Boris Faure

Aller à la navigation Aller à la recherche
Boris Faure

Boris Faure (né le 21 décembre 1973 dans le Gard à Villeneuve-lès-Avignon) est un homme politique français.

Biographie

Famille et formation

Son père surveillant d’externat et sa mère est ouvrière à l’usine Eminence d’Avignon. Il est marié et père de deux enfants.

Sa famille paternelle est gardoise depuis plusieurs générations, sa famille maternelle exerce dans la victiculture à Châteauneuf-du-Pape (Vaucluse).

Son grand-père instituteur, Edmond Faure, directeur d’école et maire de Saint-Geniès de Comolas (Gard) exerce sur lui une influence déterminante. Son père, Bernard Faure, conseiller d’éducation puis directeur de collège, lui transmet le goût du débat politique et les valeurs d’une gauche laïque et républicaine.

Après une scolarité au collège Honoré Romane de Barcelonette (Alpes de Hautes-Provence) puis au lycée Climatique d’Embrun (Hautes Alpes), il obtient son Baccalauréat en Juin 1991. Il s’inscrit à la Faculté d’Economie Appliquée d’Aix-Marseille3 en septembre 1991. Il en sortira avec une licence de Sciences économiques en 1995 après une année d’enseignement au sein du Magistère « Média et formation économique ». Il réalise dans le cadre du magistère un stage de deux mois au journal « Le Provençal »  et couvre notamment les  élections municipales de 1995.

Il rentre en septembre 1995 à l’Institut d’etudes politiques d’Aix en Provence dont il est diplômé en 1997 de la filière Service public.

Carrière

Après avoir réussi le concours d’attaché d’administration il entame une scolarité à l’institut régional d’administration de Bastia, il est nommé attaché d’administration scolaire et universitaire au 1er septembre 2000 en poste au Collège Albert Camus du Plessis-Trevise comme gestionnaire-comptable.  Il adhère alors au syndicat Aeti UNSA (Administration et intendance UNSA).

Il est recruté par le ministère des affaires étrangères en décembre 2002 comme Secrétaire général du centre culturel français de Maurice, puis, à partir de septembre 2006 comme Chef du service financier de l’Institut français de Varsovie (Agent comptable régional), en résidence à Varsovie, avec compétence sur les Instituts français de Cracovie et Kiev.

Après s’être installé avec son épouse à Bruxelles en septembre 2011, il devient chef d’unité à la Direction générale de la coopération internationale et du développement du Ministère des Affaires Etrangères en poste à Paris. Il réalise de fréquents aller-retour hebdomadaires en Thalys.

Il est recruté en Juillet 2014 comme chef de Pôle au sein de la Mission pour la Langue Française et l'Education, au sein de la Direction Générale de la Mondialisation du Ministère des Affaires Etrangères.

Il démissionne en novembre 2014 de ces fonctions professionnelles pour intégrer le syndicat AetI Unsa comme chargé de mission.

Parcours politique et syndical

Il adhère en 1992 au syndicat UNEF-ID après avoir assisté à une conférence du club « Forum » à la Faculté d’économie d’Aix Marseille2. Il est inspiré par les valeurs du rocardisme, celle du réformisme social-démocrate.

Il est élu en 1994 au conseil d’administration de l’université Aix-Marseille 3 au titre de l’UNEF-ID.

Il adhère ensuite au Mouvement des Jeunes Socialistes dans les Bouches du Rhône en 1995, participe à l’organisation du congrès du MJS à Toulon et devient en 1997 l’animateur du groupe MJS d’Aix en Provence.

Il adhère au Parti Socialiste en 2005 auprès de la Fédération des Français de l’Etranger du PS et alors qu’il vit à l’île Maurice à Albion.

Il participe à  la primaire de désignation du candidat à la présidentielle de 2007 et choisit de faire campagne publique pour Dominique Strauss-Khan.

Il anime à partir de 2007 les activités de l’Association Démocratique des Français de l’Etranger (ADFE) de Varsovie dont il relance les activités avec son épouse et quelques amis. . Il est chargé de la communication de cette association [1].

A l’issue du congrès de Reims de novembre 2008 il est élu Conseil fédéral au titre de la motion C « un monde d’avance »[1]. Il devient membre du courant de Benoît Hamon [2]. Il soutient la candidature de Martine Aubry au 1er secrétariat.

Il est élu secrétaire de la section PS de Varsovie en Juin 2009 [3].

Il est élu au Conseil d'administration de l'Association Français du Monde en Août 2010 et intègre le Bureau national en charge des questions sociales. Il devient Vice-Président de l'association en août 2011.

Il intègre à partir de novembre 2011 l’équipe de campagne de François Hollande dans le pôle « Coopération » animé par Kader Arif.

Il est recruté dans le cabinet de Yamina Benguigui, ministre déléguée aux Français de l’étranger et à la Francophonie, puis ministre déléguée à la Francophonie, à partir de Juin 2012 comme plume et conseiller technique ainsi que conseiller parlementaire à partir de Juillet 2013 [4].

En novembre 2012 il est élu au congrès de Toulouse 1er secrétaire fédéral de la Fédération des Français de l’Etranger du Parti socialiste au titre de la motion 1 « mobiliser les Français pour réussir le changement » dont il est le mandataire fédéral pour les Français de l’Etranger[2]. Il démissionne de ses fonctions de Vice-Président de Français du Monde au titre du principe de non-cumul qu'il décide de s'appliquer.

Il participe aux élections consulaires de Mai 2014 en Belgique sur une liste "citoyens à gauche, écologistes et solidaires" soutenu par le Parti Socialiste, Europe Ecologie Les Verts, le Parti Radical de Gauche ainsi que l'association Français du Monde ADFE [5]. Il est élu délégué consulaire à l’issue de cette élection sur la liste conduite par Cécilia Gondard. En Novembre 2014 il démissionne de ses fonctions de 1er fédéral pour cause de maladie.

En Mars 2015 il est recruté par le syndicat AetI UNSA pour animer le secteur Europe et International comme chargé de mission puis est élu Secrétaire National de ce syndicat [6]. Il est réélu 1er secrétaire fédéral de la Fédération des Français de l’Etranger du Parti Socialiste. Il a soutenu la motion A « renouveau socialiste » lors du congrès de Poitiers du Parti socialiste .

Le 1er septembre 2016 il devient Conseiller Consulaire des Français de Belgique, suite à la démission de deux conseillers [7].

En octobre 2016 il organise la Primaire pour la désignation d’un candidat socialiste sur la 9e circonscription des Français de l’Etranger. Didier Lebret remporte cette primaire  en décembre 2016 [8]

L'agression

Le 30 août 2017, rue Broca à Paris, il se fait violemment agresser par le député LREM, M'jid El Guerrab, de deux coups de casque à la tête. Il est hospitalisé à l’hôpital Cochin et opéré alors que son diagnostic vital est engagé après une hémorragie cérébrale. Son agresseur est mis en examen en septembre pour « violences volontaires avec arme par destination ».

Boris Faure reprend ses activités professionnelles le 6 novembre 2017 après plus de deux mois d’arrêt de travail[3],[4][9][10][11]

Congrès d'Aubervilliers

Il est parmi les premiers signataires du Manifeste des 1ers fédéraux du Parti Socialiste avec Sebastien Vincini et Emmanuel Grégoire qui souhaitent "révolutionner" l'organisation interne du PS.

Le 18 janvier il soutient publiquement la candidature d’Olivier Faure comme Premier secrétaire du Parti socialiste dans le cadre du congrès d’Aubervilliers.

Notes et références

  1. « Un monde d’avance »
  2. « Message de Boris Faure », sur motion1ffe-ps.blogspot.be (consulté le )
  3. « Agression d'un cadre du PS : "Il a vu M. El Guerrab taper, taper très fort, il n'a vraiment pas compris", témoigne l'épouse de Boris Faure », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. « M’jid El Guerrab, un député entre blessures et coups », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 193 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).