Henry Zipper de Fabiani

Aller à la navigation Aller à la recherche
Henry Zipper de Fabiani
une illustration sous licence libre serait bienvenue

Henry Zipper de Fabiani dit d'Angenstein-Fabiani, né le 26 décembre 1948[1], est un ambassadeur français.

Biographie

Après son diplôme de Sciences Po Paris (1969) et sa maîtrise de lettres modernes (1975), il obtient en 1978 des diplômes d'arabe littéral et de hindi à l'INALCO, avant d'intégrer le Quai d'Orsay.

Entré au Ministère des Affaires étrangères en 1978, puis en poste dans diverses ambassades du monde arabe, d'Europe et d'Amérique, d'Asie, Henry Zipper de Fabiani, conseiller des Affaires étrangères hors classe, a occupé sans interruption depuis 2002 les postes suivants, en qualité d'ambassadeur :

  • ambassadeur pour les Régions (Midi-Pyrénées et Aquitaine) : depuis mars 2013, dans le cadre de la diplomatie économique ;
  • ambassadeur de France au Tadjikistan (janvier 2009 - juin 2012) ;
  • ambassadeur chargé du déminage humanitaire (2006-2008) et secrétaire général de la Commission Nationale pour l'Elimination des mines anti-personnelles (CNEMA)[2] ;
  • adjoint au chef de la mission de l'OSCE en Bosnie-Herzégovine (2002-2003), avec rang d'ambassadeur (mission de 850 personnes, 4 centres régionaux, 22 implantations de terrain).

Henry Zipper de Fabiani fut aussi maître de conférences à l'IEP (Paris) en 1984-1987.

Publications

Henry Zipper de Fabiani est l'auteur de divers articles sur les questions internationales et stratégiques, notamment pour l'Annuaire français des relations internationales (AFRI), Mondes, Europ magazine, etc... Il a aussi contribué à des ouvrages collectifs portant sur la sécurité européenne.

Il a aussi publié des recueils de poésie : Hors les Vagues (1974), Éléments (2002). Il a contribué au Cahier de l'Herne consacré à Raymond Abellio.

Notes et références

  1. Who's Who in France, 2013, notice « Henry Zipper de Fabiani »
  2. [PDF]Comité de liaison de l'action anti-mines : compte-rendu de réunion, 27 mars 2008
  3. Décret publié au Journal officiel du 26 août 2003

Article publié sur Wikimonde Plus

  • Portail des relations internationales
  • Portail de la politique