercher

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Raymond Duvillé, né à Paris en 1916, et mort en 2007, est un peintre français.

Biographie

Raymond Duvillé est né en 1916 à Paris[1]. Bien que doué pour le dessin, décide à l'âge de 10 ans d'être médecin. Ses parents ne voulant pas en faire « un gueux comme un peintre »[réf. nécessaire], l'encourage dans cette voie. Raymond Duvillé devient donc médecin en 1946, il s'installe comme généraliste et exercera toute sa vie dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés à Paris. Cependant, tous ses loisirs sont consacrés à la peinture.

Il n’abandonne pas sa peinture et son univers surréalistes aux cœurs des « fins du monde » de Jérôme Bosch, avec l’espoir en moins, l’Armaguedon et l’Apocalypse en plus.

Il exposera en 1957 et en 1958 à la galerie André Veil, en 1960 à la galerie Bernheim, et en 1961 à la galerie Knoedler de Paris et de New York. Mais sa vie professionnelle trop contraignante l’oblige à arrêter ses expositions.

Raymond Duvillé est un peintre autodidacte et marginal. C’est son sentiment général sur l’humanité qu’il traite. L’étrangeté de son monde visionnaire fourmille de personnages contradictoires, pris sur le vif de leur propre histoire, dans une atmosphère biblique, cubiste, surréaliste et apocalyptique.

Dès que l’on détaille un tableau, que l’on pourrait prendre pour abstrait vu de loin, ce sont mille anecdotes incongrues qui nous sautent aux yeux ; des délices, aux douleurs d’êtres intemporels, dans le théâtre de la vie. À l’inverse des « minimalistes », c’est un « maximaliste ».

C’est avec simplicité que Raymond Duvillé nous dit : « Je fais des sujets imaginaires, mais j’aimerais réussir des pommes ». Cela témoigne d’une dualité de tendances qui est la caractéristique du véritable artiste, partagé entre son inspiration et le métier, entre le caractère du sujet et la technique pure.

Peintre soucieux de témoigner du malaise de notre temps, ajouté au tragique éternel de la condition humaine, il refuse d’être plus réaliste, ou plus abstrait pour garder cet effet suggestif dans l’ésotérisme. L'âge de la retraite lui offrira enfin la disponibilité du temps nécessaire à son amour des pinceaux.

Seul le hasard le ramène à la vie publique : la commune de Serrières décide de restauration de son église romane et fait appel à Raymond Duvillé pour participer au projet. Il exécute, dans le chœur, une fresque de 60 m2, illustrant la vie du Christ et un Jugement Dernier[1]. Dans la nef, dix tableaux évoquent la Bible et les évangiles. La consécration officielle viendra en 1992 lorsque la commune donnera le nom du peintre à la place de l'église.

Raymond Duvillé meurt en 2007 et en 2008 son atelier est dispersé par Me Christophe-Derem à Paris[1].

Expositions

  • 1957, 1958, André Veil, Paris[1]
  • 1961, Knoedler, Paris et New York[1]

Collection publique

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3, 1,4 et 1,5 Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Gründ, Erreur Lua dans Module:Outils à la ligne 73 : attempt to index local 'frame' (a nil value)., 1367 p. [lire en ligne] .


Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).