Encyclopédie Wikimonde

Famille Doche

Aller à : navigation, rechercher

Origine

L'armorial général de France donne une très ancienne origine à la famille Doche. Elle devrait son nom à l’un des seigneurs qui accompagnèrent Sanche le Fort, roi de Navarre, dans son expédition contre les Maures en 1212.

Les Maures furent écrasés à la célèbre bataille de Las Navas de Tolosa, et la légende rapporte que le roi Sanche fut le premier à rompre les chaînes dont les Maures avaient entouré leur campement, y pénétra, suivi de huit des plus braves Navarrais parmi lesquels figurait un vaillant chevalier qui fut le huitième à suivre le roi dans le camp et, en raison de cet acte, de huitième vient le nom de « Ochoa » (c’est-à-dire le huitième).

Ce fut après cette bataille mémorable que les rois de Navarre échangèrent leurs armoiries contre les chaînes de Navarre et que chacun des huit chevaliers plaça dans son écu une chaîne dite de la « Nave de Tolosa » et c’est pour cette raison que les « d’Ochoa » blasonnèrent « d’argent à la bande de sable chargée d’une chaîne d’or » .

Une branche de la famille d’Ochoa se fixa en Espagne où elle s’illustra tandis qu’une autre branche s’établit en France sous le nom de « d’Oche » ou « Doche ».

Une famille de l'ancienne généralité du Limousin, les Doche de Laquintane, toujours représentée aujourd'hui, serait issue de la branche française.

Principales alliances

  • Lucques de la Brousse,
  • Sibilet,
  • Dumas de Champvallier,
  • Barbarin de Lamartinie,
  • de Vios du Gay,
  • de Verdillac,
  • Hériard.

Terres

  • La Plante, hameau situé dans la paroisse de Saint-Claud.
  • Lâge ou l’Âge, hameau situé à la sortie de Saint-Claud, un château qu’on qualifie pompeusement de château de Saint-Claud y a été construit.
  • La Quintanne - il n’existe aujourd’hui en Charente, aucun lieu de ce nom ; cependant, dans la commune de Suaux, à quelques kilomètres de Saint-Claud, un hameau important a pour nom Les Quintannes. En 1274, dans la paroisse de Cellefouin, il y avait un lieu appelé La Quintanne (Censier de Cellefouin, bibliothèque nat. 9235).

Sources

Article publié sur Wikimonde Plus