Henri Léon Lasseray

Aller à la navigation Aller à la recherche
Henri Léon Lasseray
une illustration sous licence libre serait bienvenue

Henri Léon Lasseray est un officier français né le 17 décembre 1833 aux Batignolles (Seine) et mort au Déluge (Oise) le 9 septembre 1902[1].

Fils d’Augustin Ambroise Lasseray, employé du timbre à Paris, et de Zélie Athalie Meunier, il se marie le 28 décembre 1875 à Marie Mathilde Crevecoeur. Il est le père du capitaine Gaston Lasseray (1876-1914), mort pour la France, et du lieutenant-colonel André Lasseray (1879-1971), historien.

Henri Lasseray entre à l’école spéciale militaire de Saint-Cyr en 1851 127e[2] et en sort 152e deux ans plus tard[3]. Affecté dans l’infanterie, il sert comme sous-lieutenant au 8e régiment d’infanterie légère, puis comme lieutenant au 83e régiment d’infanterie de ligne. Il est envoyé en Afrique de mai 1864 à avril 1867, et y est promu capitaine au choix[4].

Il participe à la guerre franco-prussienne de 1870 durant laquelle il est fait prisonnier. Promu chef de bataillon en 1875, au 46e régiment d'infanterie dont il commande le 4e bataillon[5], il prend sa retraite en 1883.

Passé dans l'armée de réserve avec le grade de lieutenant-colonel, il est de 1892 à sa mort vice-président du comité départemental de l'Oise de la Croix rouge française[6].

Il a été fait chevalier de la Légion d'honneur le 8 août 1871 et officier le 28 décembre 1883[7].

Notes et références

  1. Service historique de la Défense, dossier de pension, 6 Yf 30 917.
  2. Modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant. [1], sur Journal de l’Instruction Publique,
  3. Service historique de la Défense, dossier de carrière, 5 Yf 40 352.
  4. « Promotions », L'Illustration militaire, (consulté le )
  5. « Annuaire historique du département de l'Yonne »
  6. « Bulletin de la société de secours aux blessés militaires », sur BnF, Bulletin de la société de secours aux blessés militaires, (consulté le )
  7. « Dossier de la Grande Chancellerie de la Légion d'honneur »

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus

  • Portail de l’histoire militaire
  • Portail de la France