Jean Kempf

Aller à la navigation Aller à la recherche

Jean Kempf, né le [1], est professeur émérite à l’Université Lumière-Lyon-II et chercheur dans l'UMR CNRS Triangle[2]. Il est spécialiste d’histoire de la photographie et d’histoire culturelle des États-Unis[3]. Il a par ailleurs une activité de photographe.

Biographie

Jean Kempf est agrégé d’anglais en 1981. Après deux années d’enseignement en lycée et collège dans l’Isère, il commence sa carrière universitaire à l’Université de Rouen, où il est recruté, en 1983 comme assistant agrégé. Après sa soutenance de thèse en 1988, il devient maître de conférences dans la même université l'année suivante, puis à l’Université de Savoie à Chambéry en 1992. Il soutient une habilitation à diriger des recherches en 1993 et devient professeur des Universités, d’abord à l’Université de Savoie en 1996 puis à l’Université-Lumière Lyon 2 de 1999 à 2023, où il succède à son directeur de thèse, Roland Tissot[4].

Il a enseigné et travaillé à plusieurs reprises aux États-Unis, en 1988 et 1989 à l’Université du Connecticut, en tant que directeur de recherches au CNRS à New York et Washington de 2012 à 2014 et au Visual Arts Center de l’Université du Wyoming en 2018, dont il reste par la suite enseignant associé[5].

Lauréat du programme Fulbright en 1984, il a par la suite participé à différentes instances de celle-ci (conseil scientifique puis jury de sélection de boursiers)[6].

Activités scientifiques

Il consacre sa thèse de doctorat, dans la continuité de son travail de maîtrise sur Robert Frank et Diane Arbus (1978), aux relations entre une époque et sa production photographique[7]. Dans « L’Œuvre photographique de la ‘Farm Security Administration’. Quelques questions de rapport entre photographie et société », il s’attache à la fois à analyser en contexte historique les productions visuelles de la Farm Security Administration, et à mieux comprendre la mécanique institutionnelle d’une grande commande photographique[8][source insuffisante].

Ces deux axes constituent son apport à l’histoire de la photographie, alors que celle-ci est encore balbutiante au tout début des années 1980. Parti de l’analyse des œuvres et de leur réception, il déplace au fur et à mesure son intérêt vers la sociologie, voire l’anthropologie de leur production ainsi que celles du milieu photographique. Très proche de François Brunet il travaille avec lui et l’équipe du LARCA à la publication de L’Amérique des images en 2013[9]. Il étudie l'activité des photographes plutôt que la photographie[10].

Son enseignement de la culture des États-Unis lui permet ensuite d’élargir ses questionnements à d’autres domaines que la photographie et d’aborder à partir de 1993 des questions d’historiographie et d’histoire de la mémoire auxquelles il consacre de nombreux articles. Dans ce cadre, il travaille comme associé avec le CENA de l’EHESS, et se voit confier en 2002 un rapport sur les études américaines en France[11][source insuffisante].

Par ailleurs, il participe entre 1981 et la fin de la publication (1992) à l’aventure des Cahiers de la photographie, puis de la Recherche photographique (avec André Rouillé) entre 1986 et 1997 en particulier pour son édition en anglais, et traduit différents textes américains, dont Rosalind Krauss, Le photographique. Pour une théorie des écarts[12][source insuffisante].

Activité éditoriale

Très tôt intéressé par les possibilités de l’édition électronique en matière de diffusion scientifique, il crée dès 2000 au sein de l’Association française d’études américaines l’une des tout premières revues scientifique en ligne, TransAtlantica. Il dirige ensuite les Presses Universitaires de Lyon pendant 5 ans (2004-2009) avec pour mission de les faire entrer dans l’ère numérique. Il participe alors à la création d’un consortium de presses universitaires européennes autour du mouvement de l’édition ouverte et du numérique, OAPEN, dont les PUL ont été membre fondateur[13][source insuffisante]. Il amorce aussi un rapprochement avec la plateforme publique Revues.org créée par Marin Dacos et Pierre Mounier et participe pendant plusieurs années à son conseil scientifique[14][source insuffisante].

Activité photographique

Initié très jeune à la photographie et au tirage en noir-et-blanc, Jean Kempf produit dans les années 1970 des travaux au long cours sur les voyages en train et la vie d’un petit cirque qui donnent lieu à des expositions[15][source insuffisante]. Il travaille à la fin des années 1970 pendant un an pour le journal de l’école de journalisme de l’Université Carleton à Ottawa, The Charlatan, comme responsable de la photographie et photographe.

Dans les années 2000, il abandonne la pratique argentique pour le numérique. Il développe alors des projets associant la photographie de rue et celle de paysage qui donnent lieu à plusieurs expositions. Au fur et à mesure des progrès technologiques en matière d’image numérique, il utilise de plus en plus les possibilités des téléphones portables[16][source insuffisante].

Il est par ailleurs critique photographique et membre de l’association PhotoDoc Paris[17][source insuffisante].

Dans les années 2020, il est représenté par la galerie Balthasart[18][source insuffisante].

Publications (sélection)

  • « Posséder/Immobiliser : L’archive photographique de la ‘Farm Security Administration’», pp. 45-56, La photographie américaine, Revue française d’études américaines, n°39 (1989).
  • « Du désir autobiographique à la fiction de désir. Teenage Lust de Larry Clark (1983) et The Ballad of Sexual Dependency de Nan Goldin (1986) », pp. 47-57, CERCLES 1 (1991).
  • « American Photography in France since World War II: Was France Liberated by the United States? », pp. 205-222,  in American Photographs in Europe, sous la direction de David Nye et Mick Gidley (Amsterdam : Vu University Press, 1994).
  • « Entre le regard et la trace. Pour des lieux de mémoire aux États-Unis », pp. 13-22, Annales de l’université de Savoie 18 (1995).
  • « Histoire d’américanistes. Vers une histoire de l’AFEA », pp. 87-94. Bulletin du Centre d’études nord-américaines, Ecole des Hautes études en sciences sociales n°5 (février 1999).
  • « La petite ville : une nostalgie américaine ». In Nostalgies américaines, sous la direction de John Chandler, William Dow,Yann Roblou (Reims: Mallard , 2003), pp. 89-111.
  • « Dire le réel. Let Us Now Praise Famous Men de James Agee et Walker Evans (1941), comme expérience de lareprésentation », pp. 59-76, Le Réel et la réalité (Lyon : GRIMH/GRIMIA, 2003).
  • « American Studies in France. A critical review. », European Journal of American Studies 1 (2006).
  • « Social sciences and humanities publishing and the digital “revolution” », The European Review (Cambridge University Press), vol.19, N°3, 2011, pp.469-481.
  • « Picturing the catastrophe. News photographs in the first weeks after Katrina », pp. 50-69, in Hurricane Katrina in Transatlantic Perspective, dir. Randy J. Sparks et Romain Huret. Baton Rouge, Louisiana State University, 2012.
  • « American Landscape Photography. A Problematic Tradition. » E-Crini n°7, 2014 (Nantes).
  • « La photographie documentaire contemporaine aux États-Unis », TransAtlantica, 2, 2014, mis en ligne le 18 février 2015. (texte et base de données d’enquêtes).
  • Les Mots des Etats-Unis. Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2012.
  • Une Histoire culturelle des États-Unis. Paris, Armand Colin, 2015.[19]
  • Les Conquérants de l’Inutile. Photographes de conflits américains au tournant du XXIe siècle. Dijon, Presses du Réel, 2022, 240p.[20],[21]

Décorations

  • Chevalier dans l’ordre des Palmes académiques (2023)

Notes et références

  1. Notice de la BnF
  2. « Kempf, Jean - Triangle - UMR 5206 », sur triangle.ens-lyon.fr (consulté le )
  3. « CV Accueil - Archive ouverte HAL », sur cv.hal.science (consulté le )
  4. « Sommaire des pages de Jean Kempf », sur perso.univ-lyon2.fr (consulté le )
  5. (en-US) Branding Iron, « Faculty exchange professor brings French perspective to UW Art Department », (consulté le )
  6. « Rechercher un alumni dans la base de données | Commission Franco-Américaine Fulbright », sur fulbright-france.org (consulté le )
  7. Jean Kempf, « The Other Side of Paradise. The Worlds of Robert Frank and Diane Arbus » [PDF] (consulté le )
  8. « L'oeuvre photographique de la "Farm Security Administration" (1935-1943) — Quelques problèmes de rapport entre photographie et société. », sur theses.univ-lyon2.fr (consulté le )
  9. François Brunet, L'Amérique des images: histoire et culture visuelles des États-Unis, Hazan Université Paris 7 Diderot, (ISBN 978-2-7541-0641-2) 
  10. Julien Brugeron, « Jean Kempf, Les Conquérants de l’inutile : photographes de conflits américains au tournant du XXIe siècle », IdeAs. Idées d'Amériques, no 21,‎ (ISSN 1950-5701, DOI 10.4000/ideas.15010, lire en ligne, consulté le )
  11. Jean Kempf, « Rapport sur les études nord-américaines en France » [PDF]
  12. « Éditions Macula » (consulté le )
  13. (en) « Online library and publication platform », sur www.oapen.org (consulté le )
  14. Jean Kempf, « CV »
  15. « Jean Kempf Photography », sur jkempf.viewbook.com (consulté le )
  16. « Jean Kempf Photography », sur jkempf.viewbook.com (consulté le )
  17. (en) « Photo Doc. », sur photodocparis.com (consulté le )
  18. « Jean Kempf : Artiste Photographe contemporain français - balthasart », sur www.balthasart.com (consulté le )
  19. André Kaenel, « Jean Kempf, Une Histoire culturelle des Etats-Unis. Revue Française d’Etudes Américaines (RFEA no. 148, 3ème Trimestre 2016) : pp. 122-125. », Revue Française d'Etudes Américaines,‎ (lire en ligne, consulté le )
  20. Clara Bouveresse, « Jean Kempf, Les Conquérants de l’inutile. Photographes de conflit américains au tournant du xxie siècle », Focales, no 7,‎ (ISSN 2556-5125, DOI 10.4000/focales.2461, lire en ligne, consulté le )
  21. Daniel Foliard, « Jean Kempf: Les Conquérants de l’inutile : photographes de conflits américains au tournant du xxi e siècle . », Revue française d’études américaines, vol. N° 177, no 4,‎ , p. 129–131 (ISSN 0397-7870, DOI 10.3917/rfea.177.0129, lire en ligne, consulté le )

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus

  • Portail de la photographie