Encyclopédie Wikimonde

Famille de Beyne

Aller à : navigation, rechercher

Famille de Beyne
Image illustrative de l’article Famille de Beyne
Le blason de la branche de Beyne de Barre

Blasonnement "D'azur à trois merlettes d'or en 2 et 1"
Branches De Beyne d'Escroux, de Beyne de Barre et de Beyne de Rayssac
Pays ou province d’origine Languedoc
Fiefs tenus Rayssac, Escroux et Barre.
Demeures Château d'Escroux, château de Gos et château de Rayssac

La famille de Beyne (ou de Bayne, ou de Bène) est une famille noble française originaire du Languedoc.

Historique

Gustave Chaix d'Est-Ange écrit que la famille de Bayne appartient à la noblesse de l'ancien diocèse de Castres, en Languedoc[1]. Il ajoute que le jugement de maintenue en la noblesse de 1668 remonte à noble et puissant seigneur Jean Beine, seigneur d'Escrous, de Berlas et de Roqueferrière qui fit son testament en 1481[1].

Au XVIe siècle, on en trouve trois branches : Beyne de Rayssac ; Beyne d'Escroux ; Beyne de Barre.

Branche d'Escroux

La branche d'Escroux, fondée par le mariage d'Augustin de Beyne et d'Isabelle d'Escroux, est la plus ancienne des branches languedociennes de la famille de Beyne. Cette lignée posséda entre autres le château d'Escroux.

La branche se rallia au protestantisme durant les guerres de religions. Florent de Beyne, tué par méprise en 1585, fut l'un des chefs huguenots qui rejoint le village de Viane après le massacre de la Saint-Barthélémy, dans le but d'organiser une confédération protestante et d'élire un général des religionnaires du Languedoc. En 1628, Jean de Beyne résista dix jours aux catholiques durant le siège de Viane[2].

Branche de Barre

La branche de Barre passe de catholique à protestant selon les opportunités. En 1573, Étienne de Beyne ouvre les portes de la ville de Lodève aux huguenots en passant avec d'autres camarades par les égouts. Il y est d'ailleurs estropié par un tir d'arquebuse. Jusqu'à la Révolution, elle possède plusieurs seigneuries, le château de Gos et une demeure à Saint-Pons-de-Thomières (à la Gache del Mercat). Michel de Beyne put passer sans inquiétude quelconque la Révolution dans le château de Gos. L'un des petits-fils de Michel de Beyne, Laurent-Joachim Honoré de Beyne, fut le premier archiprêtre de Saint-Pons-de-Thomières. Le frère de ce dernier, Étienne de Beyne fut chevalier de l'Ordre de Saint-Louis et lieutenant-colonel dans l'armée.

Branche de Rayssac

La branche de Rayssac fut fondée au XVIe siècle[3]. Au XIXe siècle, Louise de Beyne, seule héritière et détentrice du château de Rayssac fut l'amie de l'écrivaine Eugénie de Guérin. Après avoir refusé une demande en mariage du frère de cette dernière, Maurice de Guérin, elle mourut à 30 ans[4],[5].

Héraldique

Les armes de la branche Beyne de Barre sont : "D'azur à trois merlettes d'or en 2 et 1".

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises ancienne sou notables à la fin du XIXe siècle,tome 3, pages 119 à 120 Bayne (de).
  2. Le Château d'Escroux et la famille de Bayne 
  3. « de BAYNE – Les Amis des Guérin » (consulté le )
  4. « chateau de Rayssac, de style Henri IV », sur www.chateau-fort-manoir-chateau.eu (consulté le )
  5. « Château de Rayssac », sur jctruffet.com (consulté le )

Bibliographie

  • Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, tome 3, pages 119 à 120 Bayne (de)

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).